Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 15:37

 

Les médias de service public activent-ils le feu de l'antisémitisme en France ?

Cette semaine, Gilles William Goldnadel revient sur la découverte d'un réseau djihadiste en France et s'interroge notamment sur l'influence des médias de service public.  

Selon Gilles Goldnadel, il existe en France un palestinisme "obsessionnel", "inepte" et "injuste". Crédit Reuters

L'émotion produite par la découverte d'un réseau djihadiste français violemment anti-juif aura atteint son paroxysme lundi dernier. Il est assez édifiant de regarder à quoi a pu ressembler le jour d'après. Après que la réalité de la menace a commencé progressivement par être remplacée par l'idéologie virtuelle qui conditionne non seulement les propos mais encore les comportements.

Mais avant cela, il n'est pas inutile de rappeler que, selon le Figaro du lundi 8 octobre (« 12 apprentis djihadistes prêts à mourir »), l'un des individus arrêtés « était abonné via Facebook à plusieurs sites religieux fondamentalistes, il diffusait des photos de bébés palestiniens tués ou d'un soldat israélien pointant son fusil en direction d'un enfant. Avec ce commentaire d'internaute : Comment ne pas être haineux envers ce peuple maudit ? » Tout comme Mohamed Mérah, dont on sait qu'il avait inséré dans le film qu'il avait tourné pendant le massacre des enfants juifs de Toulouse, la photo d'enfants de Palestine qu’il voulait venger, dont celle de Mohamed Al Dura à Gaza, dont la mort est toujours controversée.

 

Dès le mardi, le responsable de la revue de presse de France Inter a cru bon de faire entendre des extraits de la chanson du groupe Zebda (de Toulouse…), dont Le Monde rappelle qu’il ne cache pas « son militantisme pro palestinien », intitulée : « Une vie de moins ». Arrêt sur image et son : le vidéo-clip de cette chanson, composée par l'universitaire que j'épinglais il y a peu pour avoir loué la modération des Frères Musulmans égyptiens, est accompagné d'un dessin animé ou apparaissent en boucle des images de soldats israéliens menaçant de leurs armes des enfants de Palestine. Extraits : « J'ai vécu les vagues humaines de l'intifada. J'ai vécu cortèges et grèves, drapeaux à bout de bras. Nous chantions à pleins poumons notre passion. Tandis qu'au-dessus de nous paradaient leurs avions. Je suis mort atteint d'une balle perdue. Je suis mort assassiné par un homme inconnu qui croyait faire son devoir en tirant dans le brouillard sur des ombres ennemies aux armes dérisoires. Je suis mort un soir d'automne, un soir de Ramadan… »


France télévision info, le site officiel de notre chaîne publique nationale, diffuse le clip de Zebda et en fait la promotion. À noter que l'auteur et les chanteurs se sont rencontrés, comme ils s'en vantent, dans le cadre d'une tournée régionale du groupe dans la Syrie d'Assad. Je rappelle, en passant, que le bilan des massacres en Syrie a déjà dépassé en une année le nombre de morts causées par le conflit israélo-palestinien depuis 1948. Je ne souhaite pas ici et maintenant expliquer en quoi, selon moi, ce palestinisme obsessionnel est inepte et injuste. Je pose simplement les questions : était-il indispensable, toutes affaires cessantes, ce mardi 9 octobre de diffuser sur les ondes nationales, dans le cadre insolite d'une revue de presse, cette chanson militante ?

 

Était-il tout aussi indispensable, de la part de la seconde chaîne de télévision nationale de diffuser et de faire la promotion de ce vidéo-clip littéralement ravageur? Quelles sortes de rage, stupidité, ou irresponsabilité poussent des journalistes du service public à de telles initiatives ? J'affirme, au nom de l'expérience récente et tragique, que les ingrédients de cette chanson peuvent produire, mis dans certaines têtes, les mêmes effets qu'une cocotte-minute, un réveille-matin, et des clous dans certaines mains. Avec une aussi belle promotion, cette chanson devrait faire un malheur.

 

 D'après mon article PARU SUR LE SITE « ATLANTICO, un vent nouveau sur l’info » :

http://www.atlantico.fr/rdvinvite/medias-service-publique-activent-feu-antisemitisme-en-france-gilles-william-goldnadel-513304.html

La semaine Goldnadel

Publié le 15 octobre 2012

Partager cet article

Repost 0
Published by GOLDNADEL Gilles William
commenter cet article

commentaires

alsatian in oklahoma 22/10/2012 22:42


Pragmatisme exemplaire en connaissant qu'il se veut Neo-con!

alsatian in oklahoma 22/10/2012 22:21


PFFFF! MERDE!... au sujet de l'occupation de la mosquee de Poitier!...Evidemment, toutes les journalopes islamo-gauchardes condemnent, comme tous les representants et associations de Juifs
aussi, bonne nouvelle pour les anti-semites et les futurs convertis Chretiens a l'anti-semitisme!...Il suffit pour eux de lire les medias et les annonces d'associations pseudo-liberale (mais
franchement anti-blancs)!........Moi, j'ai fait mon petit tour et avec bonheur, j'ai lu que JP-Grumberg a montre une comprehension (avec prudence) de cette occupation de mosquee par des
jeunes Francais!... Bravo a JPG pour son pragmatisme que je trouve exemplaire a propos de cette affaire!

