Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juillet 2014 3 23 /07 /juillet /2014 14:58

Paru dans FIGAROVOX - lefigaro.fr http://www.lefigaro.fr/vox/

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2014/07/23/31003-20140723ARTFIG00148-le-requisitoire-de-goldnadel-de-l-antiracisme-a-l-antisemitisme.php

Publié le 23/07/2014


Le réquisitoire de Goldnadel :

de l'antiracisme à l'antisémitisme


FIAGAROVOX/CHRONIQUE - Pour Gilles-William Goldnadel, les débordements qui ont eu lieu lors des manifestations propalestiniennes sont la conséquence de l'antiracisme idéologique d'une certaine gauche qui a favorisé l'emergence du communautarisme.


Gilles-William Goldnadel est avocat et écrivain. Il est secrétaire national à l'UMP chargé des médias. Il préside par ailleurs l'Association France-Israël. Toutes les semaines, il décrypte l'actualité pour FigaroVox.


Sans vouloir consommer abusivement du superlatif, il n'est pas déraisonnable d'écrire qu'une certaine idée de la France, de celle en tous les cas que je m'en faisais encore, est morte sous les gravats des magasins juifs de Sarcelles.


Dans ce champ de ruines morales, on dégage déjà le cadavre en putréfaction de cet antiracisme d'opérette qui aura été chanté sérieusement pendant 30 ans par le ban et l'arrière ban des maîtres chanteurs du terrorisme intellectuel.

Il fallait les entendre, ces vétilleux sourcilleux, traquer le racisme français dans la virgule et l'accent circonflexe. La main gauche sur le cœur, les maîtres chanteurs auront empêché une génération de fonctionnaires républicains de faire respecter les lois démocratiques en matière de régulation des flux migratoires.


Les petits maîtres roses et rouges ont obligé une génération d'écoliers à entonner en chœur l'hymne extatique d'une immigration-chance pour la France et du métissage obligatoire.

La réalité la plus crue, ils ne veulent pas la voir et encore moins la dire: ce sont des fils et des filles des pauvres gens qu'ils ont laissé venir sans contrôle ni mesure, à qui ils n'ont inculqué pour culture que la haine des Français et de l'Occident qui veulent «casser du juif».

Ce juif, vécu autrefois par les chrétiens des Gaules comme un levantin ou comme un métèque et qui aujourd'hui, triste ruse de l'histoire, est vécu comme un blanc au carré par les enfants d'Orient.


Plutôt que de faire amende honorable et de reconnaître avec humilité le résultat désastreux de leur entreprise mortifère, les maîtres chanteurs, inamendables, auront jusqu'au dernier jour, comme toujours pinaillé, ergoté, chicané pour tenter de nier l'indéniable résultat de leur folie idéologique.


L'idéologie, pleine de ressources imaginatives, à chaque crise violente de prurit, a d'abord tenté d'en faire endosser la responsabilité par l'extrême droite autochtone. Après la rue Copernic, la rue des Rosiers, le massacre de Toulouse. À chaque fois la réalité de l'évidence islamiste l'a rattrapée. Autre déclinaison idéologique récurrente: la négation du caractère antisémite des agressions contre les juifs. À chaque fois, l'idéologie pinailleuse a laissé entendre qu'il s'agirait de l'œuvre de voyous désœuvrés ou de règlements de comptes entre bandes ethniques.


Pauvre idéologie ignorante, qui n'a même pas appris des pogroms, que c'était rarement des pianistes délicats qui jouaient du gourdin et que la voyoucratie d'un lumpen-prolétariat regardé avec concupiscence par les organisations gauchistes qui le cornaquent pouvait faire bon ménage avec la haine du juif.


L'attaque contre la synagogue de la rue de la Roquette, dimanche 13 juillet n'a pas dérogé à la vieille méthode. Alors même, que les faits étaient avérés, que de nombreux témoins avaient filmé la présence d'islamistes déchaînés venus de la manifestation pro- palestinienne devant le temple juif, l'idéologie a invoqué la provocation d'un petit groupe de juifs extrémistes pour expliquer la présence menaçante de ces individus vociférants.

