Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 15:36

CHANGEMENT DE TACTIQUE

 

La décérébration, unique dans l'histoire du monde, au regard de la surinformation médiatique des esprits, réside autant dans ce qui est répété faussement que dans ce qui est celé soigneusement.

Ainsi, pour illustrer la pensée de Claude Lévi-Strauss, la presse qui formate a cité ad nauseam sa critique d'un nationalisme outrancier, histoire de moquer un peu le concept d'identité nationale.

Mais la même s'est bien gardée de rappeler que l'auteur de «Tristes Tropiques» avait confié que les contacts qu'il avait eus avec le monde arabe lui avaient inspiré «une indéracinable antipathie» (interview le Nouvel Obs).

Celle qui oppresse en douceur a oublié, pour célébrer l'anthropologue défunt, de rappeler cette observation :

« Tout l'Islam semble être, en effet, une méthode pour développer dans l'esprit des croyants des conflits insurmontables, quitte à les sauver par la suite en leur proposant des solutions d'une très grande (mais trop grande) simplicité. D'une main on les précipite, de l'autre on les retire au bord de l'abîme. Vous inquiétez-vous de la vertu de vos épouses ou de vos filles pendant que vous êtes en campagne ? Rien de plus simple voilez-les et cloîtrez-les.

C'est ainsi qu'on en arrive au burkah moderne, semblable à un appareil orthopédique avec sa coupe compliquée, ses guichets en passementerie pour la vision, ses boutons-pression et ses cordonnets, le lourd tissu dont il est fait pour s'adapter exactement aux contours du corps humain tout en le dissimulant aussi complètement que possible. (...) Grande religion qui se fonde moins sur l'évidence d'une révélation que sur l'impuissance à nouer des liens au-dehors. En face de la bienveillance universelle du bouddhisme, du désir chrétien de dialogue, l'intolérance musulmane adopte une forme inconsciente chez ceux qui s'en rendent coupables ; car s'ils ne cherchent pas toujours, de façon brutale, à amener autrui à partager leur vérité, ils sont pourtant (et c'est plus grave) incapables de supporter l'existence d'autrui comme autrui. Le seul moyen pour eux de se mettre à l'abri du doute et de l'humiliation consiste dans une «néantisation» d'autrui, considéré comme témoins d'une autrefois et d'une autre conduite. La fraternité islamique est la converse d'une exclusive contre les infidèles qui ne peut pas s'avouer, puisque, en se reconnaissant comme telles, elle équivaudrait à les reconnaître eux-mêmes comme existants. (...) Ainsi l'islam qui, dans le Proche-Orient, fut l'inventeur de la tolérance, pardonne mal aux non-musulmans de ne pas abjurer leur foi au profit de la sienne, puisqu'elle assure toutes les autres la supériorité écrasante de les respecter ».

Mais c'est sans doute par charité envers le grand disparu que la presse n'a pas rappelé ce qui précède, de crainte que celui-ci ne soit  frappé d'une fatwa à titre posthume.

 

On a beaucoup parlé du dernier songe d'Attali en matière d'antisémitisme, mais on ne parlera pas dans la presse française de la mise en cause par son fondateur, Robert Bernstein, de l'association Human Rights Watch. Dans un article très commenté outre-Atlantique du New York Times (20 octobre), Bernstein qui présida l'organisation jusqu'en 1998, considère que celle-ci s'est dévoyée dans un anti-israélisme obsessionnel.

Déjà, les journaux hexagonaux étaient restés discrets sur les informations récentes sur les rapports financiers entre l'O.N.G. béatifiée et l'Arabie Saoudite.

Même mutisme lorsque l'association a été contrainte de se séparer dernièrement de Marc Garlasco, responsable des questions militaires, il y a peu encensé pour ses rapports critiques envers Tsahal à Gaza, mais convaincu aujourd'hui de fascination pour le nazisme.

Car en France médiatique, on tape sur les diaboliques Etats, pas sur les sacro-saintes Organisations Non Gouvernementales.

 

On parlera longtemps encore, et avec délectation, du rapport Goldstone ; en revanche nul ne perdra son temps à rappeler que le président de l'Assemblée Générale onusienne qui vient d'entériner le torchon précité, le libyen Ali Triki, n'est autre que l'auteur d'un discours thuriféraire à l'égard d'Adolf Hitler et de son œuvre humanitaire.

Symbole surréaliste de la folie des temps.

Rendons ici hommage au sens de la mesure de la presse française : comme le Quai d'Orsay, elle s'abstient.

