Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 janvier 2008 2 08 /01 /janvier /2008 14:45

CADENASSAGES

  

 

France 2. Samedi 5 janvier 2008. 20 heures.

Premier sujet : Des clandestins en zone de rétention à Roissy. Un sénateur vert vient dire tout le mal qu'il pense de la manière dont la France les traite. Empathie pour les sans-papiers.

Second sujet : José Bové s'exprime sans aucune contradiction sur la grève de la faim qu'il est censé mené avec ses camarades anti OGM. Empathie pour les grévistes.

Troisième sujet : un reportage sur les «Désobéissants» : les téléspectateurs sont tenus scrupuleusement informés des nouvelles techniques médiatiques et juridiques utilisées par les contestataires, manifestement très à gauche, pour lutter de manière citoyenne.

Quitte à enfreindre la loi. Empathie pour les résistants.

Les trois sujets se suivant et se ressemblant, je décide de passer sur Arte.

Hommage à Simone de Beauvoir. Une «intellectuelle» allemande que je ne connais pas explique doctement et sans être contredite que si la philosophe féministe était encore de ce monde elle lutterait contre tous les fondamentalismes «qu'ils soient juifs, chrétiens ou musulmans».

Je ne savais pas que les Juives et les Chrétiennes étaient lapidées ou que l'on décapitait les journalistes à Rome ou à Jérusalem.

 

 

France 5. Dimanche 6 janvier 2008. Laurent Fabius, invité de Serge Moati compare Sarkozy à Berlusconi et dénonce «un cadenassage médiatique extraordinaire».

 

 

On ne saurait mieux dire. C'est même le cadenassage le plus extraordinaire de tous les temps. Il dure depuis 40 ans.

Car il voit le geôlier entonner sans complexe l'air de la liberté outragée devant des prisonniers écervelés qui ne comprennent toujours pas qui détient la clé.

 

 

 

 

Repost 0
Published by GOLDNADEL Gilles William - dans BLOG-NOTE
commenter cet article
21 décembre 2007 5 21 /12 /décembre /2007 10:39

LA PAIX ASYMETRIQUE  N’EST PAS LA PAIX

 

 

Mon ami Ilan Greilsamer écrivait récemment dans Libération, à l'aube de la Conférence d'Annapolis, que les peuples palestinien et israélien devaient chacun renoncer à leurs rêves respectifs et contradictoires. Le premier au retour dans ses foyers en Israël, le second au « Grand Israël ».

Malgré toute l’estime que j'ai pour ce porte-parole talentueux de la gauche israélienne  éclairée, ce qu'il écrit est entièrement faux.

Je pourrais m'épuiser à apporter les preuves du renoncement de la très grande majorité des Israéliens au rêve biblique : des accords d'Oslo au retrait de Gaza, de l'élection triomphale du parti centriste Kadimah sur son programme d'un retrait unilatéral de Cisjordanie aux sondages constants qui montrent que la plupart des Israéliens sont prêts à un compromis territorial  « douloureux » mais en contrepartie d'une paix définitive et non de nouvelles surenchères.

En ce qui concerne, les Arabes de Palestine, en revanche, même ses représentants les plus modérés – et  nous  ne sommes pas sûrs qu'ils soient majoritaires – ont refusé récemment de reconnaître Israël comme État du peuple juif, conformément à la résolution onusienne du partage de 1947.

Ce refus rend cohérent le maintien de l'exigence du droit au retour des réfugiés dans leurs maisons.

À ce jour, il n'est toujours pas possible d'admettre que le peuple arabe de Palestine, qui a porté le Hamas au pouvoir, a renoncé définitivement à ses clefs et à ses songes.

Retour à Greilsamer. C'est ce désir, déconcertant  d’irréalisme, de vouloir absolument, soit par souci d'objectivité apparente, soit pour lutter contre la désespérance de l'impuissance, renvoyer les antagonistes dos à dos, qui relève du songe creux.

Au-delà de cet onirisme politique bien caractéristique d'une partie de la classe intellectuelle israélienne –  qui contraste toujours autant avec le monolithisme  des intellectuels du camp d'en face – il est clair que les Israéliens ne peuvent même pas espérer capitaliser durablement les compromis qu'ils ont faits ou qu'ils sont prêts à faire.

Si un intellectuel israélien aussi brillant et bienveillant est capable de tourner le dos à des  évidences aussi manifestes, on comprend mieux comment l'opinion publique internationale dans son ensemble, dans le meilleur des cas, renvoie également dos à dos les protagonistes.

Dans le meilleur des cas. En réalité, il n'en est rien. Et nous savons que les check-points et les clôtures de sécurité pour prévenir les attentats sont plus décriés que ceux qui les commettent.

Retour à Oslo. L'armée israélienne n'occupe plus les villes de Cisjordanie, malgré le terrorisme qui se poursuit. Échec des pourparlers de Camp David et de Taba. Déclenchement par Arafat de l'intifada armée avec utilisation des kamikazes.

Qui, en Europe, a clairement déclaré qu'il s'agissait d'une violation caractérisée d'un accord basé avant tout sur la renonciation à obtenir ses objectifs politiques par la violence ?

Dès lors, l'Israélien moyennement avisé – qui a clairement renoncé à ses rêves, mais qui sait qu'il n'a pas droit à l'erreur – peut-il être persuadé que la communauté  internationale qui doit garantir le compromis territorial espéré, saura cette fois arbitrer impartialement et sans faiblesse les parties en cas de non-respect de celui-ci ?

C'est cette première asymétrie, qu'il n'est pas le lieu ici d'expliquer, qui est l'une des causes de l’immense difficulté à résoudre le conflit centenaire.

 

 

Mais il existe une autre asymétrie dans les exigences imposées implicitement à chaque partie, aussi lourde de conséquences.

Celle de savoir qui les représente valablement.

En ce qui concerne Israël, la chose est simple. Son représentant est le chef de son gouvernement démocratiquement élu.

