Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 11:51

Article paru sur le site http://www.atlantico.fr/

 http://www.atlantico.fr/decryptage/defense-dominique-strauss-kahn-justice-105046.html

 

 

Défense raisonnée de Dominique Strauss-Kahn

 

Pour l'avocat pénaliste, Gilles William Goldnadel, il convient de respecter la présomption d'innocence de l'ancien patron du FMI. 

Bien sur que ce camp de la vertu permanente et indignée ne s’était guère illustré jusqu’alors par le respect qu’il portait à l’honneur et à la réputation de ses adversaires, lorsque la cruauté des temps judiciaires pouvait lui procurer le plaisir ludique de les piétiner.

Bien sur que les délicates remarques d’un Jean-François Kahn, contraint à la repentance, sur le "troussage des soubrettes", n’ont pas non plus arrangé la cause de l’homme qu’il voulait arranger.

Bien sur que le passé affectif de celui-ci n’est pas forcément son meilleur plaideur.

Mais après avoir rappelé tout cela, je tiens, en homme, en avocat, à rappeler ce qui suit.

Seul, Dominique Strauss-Kahn est présumé innocent des terribles faits dont on l’accuse et qui mériteraient une lourde sanction s’ils étaient avérés.

Mais ce qui se dit, ce qui s’écrit, notamment à la gauche de la gauche, ou dans certaines organisations féministes qui viennent de défiler aux cris de « Nous sommes toutes des femmes de chambre » n’est, pour l’heure, recevable ni au regard des faits, ni au regard du droit, ni à celui de la morale.

Dominique Strauss-Kahn, pour l’heure, n’est pas responsable des statistiques que l’on brandit en matière de viol.

Et son accusatrice, pour l’heure, n’est pas une victime, pas même, il me faut l’écrire, présumée. Seulement, et c’est déjà beaucoup, une plaignante.

Pour l’heure, il est possible  que ses accusations soient sincères et avérées, mais il est également possible qu’elles soient mensongères.

Tout le reste ne participe que d’une idéologie victimaire qui empoisonne le monde occidental des deux cotés de l’Atlantique et que je combats sans relâche depuis des années.

Une idéologie qui fait fond des stéréotypes les plus éculés.

On peut être un parfait salaud, tout en étant blanc, juif et progressiste.

On peut parfaitement mentir, tout en étant femme, noire, et pauvre.

J’écris ces lignes pour défendre la possible innocence d’un homme avec lequel j’ai eu parfois des rapports difficiles.

Mais je les écris aussi dans un esprit prophylactique.

A lire et à entendre ce qui s’écrit, en France, la parole des victimes resterait judiciairement inaudible. C’est ignorer le fait, qu’aujourd’hui, les accusations sexuelles, ou plus largement de harcèlement, peuvent aboutir aux plus lourdes injustices.

Il arrive que les victimes en puissance, femmes, enfants, largement entendues, mentent ou affabulent. Quelques années après Outreau, ne puis-je être entendu sans effort ?

Même chose, en ce qui concerne les souffrances au travail alléguées. Tous les suicides de salariés n’ont pas pour cause, la cruauté de leur employeur. Mais il arrive pourtant que certains syndicalistes instrumentalisent un délit tellement fourre-tout, que l’auteur de ces lignes a dû le faire renvoyer à l’examen de la Cour de Cassation, qui elle-même pourrait décider de le transmettre au Conseil Constitutionnel.

La judiciarisation pénale à outrance de la vie quotidienne à atteint depuis longtemps les côtes françaises.

Tous les avocats confirmeront qu’il est de plus en plus fréquent que lorsqu’un divorce tourne à l’aigre, un conjoint découvre soudain les attouchements d’un parent ou d’un grand parent sur l’un des enfants.

Je ne méconnais certes pas les souffrances infligées aux plus faibles. Mais nous ne vivons pas dans le monde de Oui-Oui. Nous vivons dans un monde imparfait et retors.

Le moins mauvais des systèmes, à Paris comme à New York, lorsque deux thèses humaines s’affrontent sur la base de la dénonciation de l’une des deux est de s’en remettre à l’examen du juge. Sans le moindre a priori.

A défaut, et plus encore qu’aujourd’hui, attendez-vous à voir grossir le régiment des imposteurs, et le bataillon des victimes imaginaires.

Cela ne fera pas diminuer le nombre des vraies victimes.

Seulement croître le tourment des innocents et la laideur des temps.


Partager cet article

Repost 0
Published by GOLDNADEL Gilles William
commenter cet article

commentaires

Daniel 02/07/2011 09:36



A l'heure ou un "mensonge" de la femme de chambre vient mettre à bas sa crédibilité et peut-être la faire taire définitivement, je vous transmets un lien sur un article de Yvette Roudy paru
aujourd'hui, qui exprime bien mon sentiment sur cette histoire.


http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/06/28/le-scandale-dsk-est-une-affaire-politique_1542009_3232.html


 



palmoni 01/06/2011 19:54



BLASPHEME:


http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2011/06/01/asia-bibi-chretienne-du-pakistan-condamnee-a-mort-pour-blaspheme_1530190_3216.html



palmoni 30/05/2011 20:39



Et si l'occident était atteint de folie suicidaire du genre que nous connaissons aux baleines?


Et si le politiquement correcte d'aujourd'hui allait à l'encontre des reflexes de survie d'antan?



PhilipPe GALTEAU 30/05/2011 15:51



Ceci ne concerne pas DSK, mais votre excellent livre sur la "question blanche", si lucide et courageux, soyez en remercié et félicité. Catholique, philosémite et certainement pas politiquement
correct, vous savez mieux que moi que mon avis ne pésera rien.


Oui, au delà de tous nos renoncements, lâchetés, négligences, je veux néanamoins dire la lourde responsabilité de l'Education Nationale, totalement polluée et par le pédagogisme de Ph. Mérieu
entre autres et par la "culpabilité" post coloniale. Rares sont les enseignants qui osent parler des fondements de notre culture et encore plus rares ceux qui osent faire leur métier,ce qui
comporte aussi l'enseignement du respect de l'autre, d'eux mêmes pour commencer, ainsi que l'imposition d'un minimum de discipline. Il est vrai que trop nombreux sont les parents, y compris un
gendarme, oui, un gendarme, toujours prêts à venir prendre la défense, par l'agression, violente au besoin, des inadmissibles comportements de leurs progéniture.


Dialogue entendu dans un super marché entre deux femmes:


- et ton fils? Y travaille bien?


- je vais pas l'emmerder avec ça, pour finir chômeur....


Que dire après cela?



Philippe GALTEAU 29/05/2011 22:37



Je  suis certainement d'accord avec vous sur l'excessive judiciarisation du moindre incident (je parle bien d'incident), mais j'aimerais que les juges sanctionnent réellement les fautes quand elles sont avérées.


Ceci dit, au delà de la gêne qu'éprouvent certainement les critiques habituels de la "justice de classe", DSK ne peut être condamné a priori, son innocence peut encore être prouvée.



Articles

Catégories