Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 mars 2007 1 05 /03 /mars /2007 10:44

LE PITRE À SAINT PAUL

 

Cette fois, Patrick Saint-Paul, correspondant à Jérusalem du Figaro, se sera surpassé.

Dans un « grand reportage » daté du 28 février et intitulé « Coup médiatique sur la tombe de Jésus » ce journaliste, dont j'ai déjà signalé quelques baroques articles, s'interroge sur le documentaire « La tombe perdue de Jésus » réalisé par l'Américain James Cameron et qui a déclenché une vive polémique.

Cameron et son équipe, dont l'archéologue israélien Simcha Jacobovici, affirment en effet avoir retrouvé ce qui pourrait être l'ossuaire de J.-C. et de sa famille à Talpiot, un quartier de Jérusalem.

Saint-Paul affirme que cette thèse est jugée « farfelue » par de nombreux archéologues réputés et remettrait en cause, pour des raisons qui m'échappent, la résurrection,  l'un des fondements du christianisme.

Mais c'est dans la conclusion de l'article que Saint-Paul enfonce le clou. Il cite complaisamment le père Jean-Baptiste Humbert : « Avec les droits, c'est un filon qui rapporte gros, mais il y a aussi de l'idéologie et des buts politiques sous-jacents. Cela relève d'un besoin extrême de reconstruire, voire de reforger les racines de Jérusalem pour prouver qu'elle sont juives ».

Vous avez bien lu. L'Américain James Cameron est un contrefacteur zélote, et, sauf à être « forgée », la preuve n'est pas encore apportée que les racines de Jérusalem sont juives...

Notre journaliste se plaît à mettre une autre phrase dans la bouche du bon père : « Derrière tout cela ressurgit la vieille idée que le christianisme est une entreprise filou issue du judaïsme » bref, un complot.

 

 

À ce stade de la « réflexion », si l'on ose écrire, je ne peux m'empêcher de songer à l'apôtre Paul qui, au début de l'ère chrétienne dédoubla l'identité d'Israël, dissociant les Juifs selon la chair, attachés à la poursuite de l'identité nationale hébraïque et les Juifs selon l'esprit, prêts à renoncer à leur spécificité et à se fondre dans l'universel.

 

 

 

Vous voyez, proclament à sa suite, nos modernes évangélistes inspirés : les nationalistes impénitents ne désarment pas.

 

 

Lu dans Le Monde du 5 mars, sous la plume de Marc Roche, correspondant à Rome, dans un article intitulé : « Le racisme anti-musulman au sein de la police britannique persiste » : « L'accent mis par le gouvernement travailliste sur la lutte antiterroriste décourage bon nombre de recrues potentielles. Comme l'indique Yasmine Alibai-Brown, chroniqueuse à The Independent, "les jeunes musulmans ne veulent pas se transformer en bras armé de la politique de Tony Blair contre leurs coreligionnaires" »

Mais qui donc commet l'amalgame entre terroristes et musulmans sinon les auteurs d'une phrase aussi inepte ?

Heureusement, les autorités de Sa Majesté, encore plus tard que les Français, commencent enfin à comprendre que l'islamisme radical, sous toutes ses formes, doit être combattu sans complexe ni angélisme.

Raison pourquoi, toutes les enquêtes d'opinion montrent que nos musulmans sont infiniment plus modérés que de l'autre côté de la Manche.

 

Celui qui n'a pas particulièrement ménagé les fous de Dieu de ce côté-ci de l'eau, a grand plaisir à l'écrire.
Repost 0
Published by GOLDNADEL Gilles William - dans BLOG-NOTE
commenter cet article
26 février 2007 1 26 /02 /février /2007 14:33

LA CHOSE EST ENTENDUE

 

 France Inter, par la bouche de son correspondant à Varsovie, François Gault, s'est émue, sans doute à juste raison, de la publication par un député européen polonais d'un livre à caractère antisémite portant le label du Parlement européen.

 

Dans cet ouvrage, le parlementaire conservateur insistait sur l'impossibilité d'intégrer au sein de la société européenne le peuple juif, en raison du refus de celui-ci.

Le président polonais a condamné le député-écrivain. Fort bien.

 

Il y a quelques mois, un journaliste de Radio France, Alain Ménargue, parachuté directeur de RFI, pas forcément pour sa compétence, avait commis un méchant ouvrage principalement consacré à l'abominable "Mur" en Palestine. Dans ce livre, ou sur certaines antennes, et entre autres coquecigrues, l'auteur expliquait notamment qu'Israël était un état raciste, que les sionistes allemands avaient passé des alliances avec les nazis, et qu'il ne fallait pas s'étonner si les Juifs se construisaient un mur puisque c'était sur leur initiative qu'avait été érigé le ghetto de Venise...

 

Il se trouve que ce remarquable opuscule était un livre "Inter" et avait fait l'objet d'une promotion Radio France ...

 

Ménargue, qui ne s'était pas fait que des amis parmi les syndicats de RFI, a fini par être poussé dehors.

 

Cela  étant, j'attends toujours un commentaire de Radio France ou un regret de son Président.