Pire encore, certains médias ont relayé sans état d'âme cette explication qui avait l'immense avantage de tenter, une nouvelle fois, de disculper la partie soi-disant la plus réprouvée de la société française.


Il convenait seulement de lire le témoignage difficilement réfutable de Jean-Yves Camus, ancien blogueur à Rue89, spécialiste incontesté de l'extrême droite et présent rue de la Roquette à partir de 17h15: «la centaine de manifestants pro palestiniens savait précisément où elle allait quand elle se dirigeait vers la synagogue. C'est grâce aux CRS que les vagues n'ont pas pu arriver jusqu'au lieu de culte.».

Ainsi, il aura été prétendu sérieusement par une partie de la presse que c'est par la ruse qu'une centaine d'exaltés auront été attirés devant la synagogue et obligés à crier «mort aux juifs!»

Las, la réalité est encore plus têtue que l'idéologie, et il était difficile après les émeutes de Sarcelles, le sac de magasins juifs, et l'attaque contre la synagogue de Garches d'invoquer les provocations de Sion.


Et bien malgré tout, la vieille idéologie, encore toute sémillante, a compris les raisons de la violence urbaine tournée contre les juifs en particulier et la France en général: certainement pas dans un improbable racisme antijuif dont les jeunes en colère seraient bien incapables, mais dans l'interdiction de leur manifestation et dans le fait que le président de la République les aurait désespéré dans son soutien au puissant «lobby» (sic Le Monde du 23 juillet).

La volte-face gouvernementale sur l'autorisation d'une manifestation à Paris, ainsi qu'un changement de ton clairement perceptible de l'Élysée sur l'affaire de Gaza autorise à écrire que si la politique de la France ne se fait plus à la corbeille elle semble se faire à présent dans la rue, avec la complicité de l'idéologie.


Revenons à la manifestation du samedi 19 juillet, précisément interdite en raison des débordements précédents. Première question: en dehors même de ces exactions qui pouvaient faire craindre pour l'ordre public comme l'a constaté le tribunal administratif, est-il admissible de tolérer dans un état de droit une manifestation au sein de laquelle sont brandis les drapeaux du Hamas et du Hezbollah, associations répertoriées officiellement comme terroristes par l'Europe et les États-Unis? Ainsi que des maquettes de missiles destructeurs?

Deuxième question: le NPA, organisateur de la manifestation, le PCF, le Front de gauche, la LDH ont tous invoqué «le droit de manifester» pour protester contre la décision préfectorale d'interdiction. Toutes ces associations, rarement gênées par leur contradiction, n'ont jamais protesté lorsque le Front National, les identitaires, les opposants au mariage pour tous, se sont vus à de nombreuses reprises interdits de manifester ou de se réunir: dès lors, on ne peut qu'y voir un soutien aux admirateurs du Hamas islamiste.

Au demeurant, ce soutien est de moins en moins déguisé par une extrême gauche de plus en plus décomplexée. Ainsi, le 21 juillet, l'auteur de ces lignes débattait sur BFM-TV avec le responsable de la Ligue des Droits de l'Homme, compagnon de route du PCF, et organisatrice de la manifestation autorisée du 23 juillet à Paris.


Celui-ci, sans vergogne, n'a pas hésité à contester la nature terroriste du Hamas (pourtant officiellement répertoriée sur les listes européennes et américaines) et a considéré comme normal que des manifestants puissent brandir son étendard.

Pourquoi d'ailleurs, l'extrême gauche bruyamment antiraciste, mais qui se donne à peine la peine de faire encore semblant de déplorer les exactions antijuives, se gênerait-elle, puisqu'elle ne fait l'objet d'aucune condamnation particulière au sein d'un monde médiatique où elle a encore repères et compères ?