 

À ce degré de dégénérescence, on se demande toujours, moi le premier, ce que devraient faire les principales victimes expiatoires des délits et dénis médiatiques.

S'agissant d'Israël, on m'a adressé un article intéressant de Daniel Greenfield intitulé «Pourquoi Israël perd les guerres médiatiques».

L'auteur y développe une analyse pugnace, qu’il m'arrive, par gros temps, de préconiser :

« Plus Israël a voulu montrer sa bonne volonté, plus il s'est trouvé acculé à la défensive. L'objectif des gouvernements israéliens successifs n'est plus d'être une grande nation ni une nation forte, mais d'être une nation qui plaise à tout le monde. (...) Plus Israël a été sur la défensive, plus le terrorisme et la diabolisation Israël sont devenus terribles. C'est tout à fait naturel, quand on bat en retraite, le feu de l’ennemi n’en devient que plus nourri».

Pour apporter mon eau rance à ce moulin à broyer des grains amers, je citerai cette phrase de notre bon vieux Freud, dans sa correspondance à son disciple Eitigon (23 septembre 1927) : « Je vais essayer avec ce changement de tactique -- un peu tardif toutefois. J'ai toujours été le tolérant qui voulait provoquer l'apaisement. Cela ne m'a pas servi à grand-chose, ce sont les autres qui ont eu le besoin de m'attribuer une dose d'intolérance et d'agression qui n'a jamais été la mienne. Je veux à présent leur faire ce plaisir : désormais je compte être l'exigeant le sévère, l'insatisfait. J'en ai plus le droit qu’eux ».

 

Et nous donc.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by GOLDNADEL Gilles William
commenter cet article

commentaires

Raphaël SHALIT 13/04/2010 10:25



J’ai été très choqué par les discours de J-C Barreau.


En effet, il a utilisé des mots inadmissibles dans un forum tel que le colloque de la
Grande loge de France, du 10 Avril 2010.


Il a comparé tout comme GOEBELS, Israël à un cancer qui gangrène la vie du moyen Orient et
du Monde.


C’est une attitude irresponsable, avec tout le respect que j’ai pour son immense œuvre,
cela ne prouve ni la lucidité ni le cœur.


Un petit pays entouré d’ennemis irréductibles et qui doit se défendre, avec toutes les
horreurs de la guerre (il n’y a pas de guerre propre) est constamment accusé de tous les maux de la terre au lieu d’être aidé dans sa recherche de la Paix.


Aucune faute n’est trouvée dans la conduite des ennemis de ce pays, il n’y a qu’un seul
coupable. Toutes les concessions faites comme geste de bonne volonté : évacuation de Gaza qui a lancé un millier de missiles sur des civils, du Liban harceleur par le Hezbollah
interposé.


Des convois humanitaires transitant par Israël, le blocus de GAZA a est toujours fautif
été décidé par tous les pays et appliqué strictement par L’Egypte, et c’est toujours les mêmes comme toujours qui sont accusés.


Je voudrais rappeler également quelques paroles entendues durant ce colloque.


Il parait que les Talibans n’ont jamais agressé d’autres pays, alors qu’ils ont
facilité  l’entrainement des membres d’EL QAÏDA, sachant leurs  buts dans le terrorisme international,
vivant de drogues répandues dans le monde avec atteinte aux  populations étrangères, il faut les absoudre et c’est faire du colonialisme de ne pas les
laisser continuer leurs méfaits.


Monsieur AZOULAY avec tous ses titres sert d’alibi aux détracteurs d’Israël (GOEBELS aussi
disait qu’il avait des amis Juifs), il vante les concessions arabes sur l’accord de DJEDA, oubliant que cet accord contient également le retour intégral des réfugiés palestiniens, retour qui est
une autre façon d’annihiler l’existence de ce pays. Les immenses territoires des pays arabes ainsi que leur richesse pouvaient facilement régler le problème des réfugiés, problème laissé sans
solution durant plus d’un demi siècle, mais encore une fois la faute est à incomber à Israël.


