Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2008 1 04 /02 /février /2008 21:50

QUAI DES BRUMES ET DES LUEURS

 

 

Sans vouloir crier haro sur l'excellent homme qui occupe désormais le fauteuil de Gabriel Hanotaux et d’ Aristide Briand, je lis, sous sa plume, dans la dernière livraison du « Point » :

« Dans quelques semaines, les 400 000 déplacés du Tchad n'auront plus à redouter les incursions, les meurtres et les viols des Janjawids traversant la frontière ».

N'est-ce pas s'être beaucoup, beaucoup, avancé, quand on voit la déconfiture d'un régime tchadien qui avait au moins la vertu de résister aux voisins islamistes ?

Le minimum syndical, en matière de solidarité affichée avec ce régime comme en matière de crédibilité internationale ne semble guère avoir été effectué.

Toujours sous la plume de Bernard Kouchner : « Reste bien sûr à trouver une solution politique durable à ce conflit (du Darfour). Celle-ci ne sera possible que si nous parvenons à convaincre le principal chef rebelle, Abdel Wahid Al Nour, de négocier avec le régime de Khartoum. Bien que réfugié en France, il est jusqu'ici resté sourd à nos demandes, aux pressions de ses alliés les plus proches ».

En matière de pressions, je ne suis pas le plus mal placé, avec Avocats Sans Frontières qui le soutient, pour vous dire que la France menace discrètement ce héros authentique de ne pas renouveler sa carte de séjour au cas ou celui-ci ne se ferait pas plus docile.

Quand on connaît le caractère de l'homme, quand on sait d'autre part qui la France abrite avec davantage d'hospitalité, cela ne paraît ni très malin, ni très digne.

 

 

 

 

Lu « Un Siècle De Trahison » du grand historien anglais David Pryce-Jones que vient de publier Denoël. L'ouvrage, magistral, est consacré aux relations entre la diplomatie française et les Juifs de 1894 à 2007.

Bien entendu, c'est passionnant.

Ainsi, quand on lit que le 6 décembre 1938, le ministre français des affaires étrangères, Georges Bonnet, reçoit au Quai d'Orsay son homologue nazi, Joachim von Ribbentrop.

Un grand dîner est donc organisé chez Georges Bonnet en liaison avec l'ambassade d'Allemagne qui demande à ce que les noms des ministres français d'ascendance juive, en l'occurence Georges Mandel et Jean Zay, soient rayés de la liste des invités.

Le seul ministre qui refusera de se rendre à ce dîner, sauvant l'honneur du gouvernement devant l'avilissement diplomatique, sera le Ministre de la Marine, et ténor du barreau, César Campinchi.

J'écris cela, en pensant à mon cher vieux Versini-Campinchi, son digne petit-neveu, comme lui, intransigeant à la Barre et sous la robe.

Je pense aussi à cette récente petite lâcheté qui a fait que lors du dernier voyage présidentiel en Arabie Saoudite, un journaliste juif soit demeuré, sans bruit, sur le tarmac.

Parmi les innombrables portraits, témoins d'une époque, celle de Gaston Bernard, consul de France en Italie à la fin des années 30. Avec une ironie distinguée il décrit à sa hiérarchie les réfugiés juifs fuyants l'Allemagne nazie : « La sollicitude a été poussée jusqu'à assurer aux émigrants les services du culte talmudique et l'emploi exclusif de la cuisine kasher : il convient d'ajouter que celle-ci communique à ses navires une odeur sui generis qu'apprécierait, sans doute à un degré mineur, une clientèle de composition normale ».

Je recommanderais donc à tous cette édifiante lecture.

Est-il cependant naïf de penser que ce livre n'a plus que des vertus d'édification historique ?

Quand, comme moi, on fréquente, de temps à autre, le Quai d'aujourd'hui, ou l'ambassade de France à Tel-Aviv, on serait tenté de l'espérer.

Bien entendu, Orsay n'épouse pas les thèses de Jérusalem, et nul au demeurant ne le lui demande. Il n'empêche que c'est à Paris, aujourd'hui, et nulle part ailleurs en Europe que l'on tient le mieux tête au régime nazislamiste de Téhéran. Ce n'est évidemment pas assez, mais c'est mieux qu'à Rome, à Berlin et, d'évidence, qu'à Moscou.

Bref, les temps changent. Le cynisme méchant et maniéré des Roger Peyrefitte n'a plus autant cours.

Jusqu’à  Denoël, hier antisémite et aujourd'hui excellente maison...