Coco 22/10/2012 20:03






Le 14 mai 1948, David BEN GOURION proclama
l'indépendance de l'Etat d'Israël









ERETZ-ISRAEL (le Pays d'Israël) est le lieu où naquit le Peuple Juif. C'est là que se modela sa
forme spirituelle, religieuse et politique. C'est là qu'il vécut sa vie indépendante. C'est là qu'il créa ses valeurs tant nationales qu'universelles et qu'il donna au monde le Livre des Livres
Eternels.


Exilé de Terre Sainte, le peuple juif lui demeura fidèle tout au long de sa Dispersion et il n'a jamais cessé de
prier pour son retour pour y restaurer son indépendance nationale.
Mûs par ce lien historique et traditionnel, les Juifs s'efforcèrent au long des siècles de revenir dans le pays de leurs ancêtres. Au cours de ces dernières décennies ils rentrèrent en masse dans
leur pays. Pionniers, réfugiés, combattants, ils ont défriché les déserts, ressuscité la langue hébraïque, construit des villes et des villages, créé une communauté évoluant sans cesse, maîtresse
de son économie et de sa culture, recherchant la paix mais sachant se défendre, apportant à tous les habitants du pays les bienfaits du progrès et aspirant à l'indépendance nationale....



EN CONSÉQUENCE, NOUS, MEMBRES DU CONSEIL REPRÉSENTANT LA COMMUNAUTÉ JUIVE DE PALESTINE ET LE MOUVEMENT SIONISTE,
NOUS NOUS SOMMES RASSEMBLÉS ICI, EN CE JOUR OU PREND FIN LE MANDAT BRITANNIQUE ET EN VERTU DU DROIT NATUREL ET HISTORIQUE DU PEUPLE JUIF ET CONFORMÉMENT A LA RÉSOLUTION DE
L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS-UNIES, NOUS PROCLAMONS LA CRÉATION D'UN ÉTAT JUIF EN TERRE D'ISRAËL QUI PORTERA LE NOM D'ÉTAT D'ISRAËL....


 


 


Signataires
:
David Ben Gourion, Herzl Vardi, Rachel Cohen, Rabbi Kalman, Kaliana, Saadia Kobashi, Rabbi Yitzhak Meir Lévin, Meir David, Loevenstein, Zvi Lourié, Golda Myerson, Nahoum Nir, Zvi
Segal, Rabbi Yehouda Leib, Hacohen Fishman David, Zvi Pinkas, Aharon Zisling, Moshé Kolodny, Eliezer Kaplan, Abraham Katznelson, Félix Rosenblueth, David Remez, Berl Repetur, Mordekhaï Shattner,
Ben Sion Sternberg, Bekhor Shitrit, Moshé Shapira, Moshé Shertok, Daniel Auster, Mordekhaf Bentov, Yitzhak Ben Zvi, Eliyahou Berline, Fritz Bernstein, Rabbi Wolf Gold, Meir Grabovski Yitzhak
Gruenbaum, Dr Abraham Granavski, Eliyaliou Dobkin Meir Vilner-Kovner, Zeroh Warhaftig

Coco 22/10/2012 18:38


L'histoire des Juifs en terre d'Israël (hébreu : ארץ ישראל - Eretz Israel) se développe sur près de 3000 ans et témoigne, malgré la dispersion des Juifs, de l'importance particulière, pour eux, de la terre d'Israël.


La terre d'Israël1, appelée terre sainte par les chrétiens, correspond au pays de Canaan ou encore à la région connue sous son nom romain de
Palestine. Elle a, de tout temps, joué un rôle central dans l'histoire des Juifs, si bien qu'ils l'appellent souvent
familièrement ארץ - Eretz (terre). Ils l'évoquent affectueusement dans toutes leurs prières (matin, après-midi, soir), dans les actions de grâce après le repas et particulièrement lors de la
cérémonie familiale du Séder de Pâque. À toute époque, malgré exils et massacres, il y a eu une vie juive en terre d'Israël : après la conquête romaine, après l'invasion arabe,
après la conquête croisée... Un très lent mouvement de retour vers la terre d'Israël s'est produit
ensuite, devenant significatif à partir de l'expulsion des Juifs d'Espagne en 1492 pour
s'accélérer légèrement à la fin du XVIIIe siècle sous les recommandations du Gaon de Vilna, puis nettement avec la naissance du sionisme à la fin du
XIXe siècle. Les Juifs ont récupéré leur souveraineté sur partie du territoire avec la naissance de
l'État d'Israël en 1948.


 


Wikipedia


Mais peut etre que Wikipédia est aux mains des sionistes...


 

Marcoroz 22/10/2012 15:36


Le Grand Mufti de Jérusalem, chef "spirituel' et politique des Arabes de Palestine de l'époque, et dont se réclament les dirigeants "palestiniens" actuels, sans compter le lien familial d'Arafat
et de Leila Shahid avec ce personnage, était allé habiter Berlin, dînait avec Hitler, avait créé un bataillon nazi en Palestine et est personnellement responsable de la déportation de
plusieurs milliers d'enfants juifs. Mais en quoi cela pourrait-il bien concerner les Arabes de Palestine ? 

Articles

Catégories