Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 11:50

L’ANGOLAGATE : UN A PRIORI IDEOLOGIQUE ?

 

Ainsi, Pierre Falcone, Arcady Gaydamak et Charles Pasqua étaient innocents des délits infamants qui leur étaient reprochés. Ni les uns, ni les autres n’étaient des trafiquants d’armes ou d’influence. Il aura fallu une décennie pour qu’une Cour d’Appel française veuille bien le reconnaître sans trop craindre de fâcher un magistrat omnipotent ou une opinion très prévenue.

Voilà en effet plus de 10 ans que je n’ai cessé de répéter, jusqu’à lasser mon auditoire, que la seule explication rationnelle pour expliquer une procédure inepte et une incrimination inexplicable ne pouvait être qu’idéologique.

Las, la personnalité des protagonistes, l’opulence des uns, l’orientation politique d’un autre étaient considérées dans l’inconscient collectif judiciaire et médiatique comme consubstantiellement synonymes de culpabilité.

Leur profil particulier empêchait la défense, sauf à risquer l’indécence, de réclamer une compassion a priori acquise pour des délinquants ou des criminels avérés.

On remarquera ainsi que l’expression « clamer son innocence » n’est guère utilisée sous la plume des chroniqueurs des chambres financières et semble réservée exclusivement aux passibles des tribunaux correctionnels ordinaires ou des Cours d’Assises.

Pendant ces longues années d’incompréhension, de suspicion, de causticité ironique, quand ce n’est pas de méchanceté, il est souvent arrivé à l’auteur de ces lignes de regretter que celui qu’il défendait ne fut pas un militant extrémiste soupçonné de sabotage ou un terroriste italien reconverti dans l’écriture.

Car pour leur malheur, et d’ailleurs sans trop comprendre ce qui leur arrivait, les accusés de l’Angolagate, n’avait pas seulement contre eux un juge bien en Cour et  peu taraudé par le doute et les questions de forme, mais encore une idéologie de bric et de broc, un peu gauchiste, un peu pacifiste, un peu poujadiste, qui paralysait le nécessaire contrôle judiciaire et médiatique des actes du premier.

Dans ce contexte pervers et peu propice à une justice impartiale, plaider d’avoir aidé un régime légitime à vaincre une guérilla terroriste, arguer d’avoir sauvé la vie de pilotes français et avoir obtenu en contrepartie une décoration, mettre en avant ses états de service militaires ou politiques, loin d’être à décharge devenaient circonstances aggravantes…

J’invite le lecteur sceptique à se reporter aux incantations des internautes hargneux qui ont commenté l’arrêt de la Cour. Il faut lire ces tricoteuses des temps nouveaux réclamer la potence pour les nantis. Il faut voir ces acharnés prétendre que c’est parce qu’ils sont puissants, qu’une telle décision a pu être rendue.

Impressionnante puissance, en effet, que celle d’un Falcone emprisonné pendant trois ans et demi, arrêté à la barre d’un tribunal alors même que sa condamnation n’était pas définitive, maintenu par la suite en détention dans l’indifférence générale, à la remarquable exception du journal qui m’accueille.

Ce serait bien si on commençait à rendre la justice et à la commenter sans préjugé social ou racial ni a priori idéologique.

 

 

Gilles William Goldnadel.

Avocat d’Arcady Gaydamak

 

 GWG-LEFIGARO-12MAI11

 

Partager cet article

Repost 0
Published by GOLDNADEL Gilles William
commenter cet article

commentaires

Coco 19/05/2011 13:25



Et dans la plus pure tradition française, nous allons bientot assister au meme scénario qu'avec kadafi, moubarak ou ben ali.


La pourriture médiatico politique va expliquer aux veaux français que DSK n'en était pas a son coup d'essai, qu'il a des casseroles au cul, qu'il se comportait en salopard avec les femmes, qu'il
ne pouvait pas résister a une main au cul....Celui qu'ils vénéraient est a terre et ils vont se précipiter pour le savater afin d'apparaitre meilleurs que lui, pour se faire juges et bourreaux.


Et le troupeau de veaux français va suivre en belant. 



Coco 19/05/2011 09:05



Exit l’affaire de trafic d’armes à destination de l’Angola, entre 1993 et 1998 pour un montant de 790 millions d’euros, sur fond de corruption d’un bon nombre de personnalités françaises, telle
qu’elle était apparue pendant cinq mois d’audience en première instance. Exit l’atmopshère de plomb de ce procès au terme duquel le tribunal avait
reconnu les deux principaux prévenus, Pierre Falcone et Arcadi Gaydamak - en fuite en Israël - coupables de commerce illicite d’armes, trafic d’influence et abus de biens sociaux et avait
prononcé l’arrestation de M. Falcone à l’audience . Exit la condamnation de l’ancien ministre de l’intérieur, Charles Pasqua, à trois ans d’emprisonnement, dont un
ferme, pour trafic d’influence.


 


Revu par la cour d’appel de Paris, présidée par Alain Guillou, le dossier de l’Angolagate n’est plus qu’une banale affaire d’abus de biens sociaux. Même les avocats de la défense ont eu l’air
surpris que la cour leur accorde une telle victoire.



palmoni 19/05/2011 07:04



Gaydamak est coupable puisque condamné en appel à 3 ans de prison. Réduction de peine n'est pas acquittement. Il y va de même pour Falcone.


Pour un avocat plaider une vérité partielle devant un tribunal est loisible puisqu'il y'a des contradicteurs en face qui sont là pour équilibrer l'info, voire la déséquilibrer dans l'autre sens.


Faire la même chose dans un article de presse est, au mieux, un mensonge par ommission. 



Coco 18/05/2011 14:17



Et on peut faire le lien avec l'angolagate. En france, ce pays éternel donneur de leçons a la planete, on a trainé dans la boue les présumés coupables de cette affaire, et meme lorsqu'ils ont été
jugés innocents de trafic d'armes comme le rappelle ici GWG, ils restent encore coupables si on en croit certains...


 



Coco 18/05/2011 08:46



j'ajoute que jamais en france, une affaire semblable n'aurait vue le jour. Média et politques l'auraient étouffée et la boniche aurait été retrouvée suicidée, noyée dans une cuvette de wc,



Articles

Catégories