En ce qui concerne, l’Autorité Palestinienne, depuis l'arrivée au pouvoir du Hamas, également de manière démocratique, l'affaire est autrement plus complexe.

On a déjà beaucoup glosé sur Annapolis, qui ne méritait pas, à notre sens, autant excès d'honneur ou d'indignité.

Néanmoins, son aspect le plus critiquable réside dans le défaut de légitimité représentative de ses acteurs.

Tout a été dit sur la faiblesse politique respective des représentants américain, israélien et palestinien.

 

Mais, le problème que pose ce dernier est d’une autre nature que la faiblesse des deux autres.

Il ne s'agit pas seulement d'impopularité politique, il ne s'agit pas seulement de géographie et de la perte de Gaza, il ne s'agit même pas – quoique le problème soit de taille – de son manque de maîtrise sur le Fatah lui-même qui poursuit le terrorisme avec ses brigades d’Al Aksa.

 Il s'agit de savoir qui peut engager le peuple arabe de Palestine, divisé entre ses islamistes irréductibles et violents et ses plus modérés.

À notre connaissance, c'est la première fois dans l'histoire moderne des relations internationales, qu'une partie est agréée dans des accords à rechercher sans disposer d'un aussi peu clair mandat pour négocier.

Cette asymétrie juridique et politique est grosse de péril.

 À supposer, qu'un accord soit trouvé, après d'âpres négociations, quelle valeur aura-t-il si, en définitive, l'opinion publique palestinienne maintient son soutien au Hamas, et alors même que la partie israélienne aura abattu toutes ses cartes ?

Notre israélien moyennement avisé – celui qui a renoncé à ses rêves mais qui souhaite ne pas voir survenir de nouvelles surenchères et de nouvelles violences – n'est-il pas en droit de craindre une  négociation à venir sur un terrain aussi friable ?

 

 

 

 

 En pleine lune de miel d’Oslo, Yasser Arafat s'était rendu rencontrer les musulmans d'Afrique du Sud. À Johannesburg, dans une mosquée qu'il croyait à l'abri des oreilles indiscrètes, il expliqua tranquillement que les accords n'étaient qu'une ruse pour reconquérir la Palestine par étapes. Mais ses propos firent l'objet d'un enregistrement et révélé au public israélien.

Qu'arriva-t-il ? Rien.

Feu Fayçal al  Husseini prononça peu ou prou les mêmes paroles peu avant son décès, en pleine intifada des mosquées. Quoique là encore, l'affaire fut rendue publique, cela ne l'empêcha pas d'être enterré sous des tonnes d'éloges universels célébrant le dirigeant palestinien modéré, qu'il était sans doute, par comparaison.

Chacun sait que les livres d'école des petits enfants de Palestine nient catégoriquement l'État juif quand ils ne recèlent pas, pour certains d'entre eux, des discours antisémites et négationnistes.

L'indifférence internationale demeure largement la règle.

Il n'en est pas de même des Israéliens, dont les propos sont examinés soigneusement.

Ainsi, de ceux, particulièrement écœurants, du Grand rabbin Ovadia Yosef, comparant les Arabes palestiniens aux serpents, qui firent le tour du monde, bien que le rabbin n'avait déjà plus d'âge lorsqu'il les prononça....

Ainsi encore, ceux d'Ariel Sharon appelant les Juifs de France à immigrer en Israël pour cause d'antisémitisme et auquel un journal français du soir crut devoir consacrer pas moins de trois articles, dont un en première page... trois mois après ceux-ci...

C'est que les mots des Arabes ne comptent pas, ou très peu.

Dans ces contrées où le verbe est paraît-il censé régner en maître, pas question de le prendre au pied de chaque lettre.

C'est ainsi que l'on peut se permettre de dire tout le lundi et son contraire le mardi.

A fortiori dans une langue différente.

C'est cette asymétrie dans la responsabilité du discours, qui autorise les harangues enflammées auxquelles les foules croient, qui autorise la pensée magique et démagogique.

Elle déresponsabilise les uns et rend méfiants les autres.

 

 

Mais la plus cruelle, la plus dangereuse des asymétries est à venir.

Elle concerne les actions commises ou inexécutées par les Arabes de Palestine et qui ne sauraient non plus les engager, les qualifier ou les disqualifier.

Retour sur Oslo. Arafat s'engage à lutter contre le terrorisme. Il ne fait rien ou presque, au nom de l'unité sacrée de son peuple. Quand des terroristes sont arrêtés, ils sont libérés quelques jours plus tard selon le principe qui sera connu sous le nom de « tourniquet ».

Le raïs n'hésite pas cependant à jouer du terrorisme de ses incontrôlés pour obtenir davantage encore de son partenaire selon une méthode qu'un pénaliste chagrin pourrait qualifier de racket.

Jusqu'à son décès, ou à peu près, ce qu'a fait Arafat, ce qu'il devait faire mais n'a pas fait n'a guère été porté à son débit et encore moins à celui de son organisation politique.

Le Hamas prend le pouvoir par les urnes. Il ne renonce ni à la destruction d'Israël – en dépit de quelques déclarations alambiquées qui n'ont trompé que ceux qui rêvaient de l'être – il n'a pas renoncé au terrorisme. Au lieu de cela, il  tire des bordées sur le territoire voisin.

En dépit de cela, il s'est trouvé encore de nombreux pays ou personnalités – y compris en Israël – pour exiger d'Israël de négocier sans préalable.

Le président palestinien est un homme modéré. Il est physiquement courageux.

Néanmoins, je l'ai dit, une partie de ses troupes refusent de lui obéir et poursuivent les actions terroristes sans qu'il ne fasse ni ne dise mais.

Cette aberration ne soulève aucune protestation internationale. Aucun responsable politique ne réclame à Mahmoud Abbas de ce qu'au moins il fasse le ménage au sein de son propre mouvement, le Fatah.

Aucun ne l’a enjoint de se conformer à la feuille de route qui lui faisait obligation de régler le problème Hamas. Résultat : c'est le Hamas qui lui a réglé son compte à Gaza...

