Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 15:35

ARTICLE PARU SUR LE SITE « ATLANTICO, un vent nouveau sur l’info » : http://www.atlantico.fr

 

http://www.atlantico.fr/decryptage/goldnabel-se-penche-france-cynique-et-brutale-223665.html

 

La semaine Goldnadel

Publié le 14 novembre 2011

 

 

Après la journée de la gentillesse dimanche, William Goldnadel se penche sur cette France devenue cynique et brutale. 

Dimanche 13 novembre. "Journée de la gentillesse". Encore que je n’apprécie guère l’inflation de journées symboliques qui dévaluent la valeur de celles retenues institutionnellement et qui font consensus, celle-là me parait, par comparaison, moins dérisoire que celle "du drapeau" suggérée il y a peu par une autoproclamée "droite humaniste".

La gentillesse, la bonté, valeurs déprisées par le cynisme dévastateur de la méchanceté promue médiatiquement. La France des années 60 aura ainsi basculé de Fernand Raynaud à Guy Bedos, de Tintin à un Hara-Kiri "bête et méchant ". Les ados ont troqué leurs gentils sourires d’enfants pour un rictus ironique censé être plus futé. L’idéologie dominante des années 70 a raillé la charité trop catholique qui donne bonne conscience mais n’a pas empêché, pour cause de crise, les restos du cœur à gauche. Elle a moqué "le paternalisme patronal" des Michelin et des Boussac, qu’on regrette depuis les traders branchés et sans scrupules et les seigneurs sans morale ni culture du CAC 40.

 Encore et toujours DSK. Puis-je encore dire que la presse n’est pas très gentille envers lui ?

J’ai toujours pensé publiquement, avant ses malheurs, qu’elle le surestimait moralement et intellectuellement pour me le permettre. Ainsi, je ne suis pas loin de penser que, de même que le psychorigide Alfred Dreyfus aurait fait un excellent antidreyfusard, l’ancien patron du FMI, à l’instar de ses amis politiques qui hurlaient au complot, aurait pris le parti de la femme de chambre pour peu que son violeur putatif ait été un conservateur bon teint.

Il n’en demeure pas moins que, pénalement, j’ai tenu, par principe, à soutenir ici et ailleurs que les actions diligentées sans preuves sérieuses par Mlles Diallo et Banon feraient long feu. Je ne pense pas avoir été  cruellement démenti par la suite.

Il en sera de même, s’agissant de la bouffonnerie graveleuse du Carlton de Lille, où il s’écrit ici et là, qu’en ayant bénéficié, de par son prestige, des improbables charmes de dames tarifées, il se serait rendu coupable de recel d’abus de biens sociaux, et pourquoi pas, ai-je lu, de complicité de proxénétisme !

J’ai lu également partout qu’Anne Sinclair était sur le départ et qu’il n’osait plus se montrer en public. Est-on sûr, si la chose est avérée, que le détachement de l’épouse vient de la révélation de faits qu’elle avait bien la licence d’accepter plutôt que du ridicule causé par un harcèlement cette fois peu douteux ?

L’ambulance brinquebalante sur laquelle on ne cesse de tirer commence à ressembler à un corbillard.

Après avoir, par sotte complaisance, comparer Dominique Strauss-Kahn à Léon Blum, veut-on vraiment faire de lui un nouveau  Salengro ?

 Lors de mon dernier bloc-notes, j’avais sous-estimé les victimes chrétiennes des islamistes nigérians. Elles étaient 150. La presse française n’a pas jugé utile de leur consacrer un article.

Des noirs massacrés par des non-occidentaux ne valent pas dix lignes.

Il en est de même des civils sud-soudanais bombardés cette semaine par les avions du régime de Khartoum. Aucun intérêt pour des journalistes, humanistes, droits de l’hommistes, certes, mais pas vraiment bons.

Au fait, s’agissant des gentilles "assoces" autoproclamées, à quand des manifestations de la République à la Nation, organisées par le MRAP ou la Ligue des Droits de l’Homme contre les massacres en Syrie ? D’évidence, Hama n’est pas Gaza.

 Les pseudo-antiracistes militants ne sont pas non plus très gentils, ni d’ailleurs opposés au racisme.

Ils ont simplement troqué un racisme pour un autre. J’ai tenté de l’expliquer dans ma "question Blanche". Prenez le dernier film de Mathieu Kassovitz, « L’Ordre et la Morale ». J’ai entendu son réalisateur, dans le cadre d’une interview, évidemment non contradictoire, sur France Inter samedi matin, éructer contre le directeur d’un cinéma de Nouméa qui ne voulait pas passer son film sur le drame d’Ouvéa. Il n’y voyait ni plus ni moins que du racisme blanc mâtiné de colonialisme caldoche. Je ne verrai pas son film. Ce que je sais d’un homme qui doute du 11 septembre me suffit pour ne pas qu’il m’inspire une crédibilité illimitée.

