Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 08:31

Paru dans FIGAROVOX - lefigaro.fr http://www.lefigaro.fr/vox/


http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2014/06/03/31002-20140603ARTFIG00340-goldnadel-les-4-verites-du-djihadisme-francais.php


03/06/14


Goldnadel : les 4 vérités du djihadisme français


FIGAROVOX/CHRONIQUE - «Nous les combattrons» a déclaré François Hollande au sujet des djihadistes. Pour notre chroniqueur, si ces paroles ne veulent pas rester lettre morte, il est urgent d'ouvrir les yeux sur certaines réalités.


Gilles-William Goldnadel est avocat et écrivain. Il est secrétaire national à l'UMP chargé des médias. Il préside par ailleurs l'Association France-Israël. Toutes les semaines, il décrypte l'actualité pour FigaroVox.


 «Nous les combattrons!, nous les combattrons!, nous les combattrons !» Si l'on veut que ce décret présidentiel, cette profession de foi anti-djihadiste, ne rejoigne dans les annales des promesses non tenues, les anaphores et les engagements de campagne, le début du commencement du combat réside dans la parole libre. Et ce n'est pas rien, tant le terrorisme intellectuel qui sévit depuis 30 ans aura été le compagnon de route le plus fidèle et le plus efficace du terrorisme criminel. Alors parlons librement et sans crainte :

Les djihadistes sont désormais parmi nous. Ils sont nombreux. Ils bénéficient de la peur ou de la complaisance d'une minorité, non négligeable, d'une partie de la communauté musulmane de France devenue nombreuse. Lutter contre eux est d'ores et déjà un combat très difficile pour la société démocratique. Et d'autres attentats sont évidemment à redouter. La communauté juive est à nouveau en première ligne, mais elle n'est pas la seule cible Des chrétiens ou des musulmans modérés ont été et seront frappés.

Si l'on veut combattre vraiment et jusqu'au bout le djihadisme assassin, il faut oser dire à la société française ses 4 vérités :


-Première vérité : cette société démocratique a le devoir de se défendre. Y compris, avec des moyens exceptionnels lorsqu'elle est attaquée exceptionnellement. Les-individus convaincus de-djihadisme doivent être retranchés de la communauté nationale. Cela passe par la déchéance de la nationalité française.


-Deuxième vérité : Le djihadisme n'est qu'une des versions de l'islamisme. Il n'existe pas d'islamisme sans Jihad, ni Charia. L'islamisme a déclaré une guerre de conquête, civilisationnelle, au monde occidental judéo-chrétien. Aucune complaisance n'est permise avec aucun islamisme. Ni le wahhabisme des émirs, ni l'islamisme prétendument modéré de la Turquie ou de l'Iran, ni celui des Frères musulmans en Égypte, dans le Maghreb ou en Palestine (Hamas).

Par conséquent, répéter trois fois ou mille fois que l'on va combattre le terrorisme islamiste et continuer de tolérer que certaines télévisions comme Al-Jazira puissent diffuser les prêches antijuifs ou antichrétiens de prédicateurs haineux, serait désormais mentir trois fois ou mille fois.


-Troisième vérité : seuls quelques intellectuels dépassés ont encore l'idée de commencer leur condamnation du terrorisme en appelant à se garder d'amalgames anti-musulmans auxquels personne ne songe sérieusement, tant la majorité de la communauté musulmane française est opposée à la violence.

Ceci fermement posé, il n'en demeure pas moins qu'une minorité, non négligeable, de cette communauté doit être fermement préservée de toute tentation du fléau djihadiste. Jusqu'à présent, par frilosité, la communauté musulmane organisée est demeurée trop silencieuse. Seule une grande et vraie manifestation de masse serait de nature à sortir de cette ambiguïté qui encourage les extrêmes.


-Quatrième vérité : la pression des clandestins aux frontières n'a jamais été aussi forte. C'est l'agence européenne Frontex, chargée du contrôle des frontières extérieures de l'Union Européenne qui nous en prévient. Son dernier rapport confirme la hausse importante de l'immigration clandestine.

Qui a la naïveté encore de penser que parmi eux ne se trouvent pas de futurs djihadistes, alors même que les services antiterroristes sont déjà débordés en raison du nombre de suspects à surveiller ?


C'est sans doute le combat le plus ingrat, le plus difficile à mener. Le simple fait de l'évoquer, c'est encourir le risque d'être diabolisé par les cerbères les plus vigilants de la police intellectuelle et des mœurs. Ceux qui prétendent incarner la résistance au fascisme, tout en courant derrière les fantômes du passé plutôt que d'affronter le vrai fascisme qui vient encore de tuer. C'est tellement moins risqué.


Quatre vérités, dures à dire, dures à lire, tant elles ont été indicibles et illisibles pour cause de terrorisme intellectuel. Dures comme les temps de la terreur qui nous poursuit.

Partager cet article

Repost 0
Published by GOLDNADEL Gilles William
commenter cet article

commentaires

freepalestine 19/07/2014 20:09


je te pisse dans le c....

Philippe 19/07/2014 09:18


A Palmoni: la décheance de la nationalité française est tout a fait possible ( art .25 code civil ) elle peut s' applique assez " facilement " aux doubles nationaux ayant fait preuve de déloyauté
envers la France ou ayant nui a ses interets fondamentaux . Voir l' article " decheance de la nationalité " sur Wikipédia.


Le probléme se posera suite a une trés hypothetique décheance de nationalité: Vers quel pays allez-vous l' expulser ? l est probable que ni l' Algérie ni le Maroc, ni La Tunisie n' en voudront ,
donc vous allez le garder sur le territoire de la République comme apatride. C' est là que le vaste territoire d' outre-mer peut se réveler idéal comme " lieu de dégrisement djihadiste " pour ces
individus qui seraient assignés à résidence .Les memebres d' ETA ont été assignés a résidence en France.Le meme outil jurdique peut etre utile pour les ex-djihadistes déchus de la nationalité
française. La Guyane, les Ils Crozet, Kerguelen, St Pierre-et-Miquelon, Clipperton....la France ne manque pas de lieux ou le climat et la distance peuvent avoir un effet salutaire.  

Philippe 19/07/2014 09:02


Pour rire d' un sujet aussi grave , l' article de Cyril Bennassar sur www.causeur.fr , " le djihadisme à la française " est un must read d' humour 

salles 15/07/2014 13:21


Cher Monsieur,


Vous êtes avocat et vous vous dites écrivain. Je lis aujourd'hui votre papier dans le Figaro, reproduit sur votre site personnel. Et à la première ligne se trouve une faute!


Le groupe de mot "après que" est TOUJOURS suivi de l'indicatif. C'est une règle immuable de la langue française. Il est dommage qu'en tant qu'avocat et écrivain (comme vous dites) vous
l'ignoriez. Je vous la livre afin que vous puissiez essayer de la respecter à l'avenir. Votre première phrase, correctement écrite donnerait donc : "Après que les premiers missiles (...)
eurent (ou ont) atteint etc", et non pas "aient".


Bien cordialement,


 


Damien Salles

Palmoni 10/06/2014 11:22


La décheance de la nationalité est un outil judiciaire qui faciliterait le travail de la police; surtout en insituant le séjour même d'un "déchu" sur le territoire français comme délit pénal.


C'est tout.


 


Naturellement cette mesure ne peut prétende à résoudre le pb de fond. 

Articles

Catégories