Troisième question: le NPA a maintenu sa décision de manifester en dépit de la confirmation par la justice administrative de l'interdiction préfectorale. Sauf à considérer que l'État de droit en France n'est plus qu'une chimère, ce parti extrémiste ne doit-il pas être considéré comme responsable juridiquement des dégâts occasionnés? En rappelant au passage, qu'à la suite d'une manifestation contre le mariage pour tous, un manifestant non-violent aura fait l'objet d'une incarcération immédiate nonobstant appel pendant plusieurs semaines pour des raisons qui ont échappé aux spécialistes du droit. Sans parler de la sanction record infligée par le tribunal de Cayenne à une membre du Front National pour injure raciale envers Mme Taubira…

Je constate que les manifestants violents de Paris ou Sarcelles n'ont pas subi un sort aussi cruel.


Quatrième question: le soutien actif du NPA et du PCF à un mouvement pour le moins indulgent envers le Hamas islamiste n'autorise-t-il pas désormais d'évoquer une idéologie islamo-gauchiste clairement assumée qui ne porte pas forcément la marque de la modernité?

Dernière question, plus subjective: quel est l'impact sur l'opinion française non engagée d'une manifestation de barbus islamistes et de femmes voilées mettant le feu au drapeau de l'État juif sur fond de malédictions? Est-ce ainsi que l'on veut prouver soutenir une cause pacifique?

À moins que l'on ne mise, plus subtilement, sur l'inconscient collectif d'une partie de la population occidentale désormais élevée dans une crainte obséquieuse d'une radicalité arabo-islamique irascible et nombreuse qu'il conviendrait de caresser docilement dans le sens du poil.


Qu'on ne compte pas sur moi d'autre part, dans cette chronique française, de me donner le mal, à nouveau, de tenter d'apporter l'éclairage que l'on me connaît sur l'actuelle question d'Orient.


Le seul dilemme, politique et moral, que je me bornerai à rappeler ici: un pays a-t-il le droit et le devoir, lorsque sa population est agressée par une entité ennemie qui se protège derrière ses civils, de riposter efficacement, au risque de porter atteinte à ces derniers ; ou bien doit-il demeurer stoïquement l'arme au pied et subir la violence et le diktat de l'agresseur?

Pour le reste, l'antiracisme d'opérette, tel l'ivrogne qui cherche ses clés uniquement autour d'un réverbère, ne s'intéresse qu'aux péchés d'Israël, c'est-à-dire d'Occident, qu'il éclaire de ses sunlights et rejette dans l'ombre de son mépris les morts sans intérêt.


Au cours du dernier week-end, 270 civils ont été exécutés de sang-froid par les islamistes syriens et les chrétiens de Mossoul qui vivaient dans cette ville irakienne depuis l'Antiquité en ont été chassés sauf à se convertir. Je serais incapable de qualifier la différence monstrueuse de traitement médiatique au sein d'un système idéologique de focalisation- occultation qui participe à un plaisir rituel de mise en accusation jubilatoire parce que sélective.

À ce degré de pesage faussé, d'appréciation biaisée, de jugement controuvé, la justification rationnelle confinerait à la candeur indécente.


Cette dernière observation me conduit à une conclusion personnelle. Le combat pour le respect de l'État de droit, pour celui du devoir d'un État-nation occidental de se défendre contre le terrorisme islamiste, contre la négation idéologique du réel, contre le traitement partiel et partial de l'information, contre la discrimination dans l'indignation, contre le déferlement de bandes encolérées, transcende très largement le conflit israélo-palestinien.

Il concerne tout simplement l'avenir de la France encore libre et des enfants de l'Occident.


 

Partager cet article

Repost 0
Published by GOLDNADEL Gilles William
commenter cet article

commentaires

Mic 30/07/2014 08:20


This has to be one of the worst things I've ever seen from ISIS. I wouldn't post it, but what's going on there needs to be seen by the world as it is truly barbaric and horrible.