Un esprit positif pourrait penser qu'une telle bienveillante compréhension s'explique par la faiblesse des Arabes de Palestine, par celle de ses représentants modérés, qu'il conviendrait d'aider coûte que coûte.

Cette explication est aussi courte que convenue.

En réalité, peu importe ce que font les Palestiniens. Car peu importe ce qu'ils veulent, ce qu'ils disent, ce qu’ils votent.

Une bonne fois pour toutes, par empathie ou par mépris, ou les deux à la fois, les Arabes de Palestine sont des mineurs irresponsables et leurs discours et leurs actes ne les engagent donc pas juridiquement.

 

 

 

 

L'Histoire dira peut-être un jour pour quelles raisons psychologiques un homme aussi courageux et avisé que le regretté  Isaac Rabin s'est entêté à poursuivre des négociations avec un partenaire aussi insincère et inconséquent que Yasser Arafat.

Cela, à nos yeux, ne saurait valider ou invalider les accords d'Oslo.

Celui qui s'exprime ici, clairement engagé dans un camp, n'a pas à renoncer à un quelconque rêve biblique qu’il n'a jamais nourri et n'est entravé par aucun a priori idéologique, notamment sur la question territoriale.

Il propose cependant, à son humble place, une sorte de vade-mecum de nature à entreprendre une négociation digne de ce nom, c'est-à-dire sérieuse, sans compromettre les intérêts vitaux d'un État  dont il sait la grande fragilité.

Il appelle en conséquence ceux qui veulent bien le lire ou l’écouter à bien méditer l'expérience de l'échec d'Oslo qui doit servir d'anti-modèle absolu.

La première de toutes est d’exiger désormais du «partenaire» arabe de Palestine qu'il remplisse son devoir de responsabilité.

Cela ne signifie pas l'absence de souplesse dans le dialogue, mais cela signifie de le considérer sur un pied d'égalité de droits mais aussi d'obligations.

La paix asymétrique, n'est, objectivement, que la prolongation de la guerre asymétrique par d'autres moyens.

Si l'on souhaite vraiment et ardemment disposer d'un État que l'on vous a promis à de multiples reprises, et pas seulement détruire ce qui existe déjà, cela doit se mériter.

Il est vrai que rien n'est pire que l'immobilisme qui prévalait avant Annapolis.

Rien, sauf  une fuite en avant irréfléchie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by GOLDNADEL Gilles William - dans BLOG-NOTE
commenter cet article
5 décembre 2007 3 05 /12 /décembre /2007 17:31

Conférence d’Annapolis –

 

Tournant radical ou une simple péripétie ?

 

 

 

Au lendemain de la conférence d’Annapolis sur le conflit israélo-palestinien, France Soir a interrogé Me Gilles William Goldnadel*, président de France Israël et d’Avocats sans frontières. Auteur d’ouvrages de référence sur le conflit du Proche-Orient et les questions de société, connu pour son analyse non-conformiste, il réagit aux derniers développements de l’actualité.

FRANCESOIR. Me Goldnadel, que vous inspire l’état des relations israélo-palestiniennes ?         
ME GILLES WILLIAM GOLDNADEL. Le nœud du problème demeure le peu d’intérêt véritable des Arabes de Palestine pour la création d’un Etat à côté et non à la place d’Israël. Sinon, cet Etat aurait déjà été créé, soit en 1947 soit à la suite des accords d’Oslo. En élisant démocratiquement le Hamas, les Arabes de Palestine ont montré qu’il considéraient toujours majoritairement les Juifs comme des usurpateurs de leur terre. Même les « modérés » du Fatah d’Abou Mazen refusent de reconnaître Israël en tant qu’Etat juif. Ils ne sont donc toujours pas résolus au partage onusien de 1947 entre un Etat arabe et un Etat juif, même en contrepartie de la création d’un Etat indépendant. D’où le maintien de leur exigence du retour des « réfugiés » sur le territoire israélien. Le peuple arabe de Palestine est divisé en deux camps : le premier, que je veux croire sincère, est prêt à côtoyer pacifiquement un Etat dénommé « Israël » mais qui deviendrait de fait binational, avec inéluctablement à terme une majorité arabe ; le second, déterminé à expulser dès que possible les infidèles du sol sacré. Je ne dis pas qu’il n’existe pas non plus en Israël des extrémistes irréductibles, mais la majorité des Israéliens est prête au compromis historique de deux Etats indépendants pour les deux peuples, à condition qu’il s’agisse d’une vraie paix et non d’un nouveau tremplin pour de nouvelles exigences et violences. L’expérience des accords d’Oslo et des évacuations unilatérales du Liban et de Gaza considérées comme des signes de faiblesse a traumatisé même les plus ouverts aux concessions.


Dans ce contexte, comment appréhendez-vous les accords d’Annapolis ?
L’histoire dira s’il s’agit d’un tournant radical ou d’une simple péripétie. Le principal argument en faveur de la réunion, c’est que nul n’était capable de proposer la moindre solution pour sortir de la redoutable impasse qui sévissait. Cependant, l’insigne faiblesse des acteurs politiques engagés a de quoi inquiéter. Surtout s’agissant du président palestinien. Il ne s’agit pas seulement d’une faiblesse politique comme pour ses deux partenaires, Bush et Olmert, mais d’une carence institutionnelle inouïe : géographiquement, il a perdu la moitié de son territoire au profit du Hamas à Gaza ; le Fatah ne lui obéit qu’à moitié en poursuivant les actions terroristes contre Israël par le truchement des brigades Al Aksa, ce qui illustre son manque de pouvoir ; surtout, il existe un pouvoir majoritaire Hamas démocratiquement élu par le peuple arabe de Palestine. A supposer que tout aille pour le mieux, que vaudra la signature dans un an d’un accord avec un mandataire si juridiquement et politiquement contestable et alors même qu’Israël aura étalé toutes ses cartes ? Je souhaite une paix définitive entre deux peuples disposant chacun d’un excellent dossier. Je reconnais le caractère incontournable et légitime du peuple arabe de Palestine, même si je n’ai aucune estime pour l’expression de son nationalisme, en raison tant de son irrédentisme que du caractère morbide de sa culture de la victimisation et de la violence fanatique de ses méthodes. Il faut cesser de traiter les Arabes de Palestine comme des mineurs incapables dont les discours et les actes ne devraient pas être pris au sérieux. Il faut leur imposer un devoir de responsabilité. Un Etat n’est jamais dû mais doit se mériter. Ils doivent donc choisir entre le maintien de leurs exigences jusqu’au-boutistes ou la négociation âpre mais sans violence pour obtenir une représentation nationale sur une partie d’une terre dont je ne doute pas qu’ils y soient attachés. Quant aux observateurs européens, je souhaite qu’ils montrent autant d’esprit critique à l’égard du nationalisme palestinien qu’à l’égard de la partie israélienne. Dans l’intérêt bien compris des deux camps.