 

Libération, le 19 février 2007, éditorial de Laurent Joffrin : « Le Pen et Papon sur la même une. Amalgame ? Peut-être... Il y en effet, une grande différence entre Maurice Papon et Jean-Marie Le pen : Maurice Papon n'a jamais été antisémite ».

 

Quitte à être inutilement provocateur, je poserai une question autrement plus moderne et utile : sans être forcément antisémite, le président du FN, ne s'est-il pas engagé sur la pente fatale de la Collaboration en s'acoquinant avec Saddam Hussein et en faisant risette aux islamistes ?

 

Poursuite de l'éditorial de Joffrin : « C'est l'un des problèmes de la France. Vichy fut la honte que nous connaissons ; 60 ans plus tard, nous avons toujours le principal parti d'extrême droite en Europe... ».

 

À mon avis, l'autre  honte, cohérente et symétrique, c'est d'avoir également l'extrême gauche la plus puissante et la plus influente.

 

D'autant plus puissante et influente que la gauche lui fout une paix royale quand elle ne la courtise pas.

 

Je rappellerai à Joffrin que Doriot était communiste, Laval et Déat socialistes, Bousquet et Papon radicaux-socialistes opportunistes.

 

Extrémistes haineux ou carriéristes dociles, tous collaborationnistes.

 

Papon hier à Bordeaux, Total aujourd'hui à Téhéran. C'est tellement différent ?  

 

Dans un ordre voisin d'idées, extraits de l'interview du sympathique député PS Julien Dray dans « Israël Magazine » du mois de Mars :

 

« Vous avez une phobie d'une sorte de mouvement islamo-gauchiste qui serait en train de dominer le combat progressiste ! (...) Vous vous enfermez dans la vision tragique de l'Histoire... Mais j'y vois là une tentation très forte des Juifs – au regard de leur Histoire – à s'enfermer dans cette vision. Je ne pense pas que l'Histoire se répète de manière systématique. C'est vraiment une tentation tragique du peuple juif : penser que tout recommence ».

De la part du fondateur de SOS Racisme, concepteur principal de l'épouvantail Le Pen – la bête immonde au ventre encore fécond – etc.... c'est quand même un  rien farce.

 

Effectivement, Julien, l'Histoire ne se répète pas de manière systématique, raison pourquoi il y a tout  lieu de mettre une barbe au portrait-robot de la bête hier moustachue.  

 

Interview croisée Douste-Blazy-Védrine dans le Paris-Match de cette semaine. Merveilleusement consensuelle.

 

Question de Paris-Match : « Est ce réellement un danger pour le monde que l'Iran dispose de l'arme nucléaire ? »

 

Réponse de Védrine : « Le principal danger dans cette affaire, ce sont les personnalités des dirigeants impliqués : Ahmadinejad pour l'Iran et Bush pour les États-Unis.

 

Je reste convaincu que s'il y avait une politique occidentale moins contre-productive par rapport à l'Iran – je pense aux États-Unis –, qui consisterait à parler avec eux de tous les sujets, on aurait déjà renforcé les courants politiques qui essaient en ce moment de s'opposer à Ahmadinejad. »

 

Bref, l'intelligence et la finesse européenne contre la balourdise et le manichéisme américains.

 

Bush et Aman et Djihad dos à dos.

En matière de fine diplomatie efficace, on rappellera quand même à nos éminences que la Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne tentent depuis 2004 (c'est-à-dire avant l'élection du nazislamiste iranien) "de parler avec eux de tous les sujets". Avec le succès que l'on sait.

 

 

Toujours sur le manichéisme, j'ai du mal à comprendre le bien-fondé et l'efficacité du discours de la famille d'Ingrid Bettencourt renvoyant dos à dos (dans le meilleur des cas) les terroristes des FARC et le gouvernement colombien démocratiquement élu du président Urribe.

 

Celui-ci, allez savoir pourquoi, refuse de céder au chantage de l'une des plus cruelles organisations fanatiques d'Amérique latine.

 

J'ai un peu honte à l'écrire, mais je l'aime bien, Urribe.  

 

Repost 0
Published by GOLDNADEL Gilles William - dans BLOG-NOTE
commenter cet article
15 février 2007 4 15 /02 /février /2007 12:43

EST CE QUE "CE MONDE" EST SERIEUX ?

 

Lundi 12 février. Notre journal vespéral-national consacre un article à Barack Obama, sénateur de l'Illinois, candidat à l'investiture démocrate pour l'élection de 2008, Noir.

L'article signé Corinne Lesnes, très intéressant au demeurant, indique que de nombreux afro américains ne se reconnaissent pas dans cet homme superbe, mais qui aurait le défaut de ne pas être assez noir de peau – car né d'une mère blanche – et qui, de surcroît, serait issu d'un père kényan et non « made in America ».

 

L'article signé Corinne Lesnes, très intéressant au demeurant, indique que de nombreux afro américains ne se reconnaissent pas dans cet homme superbe, mais qui aurait le défaut de ne pas être assez noir de peau – car né d'une mère blanche – et qui, de surcroît, serait issu d'un père kényan et non « made in America ».

 

Au passage, on apprend que la communauté noire craindrait le risque de dilution pour cause de métissage excessif et que, selon les enquêtes, ses membres préféreraient vivre dans des quartiers qui sont au moins à 40 % africains-américains...