ISIS is truly evil and if they'll do this to the Iraqi Army, just think of what they will do to Jews, Christians, and other non-believers.

Mic 30/07/2014 08:17


La Gauche soutient ça:


 


http://therightscoop.com/horrible-isis-murders-1500-pows-in-a-brutal-display-of-violence-nsfw/


 


Le Général Patton disait:


"il y aura toujours des fils de p... qui diront que ça n'a jamais existé !"

Phil 29/07/2014 20:26


Pilar Rahola est une politicienne espagnole, journaliste et activiste de gauche. Ses articles sont publiés en Espagne et dans les plus importants journaux d’Amérique latine.


__





Pourquoi ne voyons-nous pas des manifestations contre des dictatures Islamiques à Londres, Paris ou Barcelone ? Des manifestations contre la dictature birmane ? Des manifestations Contre
l’asservissement de millions des femmes qui vivent sans une protection légale ? Des manifestations Contre l’utilisation d’enfants comme bombes humaines là où il y a un conflit avec l’islam ?
Pourquoi n’y a-t-il aucun leadership pour soutenir des victimes de la dictature Islamique au Soudan ? Pourquoi n’y a-t-il aucun outrage contre les atrocités du terrorisme contre Israël ? Pourquoi
la gauche ne défend-elle pas le droit d’existence d’Israël ? Pourquoi la gauche reste-t-elle si silencieuse contre le fanatisme Islamique ? Pourquoi ce soutien ambigu de la cause palestinienne avec
la défense du terrorisme palestinien ?
Et pour finir, la question à 1 million de dollars: Pourquoi la gauche européenne et dans le monde s’acharnent-elles sur les USA et Israël et pas sur les pires dictatures de la planète ? Les 2
plus solides démocraties ayant subi les plus sanglantes attaques terroristes, la gauche ne s’en soucie guère. Et ensuite, au concept de liberté. À chaque forum européen pro-palestinien j’entends
les hurlements hystériques gauchistes: «Nous voulons la liberté pour le peuple !» Faux. Ils ne sont jamais concernés par la liberté pour des gens de la Syrie, du Yémen, d’Iran ou du Soudan ou
d’autres nations ou les droits fondamentaux sont bafoués. Et ils ne sont jamais préoccupés quand le Hamas détruit la liberté des Palestiniens. Ils sont seulement concernés par l’utilisation du
concept de liberté palestinienne comme une arme contre la liberté israélienne.
La conséquence résultante de ces pathologies idéologiques est la manipulation de la Presse. La presse internationale n’arrange pas les choses, elle les endommage par ses publications sur la
question de la question israélo-palestinienne. Sur ce sujet ils n’informent pas, ils font de la propagande. Quand il s’agit d’écrire sur Israël, la majorité des journalistes oublie la déontologie
de leur profession. Et alors, l’acte de défense d’un Israélien devient un massacre, et n’importe qu’elle confrontation un génocide. Il y a eu tellement d’aberrations écrites sur Israël qu’il ne
reste pratiquement aucune accusation contre elle. En même temps, cette presse ne discute jamais l’interférence syrienne et iranienne dans la violence se propageant contre Israël; l’endoctrinement
d’enfants et la corruption des Palestiniens.
Et en annonçant les victimes, chaque accident palestinien est annoncé comme une tragédie et chaque victime israélienne est camouflée, cachée ou annoncée à la va-vite.