Considérez-vous la nouvelle France de Sarkozy et Kouchner comme plus équitable de ce point de vue ?
L’arrivée de Nicolas Sarkozy au pouvoir a changé profondément la politique étrangère de la France. La rupture avec un archéo-gaullisme tiers-mondiste à l’antiaméricanisme primaire me paraît incontestable. Le péril islamiste, iranien ou non étatique, a été définitivement assimilé. Nicolas Sarkozy a compris qu’Israël était un Etat-nation démocratique déterminé à défendre coûte que coûte son existence identitaire menacée par la violence et que la France court les mêmes dangers. Même si la France n’entend pas être à la remorque de Jérusalem elle a rompu avec cette hostilité systématique qui lui servait de stratégie. Le talent baroque et l’indépendance d’esprit de Bernard Kouchner confirment positivement un changement d’attitude amorcé par le Quai d’Orsay après septembre 2001.

Lexique

-          Fatah : « Mouvement national palestinien de libération » politico-militaire, fondé par Yasser Arafat en 1959. En 1993, des négociations avec Israël créent l’Autorité palestinienne. Lors de l’Intifada Al-Aqsa de 2000 le Fatah est dépassé par le Hamas.
- Hamas : Mouvement politique des territoires occupés issu d’une organisation terroriste créée en 1992 par Ahmed Yassine. Le Hamas a remporté les élections palestiniennes législatives du 26 janvier 2006 et a pris le contrôle de la bande de Gaza le 15 juin 2007.
- Autorité palestinienne : Créée par les accords d’Oslo (1993)* pour représenter les Arabes de Cisjordanie et de la bande de Gaza. Elle a un président et une assemblée élue au suffrage universel, une police et des représentants dans plusieurs pays.

* Avocats sans frontières, France-Israël et la revue Controverse organisent un colloque international à la Maison du Barreau (Paris, Ier arrondissement) le 10 décembre (9 h-18 h), sur les lendemains de la conférence d’Annapolis. S’exprimeront l’ancien chef d’état-major d’Ariel Sharon, le général Yaalon, Shmuel Trigano, Michel Gurfinkiel, Gilles William Goldnadel. Benjamin Netanyahou, ancien Premier ministre, donnera son point de vue de chef de l’opposition avant de rencontrer le président Nicolas Sarkozy.

 

 

 

Propos recueillis par Alexandre del Valle, le lundi 3 décembre 2007

Edition France Soir du lundi 3 décembre 2007 n°19660 page 16

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by GOLDNADEL Gilles William - dans BLOG-NOTE
commenter cet article
19 novembre 2007 1 19 /11 /novembre /2007 16:50

La mère de toutes les questions

 

Enfin. Le gouvernement Olmert a exigé que dans le cadre de la négociation en cours, la partie arabe palestinienne reconnaisse Israël, en tant qu'État du peuple juif.

Par la bouche de ses divers représentants, «L'Autorité Palestinienne» a déclaré s’y refuser.

À dire le vrai, les tractations actuelles qui doivent déboucher sur la Conférence d'Annapolis ne m'inspirent que scepticisme et perplexité, non en raison d'un quelconque a priori idéologique sur les questions territoriales, mais à cause, principalement, de l'inconsistance de l'actuel partenaire de Palestine. Et la grande faiblesse des personnalités politiques en lice, qu'elles soient américaines, israéliennes ou arabes n'est pas de nature à me rassurer.

Raison pourquoi, j'organise à Paris à la Maison du Barreau le 10 décembre prochain, avec mes amis d'Avocats Sans Frontières, de France-Israël et de la revue Controverse de Shmuel Trigano un important colloque dont le thème sera : «Mythes et réalités du processus de paix face aux refus palestiniens».

S'y exprimeront notamment, l'ancien chef d'état-major de Tsahal, Moshe Yaalon, le professeur Itamar Marcus responsable de Palestinian Media Watch, Michel Gurfinkiel et  le professeur Menahem Milson de Memri.

Benjamin Netanyahou viendra donner le point de vue du chef de l'opposition.

Mais revenons à l'exigence tardive mais salutaire d'Olmert qui transcende les marchandages en cours.

On demeure, en effet, ébahi que cette question, littéralement, essentielle n'ait été abordée que sur le tard, comme par distraction.

Personnellement, je n'ai toujours pas compris pour quelle raison les négociateurs israéliens des défunts accords d'Oslo n'avaient pas posé cette question première à la partie adverse.

Quoique le point soit toujours juridiquement contesté, l'OLP prétend avoir retiré de sa charte l'article prévoyant la destruction de l'État d'Israël et, ipso facto, l’avoir ainsi reconnu.

Mais que signifie donc cette éventuelle reconnaissance, s'il ne s’agissait pas – comme je l'ai toujours indiqué – de reconnaître l'État juif ?

Le plan de partage de l'ONU de 1947 que la partie arabe n'a pas accepté prévoyait la création de deux États sur le territoire de la Palestine mandataire, l'un Juif, l'autre Arabe.

Lors de la création de leur état en 1948, ses fondateurs, après quelques discussions, l'avaient dénommé «Israël» mais ils auraient pu, tout aussi bien, l'appelé de manière éponyme : «État Juif».