 Un esprit chagrin pourrait suggérer que des blancs pourraient – à tort ou à raison – être taxés de racistes pour moins que ça.

 

 

Mais je ne suis pas chagrin.

 

Mais ce qui, en revanche, me chagrinerait un brin c'est le titre de l'article : « Barack Obama ne fait pas l'unanimité chez les Noirs américains ».

 

Imagine-t-on que l'on devrait s'étonner que Strauss-Kahn ne fasse pas l'unanimité chez les Juifs français ? Ségolène chez les femmes ? Delanoë chez les homosexuels ?

 

Si j'étais Noir je trouverais cela épouvantablement réducteur. D'ailleurs, je le trouve.

 

Qui est communautariste ?

 

Est-ce que ce Monde est sérieux ?

 

 

Même jour, même journal. À propos de l'accord palestino-palestinien. Le correspondant à Jérusalem : « Pourtant, en acceptant de" respecter" les accords passés par l'O.L.P., le Hamas reconnaît de facto Israël. D'ailleurs Khaled Mechaal avait admis le 10 janvier qu'Israël est "une réalité". Concernant la violence, le Mouvement islamique observe depuis deux ans une trêve que ses dirigeants ont même proposé d'étendre à dix ans.... (...) Le Quartet doit se réunir à nouveau le 21 février à Berlin.

 

 

Les Russes estiment que le blocus n'a que trop duré et les Européens ont mauvaise conscience à le maintenir (...) Toute la question est désormais de savoir si les Américains vont se cantonner dans une attitude rigide ou saisir cette occasion de faire progresser le dialogue au Proche-Orient ».

 

 

 

Ainsi, la course pour obtenir la fin du boycott du mouvement fascislamiste a commencé. Et tous les moyens sont bons.  

 

Trois affirmations dans cet article. Trois approximations. Pour être gentil.

 

 

Premièrement, et ainsi que je l'ai écrit dans mon précédent blog-notes, il est faux d'affirmer que le Hamas s'est engagé expressément à respecter les accords d'Oslo.

 

 

 

C'est le Président Mahmoud Abbas qui l'a exhorté à le faire. Cela ne serait pas la première fois que les exhortations d'Abou Mazen resteraient vains propos.

 

Deuxièmement, admettre qu'Israël est une réalité ne signifie pas qu'on l'accepte pour autant. Le tueur à gages admet la réalité de sa victime avant que de la supprimer.

 

 

Pour couper court à cette discussion oiseuse, je citerai Mechaal en personne (Haaretz, le 13 octobre 2006) : « Je reconnais que de facto, Israël existe mais j'estime que ce pays n'a pas le droit d'exister »...

 

 

 

Enfin, quant à l'arrêt de la violence « depuis deux ans », on se contentera d'observer que ce mouvement qui dirige actuellement la Palestine de par la grâce des urnes, a approuvé l'enlèvement du soldat franco-israélien Shalit en Israël l'an dernier et vient de considérer comme légitime l'attentat d'Eilat le 29 janvier dernier...

 

 

 Est-ce que ce Monde est sérieux ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by GOLDNADEL Gilles William - dans BLOG-NOTE
commenter cet article
15 février 2007 4 15 /02 /février /2007 12:43

EST CE QUE "CE MONDE" EST SERIEUX ?

 Lundi 12 février. Notre journal vespéral-national consacre un article à Barack Obama, sénateur de l'Illinois, candidat à l'investiture démocrate pour l'élection de 2008, Noir.

L'article signé Corinne Lesnes, très intéressant au demeurant, indique que de nombreux afro américains ne se reconnaissent pas dans cet homme superbe, mais qui aurait le défaut de ne pas être assez noir de peau – car né d'une mère blanche – et qui, de surcroît, serait issu d'un père kényan et non « made in America ».

 

Au passage, on apprend que la communauté noire craindrait le risque de dilution pour cause de métissage excessif et que, selon les enquêtes, ses membres préféreraient vivre dans des quartiers qui sont au moins à 40 % africains-américains...

Un esprit chagrin pourrait suggérer que des Blancs pourraient – à tort ou à raison – être taxés de racistes pour moins que ça.

 

Mais je ne suis pas chagrin.

 

Mais ce qui, en revanche, me chagrinerait un brin c'est le titre de l'article : « Barack Obama ne fait pas l'unanimité chez les Noirs américains ».

 

Imagine-t-on que l'on devrait s'étonner que Strauss-Kahn ne fasse pas l'unanimité chez les Juifs français ? Ségolène chez les femmes ? Delanoë chez les homosexuels ?

 

Si j'étais Noir je trouverais cela épouvantablement réducteur. D'ailleurs, je le trouve.

 

Qui est communautariste ?

 

Est-ce que ce Monde est sérieux ?

 

 

Même jour, même journal. À propos de l'accord palestino-palestinien. Le correspondant à Jérusalem : « Pourtant, en acceptant de" respecter" les accords passés par l'O.L.P., le Hamas reconnaît de facto Israël. D'ailleurs Khaled Mechaal avait admis le 10 janvier qu'Israël est "une réalité". Concernant la violence, le Mouvement islamique observe depuis deux ans une trêve que ses dirigeants ont même proposé d'étendre à dix ans.... (...) Le Quartet doit se réunir à nouveau le 21 février à Berlin.

