Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 11:44

Paru dans FIGAROVOX - lefigaro.fr http://www.lefigaro.fr/vox/

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2015/03/09/31003-20150309ARTFIG00353-damarnin-taubira-goldman-et-goldnadel.php

Publié le 09/03/2015

Damarnin, Taubira, Goldman et Goldnadel

FIGAROVOX/CHRONIQUE - Sortie de Gerald Damarnin sur Christiane Taubira, polémique autour du clip des Enfoirés, interdiction d'Eric Zemmour réclamée par Mazarine Pingeot: Gilles-William Goldnadel décrypte une semaine marquée par le retour de l'idéologie victimaire.

Gilles-William Goldnadel est avocat et écrivain. Il est président de l'association France-Israël. Il tient une chronique hebdomadaire sur FigaroVox.

Quand je vous disais que depuis le 11 janvier, c'est encore pire. L'esprit nouveau allait définitivement régler son compte au terrorisme intellectuel. Tu parles Charlie.

Qu'on en juge. Mme Mazarine Pingeot, dont j'avoue ne pas connaître les exacts mérites, réclame l'interdiction d'Eric Zemmour de la télévision française. Elle a malgré tout l'esprit libéral puisqu'elle n'exige pas le même traitement prophylactique à l'égard de Tarik Ramadan ou de Jean-Luc Mélenchon.

Mme Christiane Taubira s'est désormais attribué le titre de gardienne la plus soigneuse de sa propre icône. La critiquer est désormais constitutif de crime contre l'humanité. Gerald Darmanin, député de la république est donc un criminel. Il a osé qualifier notre garde des Sceaux de «tract en faveur du FN». Chacun sait en effet que le terme de tract est l'injure la plus offensante de la langue française. J'ignorais cependant qu'il avait une connotation raciste. Je suis reconnaissant à certains amis de la ministre de me l'avoir appris. Pour avoir osé donc oser cette métaphore de papier, Gerald Darmanin a été qualifié par la ministre offensée, entre autres amabilités, de «déchet de la pensée humaine».
Mon imagination est impuissante à décrire la réaction des associations antiracistes professionnelles si la présidente d'un parti politique située très à droite avait utilisé ce propos, littéralement, ordurier à l'endroit de l'imprécatrice irascible.

Mais trêve de badinage: l'obsession raciale de la gauche gauchisante atteint désormais des sommets. Au micro d'Europe 1, Henri Leclerc considère que la droite serait ignoble envers la ministre. Et mon confrère de se laisser aller à rappeler que pour avoir posté sur son site l'odieuse caricature simiesque de l'intéressée, une femme avait été condamnée à neuf mois de prison ferme par le tribunal de Cayenne. J'aurais naïvement pensé que l'ancien président de la Ligue des Droits de l'Homme aurait pris plutôt quelque distance avec la justice d'outre-mer quand elle est exceptionnellement excessive.

Pardon de voir les choses autrement. On a le droit de critiquer un homme ou une femme politique, même injustement, sans se voir opposer, sans aucun élément pertinent, un racisme introuvable. À défaut, prévaut ce terrorisme intellectuel dont le 11 janvier devait notamment nous délivrer.

Dans cet esprit, il y a des lustres, dans le magazine Tribune Juive, je reprochais à Lionel Jospin d'avoir senti dans la critique par Jacques Chirac de Robert Badinter, autre garde des Sceaux taxé de laxiste, et résidant «sous les lambris de son appartement rue Guynemer» des propos nauséabonds. Il arrive paradoxalement que la gauche ait l'odorat moins sensible quand cela sent incontestablement mauvais. C'est ainsi qu'elle n'avait pas cru devoir s'émouvoir lorsque Daniel Mermet, de la radio de service public, avait finement autorisé la diffusion d'une rubrique nécrologique imaginaire de Nicolas Sarkozy réputé «mort dans son bunker de Jérusalem».…

Pour en revenir à la garde des Sceaux, et pour dire les choses nettement, il ne faudrait pas que la caricature de Minute lui serve à jamais de bouclier et l'autorise à tous les excès. D'autres qu'elle ont connu le racisme stupide sans s'octroyer pour autant le droit permanent à l'injure publique. Pour le dire autrement, si Mme Taubira menait une toute autre politique pénale que celle que j'ai bien le droit de trouver calamiteuse, je la porterais au pinacle, mais simplement pour des raisons politiques.