Permettez-moi de rajouter ceci sur la Gauche espagnole : Plusieurs d’entre eux sont des exemples qui illustrent l’anti-américanisme et les sentiments anti-israéliens, voila ce qui caractérise la
gauche espagnole, et la gauche européenne: Suède, Angleterre, France, Italie.
Un exemple: Un parti de gauche espagnol vient de virer un de ses membres parce qu’il a créé un site web pro-Israël. D’après la lettre de renvoi: «Nos amis sont l’Iran, la Libye et le
Venezuela, opprimés par l’impérialisme et pas un état Nazi comme Israël.»
Un autre exemple, le maire socialiste de Campozuelos a changé le jour de la Shoah commémorant les victimes de l’holocauste par le Jour de la nakba Palestinienne, lequel pleure la
naissance de l’Etat d’Israël. Ainsi exprimant le mépris pour les six millions de Juifs européens assassinés dans l’Holocauste.
Dans ma ville natale de Barcelone, le conseil municipal a décidé de commémorer le 60ème anniversaire de la création de l’État Israël, en ayant une semaine de solidarité avec les Palestiniens.
Ainsi, ils ont invité Leila Khaled, une terroriste célèbre des années 70 et le leader actuel du Front Populaire pour la Libération de la Palestine, une organisation terroriste listée par l’Union
européenne, qui promeut l’utilisation de bombes contre Israël.
Ce mode de pensée du politiquement correct a même pollué les discours de président Zapatero. Sa politique étrangère rejoint la gauche lunatique sur la question proche orientale et pour les
affaires du Moyen-Orient il est explicitement pro-arabe. Je peux vous assurer qu’en privé, Zapatero blâme Israël pour le conflit au Moyen-Orient, et son ministre des Affaires Etrangères Moratinos
suit la cadence. Le fait que Zapatero aie voulu porter un keffieh lors de sa visite au Liban n’est d’aucune coïncidence; c’est un symbole. L’Espagne a subi la pire attaque terroriste en Europe et
reste dans le collimateur de n’importe qu’elle organisation terroriste islamique. Comme je l’ai déjà écrit, ils nous tuent avec des portables accrochés à l’obscurantisme moyenâgeux. Encore, la
gauche espagnole est la plus anti-Israélienne au monde, et ensuite elle dit qu’elle est anti-Israélienne par solidarité. C’est cette folie que je veux dénoncer à cette conférence.


Conslusion :
Je ne suis pas Juive. Idéologiquement de suis de gauche et ma profession est journaliste. Pourquoi ne suis-je pas anti-Israélienne comme mes collègues ? Parce qu’en tant que non-juive, j’ai la
responsabilité historique de combattre la haine anti-Juive et plus précisément contre la haine de ceux qui leur refusent leur terre ancestrale, Israël. Combattre l’antisémitisme n’est pas
uniquement le devoir des Juifs, c’est aussi le devoir des non-Juifs. En tant que Journaliste, mon devoir est de chercher la vérité au-delà du préjudice, des mensonges et des manipulations.
La vérité sur Israël n’est pas dite.
Je suis une personne de gauche qui aime le progrès, je suis dans l’obligation de défendre la vérité, la culture, l’éducation civique aux enfants, la coexistence et les 10 commandements devenus
des principes universels. Ces principes que le fondamentalisme islamique veut détruire. En tant que non-Juive et journaliste de gauche, j’ai un triple devoir de morale avec Israël, parce que si
Israël est détruit, la liberté, la modernité et la culture seront également détruits. Le combat d’Israël, même si le monde n’est pas d’accord est le combat du monde.



Adaptation : Jean Vercors

Phil 28/07/2014 21:21


Pas si vite  Mme Caro. Voyez ceci...


 




Le
Washington Times
21 octobre 2013





http://fr.danielpipes.org/13533/russie-musulmane


 


Version originale anglaise: Muslim Russia?
Adaptation française: Johan Bourlard





jade 28/07/2014 16:19


Savez qu'à Marseille les arabes ont besoin de "bouc" cad d'une femme et de ses deux enfants qu'ils insultent et font vivre dans les humiliations permanentes sous couvert d'une gauche très
particulière qui a des valeurs nazies et qui livrent en pature aux marseillais trois personnes . Ils ne respectent rien meme pas des bébés qu'ils ont prévu d'en faire les boucs des enfants
marseillais et des arabes.         Tout est en dehors des droits et des valeurs de la France.     

Articles

Catégories