 

 

 

Les Russes estiment que le blocus n'a que trop duré et les Européens ont mauvaise conscience à le maintenir (...) Toute la question est désormais de savoir si les Américains vont se cantonner dans une attitude rigide ou saisir cette occasion de faire progresser le dialogue au Proche-Orient ».

Ainsi, la course pour obtenir la fin du boycott du mouvement fascislamiste a commencé. Et tous les moyens sont bons.

 

 

Trois affirmations dans cet article. Trois approximations. Pour être gentil.

 

 

Premièrement, et ainsi que je l'ai écrit dans mon précédent blog-notes, il est faux d'affirmer que le Hamas s'est engagé expressément à respecter les accords d'Oslo.

 

 

C'est le Président Mahmoud Abbas qui l'a exhorté à le faire. Cela ne serait pas la première fois que les exhortations d'Abou Mazen resteraient vains propos.

 

 

Deuxièmement, admettre qu'Israël est une réalité ne signifie pas qu'on l'accepte pour autant. Le tueur à gages admet la réalité de sa victime avant que de la supprimer.

 

 

Pour couper court à cette discussion oiseuse, je citerai Mechaal en personne (Haaretz, le 13 octobre 2006) : « Je reconnais que, de facto, Israël existe mais j'estime que ce pays n'a pas le droit d'exister »...

 

 

Enfin, quant à l'arrêt de la violence « depuis deux ans », on se contentera d'observer que ce mouvement qui dirige actuellement la Palestine de par le verdict des urnes, a approuvé l'enlèvement du soldat franco-israélien Shalit en Israël l'an dernier et vient de considérer comme légitime l'attentat d'Eilat le 29 janvier dernier...

 

 

 Est-ce que ce Monde est sérieux ?

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by GOLDNADEL Gilles William - dans BLOG-NOTE
commenter cet article
9 février 2007 5 09 /02 /février /2007 12:45

L' ESPRIT BOUCHER

Il y a eu un massacre planétaire à Jenine qui n'a pas existé. Il n'y aura pas de massacre à Korayché où une centaine de Palestiniens ont été sauvagement blessés ou assassinés par les leurs.

 

Rendons grâce à Michel Bole-Richard du Monde pour avoir consacré le 8 février un long article à une tuerie qui n'a pas inspiré le moindre commentaire à la presse hexagonale.

 

Je cite Bole-Richard : « Il ne reste rien du camp d'entraînement de la Garde Présidentielle à Korayché, au sud de la ville de Gaza. La Force exécutive, bras armé du Hamas, l'a rasé au sol. Il n'y a plus que des cendres et des murs écroulés avec, ça et là, des chaussures, des vêtements et des tâches de sang séché. » […].

« L'assaut a été donné dans la nuit du jeudi 1er au vendredi 2 février. Aux dires des rescapés et des blessés, il a duré pratiquement douze heures » […].

« On a essayé de se protéger du mieux que l'on pouvait. Les impacts de balles soulevaient des gerbes de sables. Ceux qui tentaient de s'échapper de se relever étaient touchés » raconte Khalil, vingt ans. […]. Mohamed, vingt et un ans, le fémur éclaté par une balle, a passé onze heures à attendre des secours. "J'étais au milieu des morts et des corps démembrés. L'un deux avait la tête arrachée. Dés qu'un blessé bougeait, ils tiraient. […]. Nous n'avions pas d'armes. Nous ne pouvions pas nous défendre" »

« "Puis les assaillants sont entrés dans le camp. Ils ont mis le feu aux tentes et aux véhicules et achevé des blessés. C'était une expédition punitive" se souvient Samir.

 

Ils avaient tous entre 18 et 21 ans. Ils étaient en formation. Selon le Fatah, 18 d'entre eux ont été tués et 97 blessés, pour la plupart grièvement.

 

Dans le couloir de l'hôpital, Ahmed, 19 ans, explose de rage : "comment des musulmans peuvent faire cela ? Même les Juifs ont plus de pitié. On est venu pour défendre notre pays et ce sont nos frères qui nous tuent". Les ambulances n'ont pas pu approcher pour secourir les blessés qui se sont vidés de leur sang. Dans une maison voisine, un témoin raconte que les fuyards étaient tirés comme des lapins dans les vignes qui jouxtent le camp. Les affiches représentant les photos de la plupart des victimes ont été placardées à l'entrée des  locaux de la Garde Présidentielle. Elles parlent de la" boucherie de Korayché"... ».

 

Non, il n'y a pas eu, il n'y aura pas, de boucherie à Korayché, car la viande humaine palestinienne n'attire ses  friands amateurs que selon la couleur du tablier du prétendu boucher.

 

Bernard Guetta, chroniqueur sur France Inter est un adepte du "wishfull thinking". Jadis, il pronostiqua, arguments péremptoires à l'appui, la défaite de Bush aux élections présidentielles et la victoire du oui au référendum.

 

Le vendredi 9 février à 9:17, Bernard Guetta commente l'accord palestino-palestinien de La Mecque. Il y voit, comme souvent, une grande avancée.

 

La preuve : le Hamas vient – enfin – de reconnaître les accords signés avec Israël. C'est effectivement une avancée. Sauf que c'est faux.