Je raconte également dans le livre précité l’avoir rencontré, en tant qu’avocat, au Palais de justice, quand je défendais un syndicat de flics partie civile (désolé…) opposé à Ministère Amer. Je fus donc conduit à interroger le réalisateur venu témoigner en faveur de ses amis rappeurs et insultants. Sans surprise, l’artiste s’est contenté de mettre noblement et dramatiquement en avant une liberté d’expression avec laquelle on ne devrait jamais, clamait-il haut et fort, transiger. Lorsque je me suis hasardé à lui demander si la même liberté devrait, par exemple, être accordée à Jean-Marie Le Pen, le témoin, manifestement peu habitué ni au questionnement ni à la contradiction a soudain perdu la voix.

Apparemment, il l’a retrouvée pour exécuter l’exploitant de salle néo-calédonien et récalcitrant.

Si cela ne me suffisait pas à douter du sérieux de Kassovitz, l’excellent article de Thierry Deransart, rédacteur en chef des Nouvelles Calédoniennes Hebdo à Nouméa au moment du drame et présent dans la grotte d’Ouvéa au lendemain de l’assaut controversé y contribue définitivement (le Fig Mag de cette semaine). De manière très documentée et convaincante, il déconstruit un film idéologiquement mensonger qui aurait mérité d’être tourné en noir et blanc.

Comment pourrait-il d’ailleurs en être autrement ? Le conformisme xénophile de l’anticonformisme cinématographique formate les esprits depuis 40 ans.

Les explications ne manquent pas : le goût de la mode, le plaisir de paraître, l’esthétisme de la radicalité pépère.

Quoi que l’Histoire ait montré, pendant l’occupation et sans trop d’aménité, que les artistes ne se comportaient pas de manière plus gentille que les bouchers charcutiers ou les avocats – et on ne voit pas pourquoi il en aurait été trop autrement - eux-mêmes et leur public semblent continuer à penser le contraire.

Mais soyons nous-mêmes plus gentils : le titre du film de Kassovitz est très honnête. L’ordre (et la) Morale. Il ne s’agit que de cela.

 

Gilles William GOLDNADEL

Partager cet article

Repost 0
Published by GOLDNADEL Gilles William
commenter cet article

commentaires

Phil 21/11/2011 11:20


Que voulez-vous... On sait que c'est un fléau. Les journalistes français sont dans le trio de tête des scribouillards les plus désoeuvrés au monde, avec le Togo et la Birmanie.

xxxxx 18/11/2011 19:01


 


Oui on aimerai  bien avoir votre avis en tant qu'avocat.


C'est tout à fait répugnant cette campagne  ou plutôt ce changement de campagne....c'est une  atteinte grave au secret de l'instruction. Il me semble que l'on na pas le droit de
divulguer des faits recueillis lors d'une instruction.


merci

xxxxx 18/11/2011 15:19


ci joint copie de mon commentaire sur le blog de Philippe Bilger




Bonjour
Cher Monsieur Bilger (et toute autre personne qui pourrait me donner le renseignement),


Je vous prie de bien vouloir m’indiquer la marche à suivre afin que mon nom ne figure pas sur la liste du tirage au sort en tant que juré (possible) dans l’affaire D.SK.
Je ne pourrai jamais donner un avis impartial sur cette affaire étant donné le caractère abject de l’information que l’on nous sert continuellement, garnie d’images dont je ne saurai dire le
nom.
Je n’aime pas les libertins mais encore moins les loups.
Je me sens d’ailleurs moi-même continuellement insultée par la qualité de l’information que l'on nous sert.
Pourquoi D.S.K et Anne Sinclair ne mettent-ils pas leur nom au droit d’auteur ?
J’ai le nom d’une marque ! J’ai le nom d’une marque ! qui est-ce qui a un produit à placer ? Un nom à faire connaître ?
Exceptionnellement je ne signe pas de mon nom parce que j'ai envie d’écrire bien grand :


FURIE FURIE FURIE



Rédigé par : XXXXXX | 18 novembre 2011 à
14:26


je voudrai ajouter u'Anne Sinclair devrait créer  une entreprise ent totue vitesse


je vous très bien " LES  SACS  D.S.K " par exemple, comme lavait fait Moniqua

Jacqueline 15/11/2011 17:13



Merci monsieur, de faire éclater la vérité dans cet océan des mensonges , d invertion des valeurs ce monde DE  tartuffes qui veulent nous imposer le mal en disant que c est le bien,
 faire des criminels les victimes, et des   victimes les coupables etc,j ai la nostalgie de l'époque de R Lamoureux que je préferais à F Reynaud, celle des BEATTLES, des gentils ados
dont je faisais partie.



Robert Marchenoir 15/11/2011 15:28



"Les ados ont troqué leurs gentils sourires d’enfants pour un rictus ironique censé être plus futé."


Très juste. On sous-estime gravement les effets destructeurs d'un tel état d'esprit.



Articles

Catégories