Partager cet article

Repost 0
Published by GOLDNADEL Gilles William - dans BLOG-NOTE
commenter cet article

commentaires

Cétallah Maud 08/02/2008 17:05

Par Ori Lewis Reuters - Vendredi 8 février, 08h10
JERUSALEM (Reuters) - Israël a fait savoir qu'il avait commencé à réduire l'approvisionnement en électricité de la bande de Gaza, vendredi, dans le cadre d'un plan consistant à couper ses liens économiques avec le territoire côtier, dirigé par le Hamas.
L'Etat juif ne cesse d'accroître sa pression sur la bande de Gaza, d'où sonttirées des roquettes qui le visent. Certains reprochent à Israël d'infliger une "punition collective" à la population de Gaza en renforçant son blocus.
Le mois dernier, l'Etat juif avait suspendu l'approvisionnement en carburant de la principale centrale électrique de Gaza, entraînant des coupures de courant.
"Nous tentons de réduire la dépendance vis-à-vis d'Israël de la bande de Gaza, dans de nombreux domaines (...), la Haute cour a jugé que nous agissions de manière correcte et appropriée", a déclaré le vice-ministre de la Défense Matan Vilnai.
Un porte-parole de Vilnai a dit qu'Israël réduirait de moins d'un mégawatt l'approvisionnement en électricité de l'une des dix lignes haute tension avant la fin de la journée de vendredi. Il compte réduire en tout le courant de cinq pour cent, sur 124 mégawatts qu'il fournit à Gaza.
"CE N'EST PAS UNE PUNITION"
"Ce n'est pas une punition (...), nous nous sommes séparés d'eux en retirant nos forces et nos colons et maintenant nous voulons qu'ils commencent à se débrouiller tout seuls, ils ont leur propre centrale électrique, ils reçoivent de l'électricité de l'Egypte, nous voulons qu'ils cessent (...) de dépendre d'Israël", a expliqué un porte-parole, Eitan Ginsburg.
Radio Israël a rapporté jeudi soir que la réduction de l'approvisionnement en électricité avait déjà commencé.
Ginsburg a précisé qu'en plus des 124 mégawatts fournis par Israël, une centrale électrique à Gaza produisait 64 mégawatts et que l'Egypte fournissait 17 mégawatts.
Prié de commenter l'information, un porte-parole du département d'Etat américain, Tom Casey, a dit ne pas être au courant de la décision israélienne. "Nous comprenons le droit d'Israël à se défendre, mais nous ne pensons pas qu'il faille prendre des mesures qui puissent aggraver la situation humanitaire de la population civile à Gaza", a-t-il ajouté.
Le Conseil des droits de l'homme de l'Onu a déploré le mois dernier les "graves violations" commises selon lui par Israël à Gaza et exigé la levée du blocus israélien. L'union europeene a comparé ce blocus à une "punition collective" contre les Gazaouis.
Version française Natacha Crnjanski
Encore une jolie expression a la mode. Faut faire le tri, faut faire de la discrimination positive et priver d'électricité que les palestiniens qui ont une carte d'adhesion au hamas à jour de cotisation.

Maud HERAIS 08/02/2008 08:36

"Trois policiers suspendus pour comportement antisémite
PARIS (Reuters) - Trois policiers ont été suspendus après s'être rendus coupables à Amiens, début février, de gestes et propos à caractère antisémite que Michèle Alliot-Marie condamne "avec la plus grande fermeté", a indiqué jeudi soir le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.
"Le comportement de ces fonctionnaires est en contradiction totale avec la déontologie de la Police nationale et son action quotidienne contre toutes les formes de discriminations", précise le ministère dans un communiqué.
Il ajoute qu'"à la demande du ministre" les trois policiers incriminés ont fait l'objet d'une suspension immédiate.
Une enquête disciplinaire a en outre, poursuit-il, été ouverte par l'Inspection générale de la police nationale "parallèlement à celle établie dans un cadre judiciaire pour provocation à la haine raciale et apologie de crimes contre l'humanité".
Natacha Crnjanski"
                        -:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:
MICHELE ALLIOT-MARIE RECONNAITRA QUE GRACE AUX EFFORTS FAITS PAR ISRAEL POUR LUTTER CONTRE LE TERRORISME ANTIJUIF DU HAMAS NOTAMMENT, LES CHOSES ONT CHANGEES.
MAIS MICHELE ALLIOT-MARIE DOIT ETRE CONSCIENTE QUE DES ACTES ANTIJUIFS SONT COMMIS EGALEMENT PAR DES MEMBRES DE SON PERSONNEL SE RECLAMANT DE LA POLICE.
DANS UN CAS COMME DANS L AUTRE, C 'EST INTOLERABLE.