 

Il suffit de lire la presse : c'est Mahmoud Abbas qui a exhorté le Hamas – qui n'a rien signé de tel – à respecter les dits accords.

 

Guetta ne ment pas. Ce n'est pas un méchant homme d'ailleurs. Non, il a seulement tendance à se raconter des histoires.

 

 

La presse a également beaucoup couverte et commenté la Conférence qui s'est tenue le 6 février à Paris sur le drame des enfants soldats.

 

 

 

L'accent a été justement mis sur les efforts de la justice internationale pour lutter contre ce fléau.  

 

Les O.N.G. insistent sur la responsabilité particulière des milices africaines. En juin prochain, Thomas Lubanga, un milicien congolais sera jugé pour crime de guerre devant la Cour pénale internationale de La Haye pour avoir recruté des mineurs de moins de quinze ans.

 

Je n'ai pas trouvé la moindre ligne concernant la responsabilité des milices palestiniennes qui envoient à une mort encore plus certaine des enfants tuer d'autres enfants.

 

Probablement une histoire de boucher sans intérêt.

 

 

Repost 0
Published by GOLDNADEL Gilles William - dans BLOG-NOTE
commenter cet article
1 février 2007 4 01 /02 /février /2007 12:44

DISTRACTIONS

 

 

Lundi soir, le 29 janvier, je reçois au Press Club, Éric Aeschimann, Journaliste à Libération, et co-auteur de Chirac d'Arabie ouvrage que j'ai déjà vanté dans le blognadel.

 

L'homme est intelligent, plutôt sympathique, et assume avec une honnêteté tranquille un pro-palestinisme tempéré. Il se révélera passionnant.

 

En aparté, et avant la conférence, Aeschimann me reproche courtoisement le procès fait à Morin, au regard de la liberté d'expression.

 

Je lui objecte, qu'à ma connaissance, aucune pétition d'intellectuels sur ce pertinent fondement, n'a été publié dans son journal pour prendre la défense, par exemple, du député Vanneste, condamné pour avoir critiqué l'homosexualité ou de Georges Frèche poursuivi pour avoir moqué, de manière colorée, la composition de l'équipe de France de football.

 

J'ai eu l'impression que jamais ce garçon n'avait entendu un tel argument.

 

Et, de fait, la liberté d'expression, dans ce pays étrange, n'appartient, et ne saurait être invoquée – et même évoquée – que par un seul camp, par ailleurs intraitable à l'égard des idées qu'il déteste.

Et tant pis pour la contradiction.

 

Manière de parler, puisque la contradiction, précisément, n'a pas droit d'expression.

 

 

 

Un autre exemple, en passant.

 

Je regarde ce soir l'excellente chaîne Histoire.

 

Sujet récurrent et affinitaire : la déportation des Juifs Hongrois. À la fin du sujet, des soldats alliés qui viennent de découvrir Auschwitz et ces atrocités, racontent, sans état d'âme particulier, la manière dont ils ont fait parler Rudolf Hoess, le commandant du camp, en le rossant de belle manière et en obtenant ainsi la reconnaissance de son identité.

 

Au regard des critères moraux et juridiques d'aujourd'hui, il ne fait aucun doute qu'il s'agit d'une torture répréhensible et réprimée.

 

Et bien, j'avoue. Non seulement, je n'ai pas désapprouvé la méthode efficace d'investigation, mais même 60 ans après, j'ai éprouvé une satisfaction sans mélange d'apprendre que le nazi avait pu ressentir une toute petite parcelle d'échantillon de la souffrance subie par ses victimes.

Et en écrivant cela je ne crois  attenter ni à la morale ni à l'intelligence.

 

Seulement au droit positif actuel qui, à n'en pas douter, me rend passible du délit d'apologie de la torture.

 

Et si on me pousse un peu je pourrais m'interroger sur le cas du terroriste ayant dissimulé une bombe.

Mais qui diable, dans ce cas, défendra ma liberté d'expression ?

 

 

 

Et comme je suis en forme, je voudrais pousser l'infamie jusqu'à son terme.

 

J'avoue également, qu'il ne m'apparaît pas que la dernière loi française visant à empêcher le rétablissement très hypothétique de la peine de mort, constitue une avancée éblouissante vers la lumière éternelle.

 

Non que je sois un suppôt exalté de la peine capitale. Je fais mienne la plupart des objections à son encontre, à l'exception évidente du risque de récidive.

 

Non, mais ce sont les abolitionnistes d'aujourd'hui qui posent un dramatique problème de timing.

 

Ils n'ont pas remarqué, les malheureux, qu'aujourd'hui, ce ne sont pas les États démocratiques occidentaux qui font office de  bourreaux. Mais les groupes et les individus.

 

Et pourtant, ils continuent de gaspiller leur formidable énergie et leur redoutable entregent à réserver leurs coups contre le principal rempart contre une barbarie désormais sans uniforme.

 

Il peut arriver que la distraction tourne à la diversion.

 

 

 

GWG
Repost 0
Published by GOLDNADEL Gilles William - dans BLOG-NOTE
commenter cet article
22 janvier 2007 1 22 /01 /janvier /2007 16:57

 

 

LE JUSTE ET L’INJUSTE (suite sans fin)

 

 

Disposant de davantage de temps, je souhaiterais revenir sur ma précédente et amère chronique consécutive au discours de Chirac sur les Justes.