Quant au terme «palestinien», celui-ci ne se confondait certainement pas à cette époque avec les seuls Arabes de la Palestine historique, mais à tous les habitants de l'antique Judée.

Les Juifs ont été exclus depuis du territoire lexical, en douce, sans vraiment combattre.

Israël a d'ores-et-déjà accepté le principe de la création d'un État arabe palestinien.

La résistance des Arabes à ne toujours pas identifier Israël à l'État Juif montre qu'ils ne s’y sont toujours pas résolus.

En réalité, les Arabes de Palestine se partagent, dans le meilleur des cas, entre les modérés qui sont prêts à accepter un État, de fait, binational avec, à terme, une majorité arabe et les radicaux – maîtres désormais de Gaza – qui sont déterminés à expulser les infidèles qui usurpent le sol sacré.

C'est dans le cadre permanent et cohérent de ce refus de la légitimité de la souveraineté juive sur une partie de la Palestine que l'on doit interpréter le maintien de l'exigence du «droit au retour des réfugiés» sur le territoire de l'actuel Israël.

Dans cette triste occurrence, il faut se réjouir de l’injonction qui vient d'être faite à la partie arabe de sortir de cette ambiguïté qui ne trompera désormais que ceux qui le souhaitent.

Car rien de bon ne saurait sortir de la faiblesse des hommes et de la fausseté des idées.

Rien, sinon de nouvelles désillusions grosses de lendemains encore plus chagrins.

 

 

 

 

D’après ma chronique du 16/11/07 sur Radio J

Repost 0
Published by GOLDNADEL Gilles William - dans BLOG-NOTE
commenter cet article
25 octobre 2007 4 25 /10 /octobre /2007 17:20

SECRETS ET CONFIDENCES

 

 

 

 

Le livre que j’attendais depuis toujours vient d’être traduit en français et publié aux éditions CALMANN-LEVY.

 

 

Son titre : « Relégué en page 7 ».

 

 

Son auteur : Laurel LEFF, une universitaire américaine très réputée.

 

 

Son objet : expliquer les raisons qui ont fait que le plus grand journal de tous les temps, le « New York Times » a fermé les yeux sur le plus grand massacre de tous les temps, la Shoah.

 

 

Laurel LEFF enquête avec minutie et objectivité sur ce qui a pu mener le journal à minorer systématiquement les informations sur le sort des Juifs d’Europe entre 1939 et 1945.

 

 

Ainsi, le 27 août 1943, un article annonçant l’anéantissement de trois millions de juifs dans ces centres d’extermination a été publié discrètement en bas de la page 7, plutôt qu’en « une ».

 

 

Plus accablant, on y découvre également que par aveuglement et conformisme, le « Times » a accueilli avec grande indulgence les lois anti-juives de Vichy et a défendu la politique du Maréchal Pétain.

 

 

Pour ceux qui, comme moi, tentent de déchiffrer le passé pour ne plus le revivre, les enseignements de Laurel LEFF sont monstrueusement éclairants, raison pourquoi, je vous invite à la lire au plus vite.

 

 

Vous y découvrirez ainsi la personnalité complexe d’Arthur SULZBERGER, patron juif du journal, dont l’antisionisme distingué comme le refus de tout communautarisme conduiront à cautionner la politique anglaise empêchant les juifs d’Allemagne à se réfugier en Palestine, et à renvoyer dos à dos les informations d’origine juives et celles d’origines nazies… illustrant ainsi comment l’intellectualisme le plus implacable peut favoriser les pires tragédies.

 

 

Vous verrez également comment les journalistes du New York Times en poste à Berlin minimisèrent toutes les dépêches de peur d’être expulsés, voire maltraités par les autorités nazies.

 

 

Bien entendu, tout rapprochement avec la période actuelle, à Gaza comme ailleurs serait considéré comme éminemment spécieux.

 

 

Au fait, comme cela en passant, qui a trouvé dans les journaux français, pourtant peu avares de développements sur le Proche-Orient, une simple allusion au rapport d’Amnesty International publié il y a désormais trois jours, accablant pour les Palestiniens ?

 

 

 

 

 

 

Qui a lu une seule ligne sur la tentative d’assassinat d’Ehoud OLMERT par des hommes du Fatah, immédiatement relâchés par une autorité palestinienne, par ailleurs si exigeante dans les négociations avec Israël ?

 

 

Informations qui ont été pourtant reprises par une grande partie de la presse internationale.

 

 

Mais toute cela, sans doute est sans aucun rapport avec le livre « Relégué en page 7 ».

 

 

 

(D’après ma chronique sur Radio J)
Repost 0
Published by GOLDNADEL Gilles William - dans BLOG-NOTE
commenter cet article
15 octobre 2007 1 15 /10 /octobre /2007 15:28

C’EST ÉNERVANT D’AVOIR RAISON

 

 

 

 

 

Le 11 octobre, l'excellent Jean Chichizola, révélait, dans Le Figaro, que le chef du commando ayant perpétré l'attentat contre la synagogue de la rue Copernic, le 3 octobre 1980 avait été appréhendé au Canada.

On apprenait dans cet article – qui fit le tour du monde – qu'une commission rogatoire internationale avait été délivrée le mois dernier aux services de police français pour recueillir des informations aux fins de confondre l'individu, un palestinien, notamment au moyen d'un recours à ses empreintes digitales, à son écriture ou encore par le recueillement de traces d'ADN.

Aussitôt, l'ensemble de la presse de s'interroger sur une enquête qui, euphémisme, « aurait marqué le pas ... »

C'est peut-être le moment de rappeler (mais je l'avais presque oublié moi-même...) qu'il y a 26 ans, le rédacteur du Blognadel, avec sa complice Aude Weill-Raynal, d'Avocats Sans Frontières, publiaient dans le regretté Quotidien de Paris une « Lettre ouverte au Garde des Sceaux » dans laquelle ils demandaient respectueusement à Robert Badinter, grand protecteur des droits de l'homme devant l'Éternel, une commission rogatoire internationale aux fins d'enquêter à Vienne et à Anvers où l'on avait arrêté certains Palestiniens du groupe Abou Nidal, suspectés de s'en être pris aux synagogues desdites villes.