Marcoroz 05/02/2008 20:09


Monsieur ????,
Ce que vous écrivez dans la rubrique pseudo s'adresse à ceux qui connaissent parfaitement votre identité. Pour les autres, c'est incompréhensible.
Je sais, certains ici vont ramener leur bonne conscience toute fraiche pour venir m'expliquer de quoi il s'agit. Ce n'est pas d'eux que j'attends des éclaircissements mais de vous, car il s'agit bien de votre signature.
Alors faites un effort lorsque vous écrivez svp, en pensant que vous le faites à l'attention de lecteurs qui ne connaissent pas forcément votre identité.
Merci

Maud Desray 05/02/2008 17:37

LA MORT FILMEE D'UN PALESTINIEN MODERE MEMBRE DU PARTI MODERE DU PRESIDENT MODERE DE L AUTORITE PALESTINIENNE MODEREE.
 
Un document rare : un policier filmé alors qu'il risque sa vie pour abattre un terroriste à Dimona
Je sais gré à Pierre Lurçat, de Jérusalem, de m'avoir indiqué le lien au site israélien qui héberge cette vidéo saisissante. Même sans comprendre les sous-titres en hébreu, on réalise ce qui se passe, et l'on mesure que la vie de nombreuses personnes tient à un fil. En l'occurrence, malgré les apparences, ce policier qui a mis un genou au sol pour achever le terroriste, a pris un risque énorme. Si les efforts désespérés du blessé, pour actionner, de sa main gauche, la tirette du détonateur de la ceinture explosive, avaient abouti avant qu'il soit abattu, le policier aurait été déchiqueté par l'explosion. (Menahem Macina).

Imprimer    Envoyer à un ami 

04/02/08
Sur le site de la chaîne de télévision Keshet.
La vidéo n'est consultable que sur le site de Keshet-TV 



 
* Avertissement, sur le site (entièrement en hébreu de Keshet), il vous faudra cliquer sur le signe play de la vidéo. Ne soyez pas surpris de voir apparaître des images de publicité (assez olé, olé), c'est la dure loi de la publicité. Toute vidéo est précédée de ces publicités auxquelles il est impossible d'échapper.




 


Traduction française de l’hébreu : Menahem Macina
 


 


 

Une attaque terroriste sous l’œil de la caméra : c’est ce qui s’est produit, ce matin, au Centre commercial de Dimona. Un premier terroriste s’était déjà fait exploser, le second allait en faire autant mais a été blessé par l’explosion précédente. Quelques secondes avant qu’il ait eu le temps d’actionner sa ceinture d’explosifs, l’inspecteur Kobi Mor officier de police de la région du Néguev a réussi à dégainer son arme personnelle et à tirer quatre balles sur le terroriste à faible distance.
 





« Dès que je suis arrivé sur place, l’un des hommes m’a dit qu’un des terroristes était encore en vie », raconte Mor.
 

 
« J’ai armé mon révolver et j’ai vu que le terroriste dirigeait sa main en direction de la charge qu’il portait. J’ai tiré sur lui en même temps qu’un autre démineur. La main du terroriste est retombée et s’est mise à tressauter. Je me suis dit que c’était un geste causé par un spasme d’agonie, mais après environ deux minutes, il a à nouveau levé la main. Je me suis mis en position de tir agenouillé et j’ai tiré quatre autres balles en direction de sa tête. »
 



 

Mor et ses policiers ont reçu des félicitations pour leurs actions des haut gradés de la police, dont le chef, le colonel Doudi Cohen, a déclaré :

« Il a accompli son action et évité ainsi des victimes supplémentaires. Mor s’est aperçu que le terroriste était blessé mais que son corps bougeait, il a fait ce qu’il devait faire et a reçu une décoration et une promotion au grade supérieur, sur-le-champ. »
 



 

L’attentat a eu lieu ce matin vers 10h30 dans le Centre commercial, au cœur de Dimona. Les deux terroristes sont arrivés sur les lieux, qui se trouvent dans la zone des restaurants de la ville, en face du bâtiment de la mairie. Un des terroristes a réussi à se faire exploser, entraînant dans la mort une femme et blessant 38 personnes, dont l’une est dans un état désespéré.
 