 

Contrairement à mes pronostics, mes  lecteurs et mes auditeurs (il s'agissait davantage d'un billet radiophonique à l'attention de Radio J. que d'un article de fond) l'ont bien comprise, à de très rares exceptions, qui m'ont donné néanmoins un goût de trop peu.

 

Tout d'abord, et pour autant que cela soit nécessaire, je tiens ici à indiquer que cet hommage solennel me paraît fort bien venu.

 

Je le dis d'autant plus nettement que j'ai par ailleurs écrit, notamment dans mes « Martyrocrates », que certaines cérémonies mondaines autour de la Shoah étaient arrivées à m'inspirer gêne et irritation. Mais rien de cela, en la circonstance. Cet hommage indispensable s'imposait.

 

Il s'imposait à l'égard de la souffrance des Juifs français ou étrangers déportés par les nazis avec la complicité de Vichy, mais, à mes yeux, il s'imposait davantage encore pour rendre enfin justice à une partie admirable du peuple français qui a fait montre d'un courage simple et d'une humanité modeste et rayonnante.

 

À l'heure où l'Histoire de ce pays et de ses habitants sont systématiquement roulées dans la fange, dans le cadre d'une repentance morbide et convenue, il fallait que cela fut fait.

 

Mais, je persiste à penser que le Président de la République à qui est revenu cette charge ne peut qu'inspirer, à cette occasion, des sentiments pour le moins mélangés.

Aussi mélangés, précisément, que les motivations qui l'ont conduit jusqu'à aller plus loin que ses prédécesseurs sur le chemin de la reconnaissance du martyre et de ses responsables.

 

Ce n'est  pas l'auteur de ses lignes qui a enfreint seul cet étrange tabou.

 

Je lirai ici ce passage de « Chirac d'Arabie » (Grasset) écrit récemment par Éric Aeschimann et Christophe Boltanski, deux journalistes de « Libération », qui ne sont pas, inutile de le préciser, des suppôts du sionisme :

« Deux mois après son élection à la présidence de la république, Jacques Chirac fait face à la très grande Histoire : le souvenir de la Shoah. (...) Dans sa conclusion, il parle de « faute collective ». Pour la première fois, un président de la République fait sienne la part d'ombre de l'histoire de  France. C'est probablement le discours le plus intense, le mieux écrit, qu'il ait jamais prononcé. Le moins mécanique, aussi. L'engagement personnel et la sincérité ne font aucun doute. (...).

 

Et pourtant, comme chez tous les grands fauves politiques, le rôle respectif des grandes convictions et des petits calculs demeure impossible à déterminer – et moins encore si le sujet est crucial. (...).

Chirac a pris l'habitude de passer par la gauche pour parvenir à ses fins. Dans l'entrelacs des questions liées au conflit israélo-palestinien, il aura plusieurs fois l'occasion de recourir à cette tactique.

 

"Qu'il ait tant d'amis juifs est un fait très important, soupire un ancien conseiller, car il pense que cela le dédouane".

Par exemple, cela l'exonère de tout scrupule quand, dans le Washington Times, il se met à voir un complot des services secrets israéliens derrière la tentative d'attentat contre un avion d'El Al, en avril 1986 ».

 

 Dans cet hommage présidentiel aux Justes, il manqua deux choses, dont l'omission ne doit rien au hasard.

 

La première, est la moindre référence à l'État d'Israël qui, pourtant, les créa institutionnellement.

 

Je relis le début du beau texte qui est désormais gravé sur la plaque du Panthéon : « Sous la chape de haine et de nuit tombée sur la France dans les années d'occupation, des lumières, par milliers, refusèrent de s'éteindre. Nommés "Justes parmi les nations..."... ».

 

Il convenait, au nom de la vérité et de la justice honorées ce jour-là, d'ajouter « par l'État d'Israël ».

 

Cela manquera sur la pierre.

 

Mais sans doute, n'aurai-je pas gâché, à ma misérable échelle, la satisfaction légitime de mes contemporains, si il n'y avait eu à déplorer que ce seul manquement.

 

Un autre, infiniment plus grave, ne pouvait être vulgairement porté en pertes et profits.

 

Je vais relire ici le texte du discours présidentiel sur la leçon à tirer du passé et où il évoque le présent : « Telle est la leçon de ces années noires : si l'on transige avec l'extrémisme, il n'y a qu'une attitude : le refus, l'intransigeance. Et c'est sans merci qu'il faut lutter contre le négationnisme, contre la vérité, perversion absolue de l'âme et de l'esprit, forme la plus ignoble, la plus abjecte de l'antisémitisme. »

 

Il eut fallu, il était indispensable, sans qu'il soit nécessaire de nommer l'Iran islamiste, de rappeler qu'aujourd'hui ce n'était plus seulement des individus, mais un État tout entier qui organisait la forme la plus ignoble de l'abjection.

 

Et, de grâce, que l'on ne m'objecte pas que la référence à « l'extrémisme » incluait implicitement mais nécessairement le pays d'Aman et Djihad.