26 ans après, j'attendais toujours une réponse ou un acte judiciaire.

C'est que, chers amis, notre articulet sentait davantage la poudre, le salpêtre et le soufre que la penthrite utilisée par les terroristes.

C'est qu'à l'époque, suggérer qu'un Arabe de Palestine puisse s’en prendre non pas aux intérêts israéliens ou sionistes mais aux Juifs, comme un vulgaire antisémite, relevait de la faute d’égouts nauséabonde.

Seule, l'odieuse extrême droite était capable d'un tel méfait. Raison pourquoi un syndicaliste policier socialiste nommé – mais qui s'en souvient – José Deltorn en vint à avancer sans rire ni faire rire qu'un tiers des effectifs de sa corporation était infiltré par les nazis.

Et c'est sous ces auspices d'intelligence et de raison qu'une bonne centaine de milliers de braves types, communauté juive organisée en tête, défilèrent le lendemain de l'attentat sur les Champs-Élysées en vitupérant le danger fasciste.

L'écran « antiraciste » qui enfume la société française jusqu'à l'intoxiquer avait désormais de très beaux jours devant lui.

 

 

 

 

 

 

************************

 

 

 

 

Très belle tribune de mon ami Richard Prasquier dans le même Figaro du lendemain.

Le nouveau et intelligent président du C.R.I.F ne craint pas d'y écrire qu'il ne signera pas la pétition vouant aux gémonies les auteurs de l'amendement A.D.N maudit.

Non qu'il en fasse l'apologie. Mais de là à invoquer « un passé que l'on espérait révolu »...

Et le même Prasquier d'avouer sa honte d'avoir un jour de 68 défilé aux cris de « CRS-SS ! »

On aurait souhaité le même discernement au brave Enrico Macias qui n'a pas hésité à comparer le même jour le projet querellé aux mesures infligées jadis à ses congénères...

Mais décidément, qu’il a mal à passer ce passé qui ne passe pas.

Jusqu'au détail reproché à Fillon. Vous avez dit détail ? Comme celui qui avait qualifié les chambres à gaz, de point de détail ?

Comment mieux signifier subliminalement que la lutte contre l'immigration clandestine et les rafles antijuives c'est du pareil au même.

Quand c'est fini, ça recommence.

À la seule différence près, que ça ne marche plus et que les Français, en dépit du grand battage, approuvent, dans leur grande majorité, les mesures adoptées par la majorité républicaine, démocratiquement élue.

Simple point de détail, sans doute.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by GOLDNADEL Gilles William - dans BLOG-NOTE
commenter cet article
8 octobre 2007 1 08 /10 /octobre /2007 14:46

LE MANICHEISME INTERDIT

 

 

 

 

Dites-moi si je me trompe honteusement. Dites-moi si j'ai l'esprit outrancièrement chagrin.

Lorsque George Bush-le-petit a osé évoquer un axe du mal qui passerait par Téhéran et Damas, quel tollé !

Se réclamer du Bien, évoquer le Mal, appeler à une Croisade internationale contre le terrorisme. C'était convoquer à la fois Mani et Godefroy De Bouillon.

Bref, l'ignominie et la sottise occidentales réunies sous la bannière étoilée.

Dont acte.

En revanche, lorsque le 20 septembre 2006, Hugo Chavez s'est rendu à l'Assemblée Générale de l'ONU et a qualifié, le président américain de «tyran» en déclarant, sous les rires et les applaudissements : «Hier le diable est entré ici. Et ça sent encore le soufre» qui s'est ému de sa bonne saillie ?

A la notable exception du journal qui m'accueille, qui a protesté sérieusement de la sortie du dictateur bolivarien mettant en cause un certain peuple déicide amoureux de l'argent ?

Qui a osé s'étonner, au lendemain du 11 septembre 2001, d'une déclaration commune Chirac-Chavez condamnant bravement le terrorisme, alors que ce dernier n'a jamais cessé de réclamer la libération de son «ami» Ilich Ramirez Sanchez dit Carlos et a soutenu publiquement les thèses de Thierry Meyssan sur les attentats de New York et Washington.

Qui a condamné l'appui sans réserve du caudillo vénézuélien à l'entreprise nucléaire de son compagnon Ahmaninedjad et ses comparaisons récurrentes des Israéliens aux nazis ?

Le réaliste résigné qui s’exprime, se contenterait de bien peu : que le lauréat du prix Kadhafi des droits de l'homme de la Libye (2004), digne successeur au palmarès de Fidel Castro, que le docteur honoris causa de l'université syrienne de Damas soit traité avec la même sévérité que le yankee universellement abhorré.

Est-ce vraiment trop demander à toutes les ligues de défense des droits de l'homme, à tous les syndicats antiracistes autoproclamés, pour l'heure toujours aussi placides à l'égard des tyranneaux de Caracas, de Khartoum, ou de Téhéran, ces petits veinards qui n'ont pas le profil du salaud idéal blanc et propre sur lui ?

 

Repost 0
Published by GOLDNADEL Gilles William - dans BLOG-NOTE
commenter cet article
1 octobre 2007 1 01 /10 /octobre /2007 12:51

DISQUALIFIQUATIONS

 

 

À mon avis, Ahmaninedjad  a tout lieu d'être satisfait de son voyage aux Amériques.

 

Sa réception à l'université de Columbia aura marqué sa consécration.

 

Peu importe que le recteur Bollinger se soit senti obligé, sous le feu des critiques, de muscler son discours à l'encontre « du petit dictateur », ce qui lui importait – et qu'il a obtenu – était d'être persona grata à l'intérieur du campus.

 

Mission accomplie.

 

À ce sujet, la remarque du président de l'université, déclarant finement, qu'au nom de la liberté d'expression, il aurait également accueilli Adolf Hitler constituera pour longtemps le sommet du crétinisme politique et intellectuel en même temps que la négation de l'expérience historique.