Pour une simple ritournelle, Jean-Jacques Goldman a été relégué dans le camp réactionnaire. Il faut dire que dans notre société jeuniste, être accusé d'avoir critiqué ce qui est, par essence, beau, innocent, généreux et mutin, c'est assassiner Mozart, Gavroche et Guy Moquet. Tout le monde s'y est mis, de Jacques Attali à Marine Le Pen. Pourtant, la fille de Jean-Marie n'était pas la plus mal placée pour savoir les affres du moralisme vétilleux. L'occasion était sans doute trop belle pour ne pas se payer un milieu artistique rebelle par conformisme. Mais le pudique Goldman, ni modeux ni mondain, et encore moins donneur de leçons, était la plus mauvaise des cibles.

Quelqu'un pourrait-il dire à Jean-Jacques que se faire traiter de réac' par ces progressistes qui se sont appliqués à pourrir l'avenir de ceux qui arrivent est un très joli compliment ?

Pendant qu'on continuait dans le monde virtuel et nombriliste à ratiociner, pérorer, élucubrer sans fin sur des déclarations ou des paroles chantées, le pouvoir politique, sur le même fondement d'un moralisme antiraciste obsessionnel ou d'une victimisation fantasmée continuait à faire l'exact contraire de ce que les saignées de janvier lui imposaient.

L'idée d'un apartheid social et ethnique à l'origine des crimes islamistes a fini par être imposée de force dans les esprits captifs. Et tant pis si Kouachi, Kouachi et Coulibaly n'en étaient pas victimes. L'inoculation inepte et criminogène dans l'inconscient collectif d'une question noire et blanche, décidément permanente, avec son cortège inévitable de victimisation et de culpabilisation injustifiées entraîneront fatalement de nouveaux drames. La politique de mixité proclamée par un gouvernement sans moyens d'une France en faillite aurait peut-être son utilité si elle rencontrait la confiance de la population encore majoritaire. Pour cela, il faudrait la persuader qu'elle puisse jouir du droit à la sécurité et à l'identité auquel tout peuple aspire.

Mais on sait que la politique pénale de Madame Taubira annihile les efforts d'une police encore efficace mais condamnée à l'action stérile. Le Figaro du 6 mars décrivait ces citées de plus en plus nombreuses dans lesquelles les délinquants surarmés défient la loi. Je renvoie également à un article de Paul Gonzalez du même jour décrivant le désarroi des procureurs et magistrats devant les ratés de la chaîne judiciaire: «On préfère mettre un sursis avec mise à l'épreuve, mais rarement du ferme avec mandat de dépôt, même quand nous sommes face à des multirécidivistes. De toute façon, même quand les sections d'exécution des peines des parquets décident d'incarcérer, on se retrouve avec l'aménagement de la peine dans la foulée. La situation carcérale est telle que chacun estime que la prison n'est une place pour personne. Nous sommes dans un système schizophrène ou la peine n'a plus de sens.»
Quant à la protection du sentiment de se sentir encore chez soi ou de se protéger contre les menées de l'islamisme conquérant, la question de l'immigration incontrôlée n'est même pas abordée. Les Français sont sommés de subir une politique de peuplement intérieur pendant que le gouvernement reste taisant sur toute politique de peuplement qui protégerait les frontières de l'Europe et du pays.