 

Je relis ici l'éditorial extatique du Monde qui, lui non plus, n'a pas voulu y songer : « face à l'extrémisme, il n'y a qu'une attitude : le refus, l'intransigeance » a-t-il (Chirac) à nouveau martelé. Au moment où les extrêmes droites européennes renaissent chaque jour un peu plus de leurs cendres, au moment où elles constituent un groupe au Parlement européen et en confient la présidence à un français – Bruno Gollnisch (FN), poursuivi et désormais condamné pour des propos négationnistes – au moment où les 27 pays de l'Union hésitent à coordonner leurs législations pour lutter contre le négationnisme, cette mise en garde de Jacques Chirac est plus que jamais d'actualité. Il convient de saluer cette vigilance ».

 

La belle conception de l'actualité que voilà, une poignée de jours après la plus grande, la plus grave, la plus médiatisée conférence négationniste de l'après Shoah, organisée à Téhéran.

 

La belle vigilance que voilà, toujours aussi sourde, aveugle et muette devant la montée d'un antisémitisme islamique que l'on refuse même de penser.

 

La belle intransigeance que voilà, qui pense à envoyer chez les nazislamistes un émissaire, contre l'avis unanime des nations européennes – sans même parler des États-Unis – au moment où, le maniaque atomiste iranien semble donner des signes de fatigue.

Alors même, faut-il le signaler, que nous ne sommes pas sur le terrain du complexe conflit israélo-palestinien, mais face à un régime fanatique et condamné par les nations démocratiques.

 

Non, je me refuse à cautionner un tel écart vertigineux entre le passé et le présent, le verbe et l'action, le fantasme et le réel, le vrai courage et la facilité.

 

Non, cher Clovis, qui m'approuvez d'un air résigné, je ne veux pas qu'un autre Chirac puisse célébrer dans vingt ans les miséricordieux protecteurs des victimes de la nuit qui descend.

GWG

Repost 0
Published by GOLDNADEL Gilles William - dans BLOG-NOTE
commenter cet article
18 janvier 2007 4 18 /01 /janvier /2007 17:29

LE JUSTE ET L’INJUSTE

  

 

Au moment où la République française et son président s’apprêtent enfin à honorer les Justes de ce pays comme il convient, je ne puis m’empêcher de ressentir une sorte d’aigreur.

 

 

Qu’on pardonne à l’avance les propos un rien iconoclastes qui suivent, mais je ne peux ni ne veux les retenir.

 

 

Tout d’abord – et pour autant que comparaison soit raison – je suis entièrement convaincu que les Justes d’aujourd’hui sont les Français non Juifs qui, dans l’ingratitude, dans l’ironie, et au parfois au détriment de leur carrière, continuent vaille que vaille, avec vaillance à défendre non seulement le droit sacré d’Israël à l’existence mais encore le droit tout aussi sacré des Juifs vivants à la sécurité et à la dignité sur une terre et un état qui leur appartiennent à tout jamais.

 

 

Pour ne prendre qu’un seul exemple, je crois – et je le lui ai donc dit – qu’un Guy Millière est un Juste d’aujourd’hui à honorer comme il convient.

 

 

Mais je veux dire aussi l’amertume que je ressens et que je ne veux pas dissimuler, de voir le même chef d’État qui honore les merveilleux Justes d’hier s’apprêter à envoyer dans l’Iran nazislamiste un émissaire officiel. On ne négocie pas, on n’atermoie pas avec un État qui se propose de détruire les survivants d’une tragédie que l’on nie par ailleurs ouvertement.

 

 

Pour le dire autrement, tout cela ne me paraît ni très digne, ni très juste.

GWG

D'après mon allocution sur Radio J

Repost 0
Published by GOLDNADEL Gilles William - dans BLOG-NOTE
commenter cet article
15 janvier 2007 1 15 /01 /janvier /2007 15:20

DES INDIENS À PARIS

 

 

Libération vient de publier une pétition d'artistes et d'intellectuels apportant leur soutien au malheureux Pascal Sevran, mis en cause pour ses déclarations intempestives sur les Africains et leurs mœurs.

 

On se souvient que le protecteur officiel de la chanson française – et protégé officieux de François Mitterrand – a déclenché récemment quelque remous d'eau douce pour avoir considéré lapidairement que les Noirs étaient responsables de la progression du sida en raison d'un usage immodéré de leurs « bites » (sic).

 

La seule et unique fois où j'ai rencontré Sevran, c'était sur le plateau de l'émission de Thierry Ardisson, et celui-ci, s'employait tranquillement à justifier la protection qu'avait accordée son présidentiel protecteur à René Bousquet, grand organisateur de la rafle du Vel d'hiv.

On conviendra que c'est assez peu pour me le rendre sympathique.

 

Donc, après sa dernière sortie, Pascal a été quelque peu gourmandé. Mais sans conséquences judiciaires pénales ou prud'homales.

Et c'est, à mon humble sens, tant mieux.

 

Mais c'était encore trop pour ses amis et obligés.

 

On pourrait se douter que je n'aurais pas consacré mon blog-notes d'aujourd'hui à la souffrance de celui-ci si les justifications apportées par les pétitionnaires à son soutien ne me permettaient, une nouvelle fois, de montrer que ce pays n'a rien à envier aux Indes en matière de caste prophylactique.