 

Effectivement, le nazi aryen fut lui aussi persona grata ici ou là, et  on lui donna hier du Monsieur le Chancelier,  comme on donne aujourd'hui du Monsieur le Président au naziranien.

 

Il doit bien exister une bibliothèque universitaire où le président de Columbia pourrait se renseigner sur la suite de l'Histoire.

 

Mais en réalité, quand bien même les hommes de Columbia – université la plus pro-palestinienne des States – désapprouvent sincèrement l'homophobie et le révisionnisme de l'homme de Téhéran, je sens bien qu'ils ne le détestent pas totalement.

 

Un musulman antisioniste ne peut pas être tout à fait mauvais. On peut, on doit lui parler.

 

Dans le même ordre d'idées, on voudra bien remarquer que le dictateur Chavez, qui ne rate jamais une occasion de réclamer la libération de son camarade et compatriote Carlos, dont on connaît la judéophilie, n'aura pas essuyé la moindre critique des progressistes, des pacifistes et de tous les amis des droits de l'homme en embrassant goulûment son persan de collègue.

 

 

 

********************

 

 

 

Avant l'été, j'écrivais sur ce même blog-note que je craignais qu'un certain médecin gynécologue et mélomane, ayant eu le courage un peu fou de soutenir la candidature de celui qui est devenu Président de la République française, risquait sous peu de perdre partie de sa pratique.

 

Hélas, j'avais raison.

 

Le 3 août dernier, dans la bonne ville de Genève, Doc Gynéco a eu la prétention de donner un concert.

 

Le rappeur réac bénéficia en fait d’une conduite de Grenoble aux cris de « Sarko facho !  Gynéco collabo ! » et dut interrompre la représentation.

Un entrefilet dans le journal 20 minutes.

 

On imagine assez facilement la réaction des progressistes, des pacifistes, et de tous les amis des droits de l'homme si un tel sort avait été réservé aux jeunesses musicales de France ayant soutenu une autre candidate.

 

 

*******************

 

 

 

La plus belle tentative de disqualification est cependant à mettre au crédit de Dominique Sopo qui a publié un article dans Le Monde du 29 septembre.

 

Dans sa tribune intitulée « D'une époque à l'autre », l'actuel président de SOS-Racisme ne craint pas d'écrire en sous-titre qu’«Éric Zemmour est un parfait symptôme des dérapages sur l'immigration».

 

Autrement dit une sorte de lepéniste xénophobe branché, et accepté, horreur absolue, par les médias.

 

Il est vrai que ce criminel à dénoncer d'urgence a osé écrire un essai – assez brillant – sur ce qu'il considère comme la féminisation de l'homme moderne, ne considère pas – sans être homophobe – que l'homosexualité est une qualité supérieure à l'hétérosexualité, et surtout – crime des crimes – aurait prétendu qu'il y aurait de très nombreux mariages de complaisance parmi les candidats à l'immigration.

 

Mon ami Éric, rassure-toi, la dernière fois que le même journal publiait un tel avis de recherche de xénophobe dangereux, il concernait Pierre André Taguieff.

C'était il y a une bonne quinzaine d'années.

 

M’est avis que Taguieff a davantage contribué à la lutte intelligente contre le racisme et l'antisémitisme qu'un mouvement qui a imposé finement le port d'un insigne jaune et aura contribué à faire accéder Le Pen au deuxième tour. Belle réussite.

En réalité comme Sopo n'est pas un mauvais bougre, comme son mouvement n'est plus celui qui se livrait extatiquement à l'exaltation du métissage obligatoire (« la France, c’est comme une mobylette, ça marche au mélange... »), comme ce nouveau responsable vaut tellement mieux intellectuellement que son frère ennemi du M.R.A.P., je flaire un mauvais coup politicien.

 

Si c'est cela, c'est raté. On survit très bien aujourd'hui à un méchant article du Monde.

 

Demande à Fink. Demande-le moi.

 

D'ailleurs, personnellement, quitte à bénéficier des colonnes du Monde, j'aurais plutôt critiqué Columbia pour avoir accueilli l’iranien que France 2 pour Zemmour.

 

Je ne dois pas être un bon antiraciste.
Repost 0
Published by GOLDNADEL Gilles William - dans BLOG-NOTE
commenter cet article
24 septembre 2007 1 24 /09 /septembre /2007 23:09

PROTECTION SPÉCIALE

 

 

 

 

 

 

Les néo-munichois ont une  arrière-saison magnifique.

L'autre dimanche, c'était Bernard Kouchner qui avait osé employer le mot tabou de «guerre»

Oh, non pas qu'il ait menacé le régime nazislamiste et révisionniste de Téhéran d'un bombardement français.

Notre ministre des affaires étrangères s'était seulement hasardé à pronostiquer qu'au cas où des sanctions sérieuses ne contraignaient pas l'Iran pré-atomique, il n'y aurait d’autre funeste issue qu'un conflit militaire.

Las ! Voilà le ban et l'arrière ban de la presse américanophobe de Marianne à l'Humanité en passant par le Canard qui vocifère tout en feignant de croire qu'ils ne font que vitupérer Bush alors que l'ensemble du Congrès américain, démocrates en tête, affiche une identique fermeté à l'encontre d'Ahmadinejad.

Voilà, dans le landerneau politique, les socialistes qui, il y a quelques semaines, du temps de Ségolène, prétendaient même interdire aux mollahs tout nucléaire civil, entonnent le même bêlement politicien et pacifiste que du temps du réarmement de la Rhénanie.

Et la comparaison vaut, ici,  raison.

 

 

 

 

 

 

Voilà que François Bayrou dénonce fièrement un alignement sur l'Amérique, alors qu'il ne fait que s'aligner sur Moscou et Pékin.

Sans inutile excès de modestie, il se compare, ce faisant, à Churchill et De Gaulle.

J'aurais plutôt songé à Chamberlain et Daladier.