Je reproche surtout aux pays arabes d’utiliser un problème territorial en utilisant la
religion et l’antisionisme qui se répand car c’est plus commode à utiliser que l’antisémitisme, ce racisme doit être combattu avant d’incriminer quiconque, les écoles palestiniennes,
subventionnées par la CE diffusent leurs haines à l’égard d’Israël et personne n’y trouve à redire.   



palmoni 23/11/2009 10:38


http://www.youtube.com/watch?v=ayT_FvUt8i8&feature=player_embedded


maraschek rebecca 18/11/2009 10:50


.bonjour monsieur j ai assiste a votre conference au cum j ai beaucoup aime le contenu de votre discour mais quand vous avez aborde le sujet  de la shoa;sur les deportes (pour certains)
vivant qui temoignent aupres des enfants j etais avec mon compagnon(resistant deporte) qui a une situation qui le laisse a l abri du besoin /il a apres la guerre travaille tres dur comme
beaucoup de nos corolegionnaire(une usine de robe de 100 employes) la chance lui a donne une  une bonne sante;il ne cesse de courir les ecoles ..infatiguable il en ai a son 28 eim voyages
a auswitch accompagnant les eleves des alpes maritimes il a 84ans donc j ai du mal a comprendre votre phrase  LES DEPORTES VIVANT DANS L OPOLENCE QUI TEMOIGNENT CORDIALEMENT REBECCA MARASCHEK


Marcoroz 16/11/2009 08:59


J'y étais. Effectivement ce fut une journée passionnante. Parmi les orateurs, il y avait aussi Michel Gurfinkiel et Moshé Ayalon... et même Bibi Netanyahou, dans l'après-midi, est venu à la
tribune le temps de nous faire une intéressante allocution. Quand le bâtonnier a voulu faire évacuer la salle sous prétexte du dégénéré monté sur le toit, affirnant - étrange ! - que sa
responsabilité était engagée, le public a réagi comme un seul homme en refusant tout net de sortir. Nous étions plus de cent, et pas un seul d'entre nous n'aurait cédé. Et c'est la bâtonnier qui a
dû céder. Mais nous sommes sortis à midi pour donner le change et surtout permettre aux pompiers d'intervenir. Ces manifestants ridicules (une quinzaine tout au plus) n'ont pas su que nous
revenions tous à 14h pour poursuivre le colloque.


Eden 16/11/2009 01:45


Salut Gad,

Je t'ai parlé à de nombreuses reprises de cet excellent colloque auquel j'avais assisté à la Maison du Barreau en décembre 2007.
Je t'avais même narré l'anecdote qui a émaillé ce cycle de conférences toutes aussi passionnantes les unes que les autres.
L'histoire de ce jeune con et d'une bande islamo-gauchistes venus manifester devant la Maison du barreau.
Le jeune con était monté sur le toit et menaçait de se jeter du haut si nous n'arrêtions pas le colloque.
Flics en pagaille et bâtonnier venu nous prévenir qu'il était préférable de cesser notre conférence.
Stupeur et grand émoi de la part des organisateurs tels que  Gilles William Goldnadel, Schmuel Trigano entre autres.
Pourtant, nous n'avons pas cédé. Jamais nous n'avons eu un tel parterre de conférenciers aussi passionnants : Palestinian media watch avec Itamar Marcus himself.

Vers la fin hélas le temps imparti aux conférenciers avait drastiquement raccourci.

Le dernier à intervenir fut le génral-major de Tsahal Yaacov Amidror.

Je te rappelle que nous sommes précisément deux ans en arrière soit, en DECEMBRE 2007 !

http://www.akadem.org/sommaire/themes/politique/8/3/module_3761.php

Tu auras noté au tout début de l'intervention du général qu'il parle succinctement de l'état des universités américaines, répondant ainsi à une partie de ma question. (ici, le document est
légèrement tronqué mais ce n'est pas important).

Ecoute bien l'exposé de Amidror...c'est on ne peut plus prémonitoire et juste.
Il part de la supposition de la création par déclaration unilatérale d'un état palestinien.

Or, que vivons nous en ce moment ? L'AP quasiment étêté par le renoncement de Mahmood Abbas vient par la voix de Saeb Arekat de soumettre de force aux états occidentaux son désire de prononcer la
création de l'Etat palestinien...

hummm...Amidror nous donne une idée précise de ce qu'il pourrait advenir de la sécurité d'Israel.
Il avait raison sur tout et cela me désespère vu la tournure des derniers évènements.

Je te laisse déguster ce petit moment de real politik. Moi c'est tout ce colloque qui m'avait littéralement passionné.

Que ne donnerai-je pour que Goldnadel ne réédite pas l'exploit !!! Je serais bien capable de camper devant la porte des conférences pour être sûre d'y assister.
Lui-même nous avait donné une lecture de la guerre assymétrique et de ses conséquences.
Ce type sait énoncer justement les choses sans être gonflant pour son auditoire. On appelle ça je crois de la pédagogie. Ca aide !

Bizz

Nina


Articles

Catégories