Le même Figaro, du 4 mars, était contraint de titrer à la une sur «l'explosion» de l'immigration illégale en Europe: en un an, les entrées clandestines ont bondi de 153%, soit 230 000 illégaux de plus. Silence dans les rangs gouvernementaux par ailleurs si bavards. En revanche, une chaîne de service public comme ARTE, soirée après soirée, culpabilise les Européens «égoïstes» en raison d'une guerre qui leur est étrangère opposant la radicalité arabe à la radicalité islamique. Il ne vient à l'idée de personne que les émirats désertiques et prospères pourraient prioritairement accueillir ces populations malheureuses avec lesquelles tout les lie, de la langue à la religion.

Lorsque certains Français désespérés se rencontrent, ils confient à mi-voix que «c'est foutu»… Pour les faire mentir, il faudrait commencer par leur parler vrai.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by GOLDNADEL Gilles William
commenter cet article

commentaires

Phil 15/03/2015 22:03

Ecrit par un général de St-Cyr:

http://www.saint-cyr.org/fr/le-general-lalanne-berdouticq-a-l-i-h-e-d-n-,article-534.html

Bombeur Alain-Jean 15/03/2015 16:56

«l'explosion» de l'immigration . . . de 153%
Ça me rappelle les veilles d'un certain 21/04/2002
Au lendemain, à gauche, la candidate Taubira était l'explication de la défaite jospinienne, etc etc . . .

Coco 14/03/2015 18:26

Bizarre bizarre....

Avec mozilla firefox, on voit des commentaires que l'on ne voit pas avec IE et inversement.

Robert Marchenoir 12/03/2015 23:02

En 2011, Taubira, dans une interview à Street Press, disait :

"Je suis encore indépendantiste", et : "La France doit arrêter ses conneries."

http://www.streetpress.com/sujet/10963-christiane-taubira-la-premiere-fois-de-ma-vie-que-j-ai-vote-c-etait-pour-moi#

A l'époque, elle été député. Comment peut-on prétendre représenter et servir la France, et déclarer : "La France doit arrêter ses conneries" ? Visiblement, Taubira est française quand ça l'arrange...

Un an après avoir fait la preuve de son mépris de la France et de ses intentions subversives, elle était nommée ministre de la Justice par Hollande. On peut difficilement cracher plus ostensiblement à la figure des Français.

Ribus 11/03/2015 20:30

Le pouvoir socialiste dont l’icône est Taubira ne dissimule plus sa détestation de la France blanche non gauchiste. Pour eux, nous sommes les vrais ennemis de l’intérieur, contrairement aux musulmans, djihadistes compris, qui sont de pauvres victimes de notre apartheid.

En clair, ceux-ci partent faire la guerre sainte et font feu sur les juifs et les français de souche parce qu’on leur interdit l’intégration ou mieux, la désintégration de la France profonde, celle des Dupont-Lajoie.

Taubira est donc là pour réparer l’injustice des siècles passés à défaut de s’occuper de la justice du temps présent. Et elle le fait avec le consentement d’Hollande qui veut sauver son calamiteux quinquennat en tentant de passer à la postérité par quelques lois emblématiques.

Une fois débarqué en 2017, la Gauche ou ce qui en restera, criera haut et fort que Hollande fut incompris parce que visionnaire et bâtisseur d’une société de progrès du futur en dépit des cathos et des réacs ‘qui s'y sont opposés et ont montré ainsi leur obscurantisme.

Or, les dogmatistes, les idéologues, les laïcistes fanatiques, ce sont bien eux et ils ravivent ainsi les troubles, les conflits religieux, le risque de partition de l’État que la France a connu pendant 1500 ans d'Histoire. Mais les socialistes s'en fichent car avant 1789, la France, pour eux, n'avaient pas d'Histoire.

On peut leur faire confiance : ils seront sans doute battus mais laisseront un champ de ruines.

Coco 12/03/2015 11:34

Pas sur du tout que Hollande soit battu en 2017. Le paquet de mauvaises nouvelles est derrière lui, le pire est passe et l'amélioration mécanique se produira pile poil pour 2017 sans avoir besoin de faire quoi que ce soit d'ailleurs.

Articles

Catégories