 

 

 

 

 

 

Heureusement, conscient du danger  imminent, Olivier Besançenot a tenu, avec d'autres résistants déterminés, à manifester sa colère, ce dimanche.

Il est vrai que c'était à Biscarrosse et contre le nucléaire français.

Bravo camarade pour ta courageuse clairvoyance.

 

  

 

*************************

 

 

  

Le gouvernement israélien a également essuyé les reproches de nos va-t’en-paix.

Pensez donc : il a osé déclarer la bande de Gaza, récemment évacuée : «entité ennemie».

Plutôt que de lancer une opération militaire coûteuse en vies humaines, Jérusalem espère que des rétorsions économiques limitées obligeront le Hamas à cesser de lancer ses fusées sur le territoire  et ses habitants détestés.

Voilà que nos soi-disant pacifistes vocifèrent de nouveau aux cris de « punition collective !»

Peut-être. Sans doute.

Mais de la part d'une population qui a choisi librement  le parti islamiste et qui continue majoritairement à approuver les actions terroristes contre les civils,  j'avoue, toute honte bue, avoir vu des décisions moins appropriées.

Après tout, l'embargo et les bombardements de l'OTAN à l'encontre de la population yougoslave, autrement plus sévères, avait déchaîné moins de protestations indignées.

Mais un esprit malveillant pourrait peut être considérer que pratiquer le terrorisme, être islamiste, et vouer Israël à la destruction confère quelques obscures protections.

 

  

****************************

 

 Deux informations qui ne paraissent pas être hors du sujet et des propos qui précèdent :

 Le secrétaire général adjoint des Nations unies, M. Nicolas Michel vient d'annoncer le 22 septembre que le Tribunal International sera incapable de juger cette année les assassins de Rafic Hariri.

   

Le lendemain, le procureur de la Cour Pénale Internationale, M. Luis Moreno Ocampo a regretté qu'aucun des ministres des 26 pays qui ont assisté à une réunion sur le Darfour n'ait publiquement appelé à l'arrestation d'Ahmed Haroun, secrétaire d'État soudanais aux affaires humanitaires (tout un programme) et d’Ali Kushaib, un chef janjawid (milicien arabe soutenu par Khartoum), tous deux sous le coup d'un mandat d'arrêt de la Cour pour crimes contre l'humanité. (Le Monde du 24 septembre)

«Je crains que les silences de la plupart des états et des organisations internationales (c'est moi qui souligne) sur le sujet aient été compris par Khartoum comme un affaiblissement de la détermination internationale en faveur du droit et des arrestations» a déploré le procureur.

  

Quel est l'imbécile qui a dit que le crime ne payait pas ?

 

Repost 0
Published by GOLDNADEL Gilles William - dans BLOG-NOTE
commenter cet article
17 septembre 2007 1 17 /09 /septembre /2007 18:05

L’ENNEMI PRINCIPAL

 

 

Dos à dos. Ils sont désormais renvoyés dos à dos. George Bush et Ben Laden.

C'est devenu une posture habituelle.

Ainsi, pour commémorer le 11 septembre, France Inter a demandé à Emmanuel Todd, le démographe para-communiste, de venir parler de son dernier livre, dans lequel, en substance, il explique le radicalisme islamique par l'analphabétisme.

Le phénomène, étant paraît-il en régression, l'avenir s'annoncerait plus radieux.

Malheureusement, le socio-démographe se garde bien d'expliquer pour quelle raison le monde arabo-islamique aurait accumulé un tel retard.

Quant au lien entre non-violence et culture, il me semblait que l'Allemagne, assez récemment, n'en avait pas apporté une preuve indiscutable.

Mais, laissons cela.

Ce que je voulais vous raconter, c'est qu'au détour d'une intervention au cours de laquelle Todd se montrait assez flatté de compter parmi ses lecteurs un certain Ben Laden, il poussa la gratitude littéraire jusqu'à faire observer que ce dernier avait fait infiniment moins de morts à New York que George Bush en Irak...

Personne dans le studio n’eut le mauvais goût de lui apporter la moindre objection quant aux motivations de l'un et de l'autre.

Radio Paris ne procédait pas autrement pour amalgamer bombardements anglo-américains sur la France et allemands sur l'Angleterre...

 

 

Le même jour, caricature traditionnelle de Plantu dans Le Monde dessinant un Bush et un Ben Laden entremêlés tels deux poulpes.

 

 

 

 

Enfin, toujours dans le même journal, mais dans son supplément littéraire du 14 septembre, Robert Solé assez empathique, présente le dernier ouvrage d’Elias Khoury intitulé « Comme si elle dormait » consacré à cette catastrophe épouvantable dénommée la «Nakba» (entendez la création de l'État d'Israël).

Sans commentaires, M. Solé cite l'écrivain libanais : «Ben Laden et Bush présentent chacun à sa façon une idéologie totalitaire : le premier métamorphose les valeurs tribales en religion, tandis que le second utilise la religion comme écran pour entreprendre un projet colonial».

 

 

 

 

Retour à France Inter, Nicolas Demorand avait déclaré récemment au Monde Télévision que sa radio « ne serait pas à la remorque de l'Élysée ».

Nous voilà rassurés.

Mais pour l'être complètement, nous aimerions également que la radio de service public ne demeure pas à la remorque de l'idéologie ringarde.

Dimanche 16 septembre. 14 heures : interview cire-pompes de l'intervieweur cire-pompes, Ignacio Ramonet, (Le Monde Diplomatique) de Fidel Castro.

La questionneuse extatique allant même jusqu'à se dire «très touchée» par l'hommage rendu par le leader maximo à la littérature. Il faut reconnaître que c'est effectivement très émouvant.

M'est avis tout de même que le ton n’aurait pas été identique, peut-être avec une pincée d'ironie en plus, un brin de cynisme, un chouïa de dérision, si pareille dithyrambe avait été consacrée au yankee abhorré.
Repost 0
Published by GOLDNADEL Gilles William - dans BLOG-NOTE
commenter cet article

Articles

Catégories