 
 
© Keshet-TV
 

 
 

 
Mis en ligne le 4 février 2008, par M.
Macina
, sur le site upjf.org

tariq ramadan 05/02/2008 16:57

COMMUNIQUÉ DE PRESSEIsraël invité d’honneur de la Foire du Livre de Turin (8 au 12 mai 2008) et du Salon du Livre de Paris (14 au 18 mars)
5 février 2008
par Tariq Ramadan
 





A propos
de l’appel au Boycott


 
Il est toujours difficile de développer une position critique sur une question relative à Israël sans voir son propos mal interprété, déformé et souvent trahi. La polémique fait rage aujourd’hui en Italie autour de la Foire du Livre de Turin (on entend tout et n’importe quoi) et voilà que Pierre Assouline rend compte des faits sur son blog (monde.fr) de façon tendancieuse en déformant sciemment, purement et simplement les termes du débat.

 

 
 
Rappelons les faits. La Foire du livre de Turin avait d’abord désigné l’Egypte comme invité d’honneur puis a changé d’opinion et a choisi de célébrer Israël puisque cela correspondait aux soixante ans de la création de cet Etat. Un mouvement s’est mis en place, lancé par des partis politiques, des personnalités et des associations qui militent pour les droits des Palestiniens demandant à ce que l’on changeât d’invité d’honneur car il était à leurs yeux indécent de célébrer un Etat – en en faisant un « invité d’honneur » - alors que son gouvernement ne respecte pas le minimum des droits humains et humilie quotidiennement le peuple palestinien. Devant le refus des responsables de la Foire du Livre de Turin, le mouvement a appelé les écrivains et le public à le boycotter. Questionné par l’agence de presse italienne ANSA sur cet « appel au boycott », j’ai clairement soutenu qu’il n’était pas normal, ni humainement décent, de célébrer Israël au moment où l’on sait la politique que mène cet Etat et son gouvernement dans les territoires occupés et dévastés.

 

 
 
Il est donc clairement question de critiquer le choix de cet « Invité d’honneur » et non d’empêcher les auteurs israéliens de s’exprimer ni même de débattre avec eux ! La propagande mensongère s’est alors mise en marche :  il s’agirait d’une démarche antisémite ! Un refus de la liberté d’expression ! Ou encore, comme l’écrit Pierre Assouline, « un boycottage des écrivains israéliens » avec, en sus, une citation de moi totalement inventée. J’aurais « répondu à La Repubblica :”Il est clair qu’on ne peut rien approuver de ce qui vient d’Israël” » D’abord, je n’ai jamais parlé à quiconque de La Repubblica et je n’ai jamais tenu de tels propos !!! J’ai dit et répété que toutes les femmes et tous les hommes de conscience – et cela ne concerne pas seulement les Palestiniens ou les Arabes - devaient, à mon sens, boycotter la Foire (comme le Salon
de Paris d’ailleurs) dont l’invité d’honneur était un pays qui ne respectait pas le droit et la dignité des peuples. J’ai précisé que notre refus du silence complice sur la scène internationale était le seul vrai moyen de faire cesser la violence au Moyen-Orient !

 

 
 
N’est-il pas curieux de voir les défenseurs aveugles de la politique israélienne déformer les propos, mentir et affirmer qu’une telle position est similaire à
de l’antisémitisme ou au déni du droit de parole des auteurs israéliens !? Qui donc a parlé de cela !? Refuser de « célébrer » Israël et sa politique d’oppression n’a rien à voir avec l’antisémitisme ou le déni de la liberté d’expression. Ne devrait-on pas entendre la voix du poète israélien Aaron Shabtaï affirmant qu’il boycotterait à titre personnel « tant la Foire du livre de Turin que le Salon du livre
de Paris en ne se joignant pas à la délégation de son pays ». Il précise : ”Je ne pense pas qu’un État qui maintient une occupation, en commettant quotidiennement des crimes contre des civils, mérite d’être invité à quelque semaine culturelle que ce soit. Ceci est anti-culturel ; c’est un acte barbare cyniquement camouflé en culture. Cela manifeste un soutien à Israël, et peut-être aussi à la France, qui appuie l’occupation. Et je ne veux pas, moi, y participer.”

 

 
 
On dira bien sûr que Aaron Shabtaï est colonisé par la haine de soi et que cela lui fait prendre le parti des « antisémites » de la terre… On connaît ce refrain. Ou alors, s’agit-il là du simple bon sens…le silence de la communauté internationale vis-à-vis du traitement des Palestiniens est déjà suffisamment honteux pour que l’on n’ajoute pas l’offense à l’indigne. Une conscience humaine avec un minimum de valeurs, de principes et de dignité ne peut s’associer à cette mise à l’honneur d’un Etat dont les pratiques politiques et militaires sont une insulte à nos consciences et à notre honneur.

 

 






























Articles

Catégories