Il nous était, en effet, expliquer sans rire que Sevran ne pouvait pas être raciste puisque fils de réfugié espagnol et homosexuel...

 

 

 

Ce type d'explication essentialiste, cette objection suprême indiscutable, cette fin de non-recevoir touchant à l'essence même de l'être insoupçonnable et encore plus incondamnable à raison de la communauté, de la profession, du clan politique de la personne à protéger absolument nonobstant l'acte qu'il a commis est une spécialité française incontestée.

 

 

Bertrand Cantat, meurtrier de Marie Trintignant, n'était pas coupable de crime, mais victime du système judiciaire lituanien, nous expliquaient, avec l'indignation de rigueur, Armand Gatti et ses pétitionnaires du Monde, parce qu'il était artiste et qu'il avait participé aux luttes contre l'extrême droite...

 

Edgar Morin ne pouvait être poursuivi, sans infamie, en justice pour un texte infâme mettant en cause expressément les Juifs puisqu'intellectuel-Juif-de-gauche.

 

José Bové ne pouvait être sanctionné pour des délits récidivants puisque "militant syndical".

 

Enfin, et peut-être surtout, Césare Battisti, terroriste et assassin, court toujours sans que nul à Paris ne s'en soucie, parce qu'il n'était pas question d'extrader vers son pays qui le réclame toujours – tous partis confondus –  un écrivain révolutionnaire.

 

 

 

Français, ne plaignez pas vos Intouchables. Ils le font tellement mieux que vous.

 

 

 

GWG
Repost 0
Published by GOLDNADEL Gilles William - dans BLOG-NOTE
commenter cet article
11 janvier 2007 4 11 /01 /janvier /2007 13:38

DES GENS TRES DISCRETS

Nous devrions pavoiser. Les islamistes des « tribunaux islamiques » de Somalie sont en déroute.

Une fois n'est pas coutume. Ils pensaient qu'Allah était avec eux. Ils tenaient Mogadiscio. Ils avaient déjà signifié aux femmes de ne sortir en ville qu'accompagnées de leurs maris.

Grâce à l'armée éthiopienne, les fous de Dieu, venus de partout, se sont sagement débandés.

Mais déjà, les gazettes européennes, d'une remarquable neutralité de la prise du pouvoir par les fous précités n'ont de cesse de s'interroger sur la date et l'heure de départ des troupes d'Addis-Abeba.

Il y a quelques jours, notre bon vieux journal vespéral indiquait qu'aux États-Unis certains contestaient le parti pris pro-gouvernemental de l'administration américaine. Plutôt que de remarquer, moins négativement, l'évidente satisfaction de la quasi unanimité des observateurs politiques et médiatiques.

Autrement dit : cache ta joie...

En réalité, et je ne l'ai écrit que trop souvent, les islamistes du Soudan ou de Somalie, de France ou d'Angleterre ne sont pas des ennemis à détester tripalement.

Toute haine est à proscrire. Ce n'est pas Ben Laden ou Zarkaoui que l'on conspue dans les rues européennes, mais Bush ou Blair.

Pas question, dès lors, de se réjouir grossièrement  de leur défaite.

Autres temps, mêmes mœurs délicats, dans son excellent « Pourquoi Hitler ? » (J.C Lattès) Ron Rosenbaum s'étonne qu'avant sa prise de pouvoir en 1933, le Führer inspirait la moquerie, le mépris, l'indifférence, l'intérêt, la fascination, la révérence, la crainte, bref, toute la palette des sentiments à la notable exception de la haine viscérale.

On apprend que plusieurs organisations humanitaires ont quitté le Darfour : « Tabassages, coups de crosses, simulacres d'exécutions, viols, pillages et destructions : c'est ce qu'ont subi, durant la nuit du 18 au 19 décembre, les personnels des associations humanitaires étrangères basées dans le sud de la province soudanaise du Darfour » (Le Monde du 6 janvier).

La lecture attentive de l'article finit par nous faire comprendre que les violences émanent des « milices arabes » soudanaises.

Les employés français d'Action contre la Faim, comme leurs homologues britanniques d'Oxfam ont été, nous dit-on, victimes d'un déchaînement de violence inouïe.

Cependant, les O.N.G sont restées, nous révèle-t-on « volontairement discrètes sur les événements »...

Au même moment, Ségolène avait l'extrême bravitude d'évoquer en Chine les « droits humains ».

Il est des jours où je préférerais être Soudanais plutôt qu'Israélien ou Tibétain. 

C'est plus cool.

Notre Président de la République pour encore quelque temps vient de prononcer son dernier discours annuel.

Il s'est attaché à appeler à une relance du règlement du conflit israélo-palestinien qui « entretient dans le monde musulman tout entier un sentiment d'incompréhension et d'injustice, comme si le nouvel ordre international comportait deux poids et deux mesures ».

Pour le bien connaître, je puis attester que le même conflit entretient dans le monde juif tout entier le même sentiment d'incompréhension et d'injustice, comme si l'ordre international de toujours comportait deux poids et deux mesures.

GWG

 

 

 

Repost 0
Published by GOLDNADEL Gilles William - dans BLOG-NOTE
commenter cet article

Articles

Catégories