Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juillet 2007 3 18 /07 /juillet /2007 11:11

COMPLEXITE AU DARFOUR, SIMPLISME  AU-DELÀ

Il existe actuellement une sorte de mode intellectuelle, très en vogue dans les O.N.G. bien à gauche, qui tient à proscrire tout « simplisme » dans la vision du drame que connaît le  Darfour. Pour ces organisations, l'explication par le racisme d'un génocide qui n'en serait pas vraiment un de populations africaines par les milices arabes du gouvernement islamiste de Khartoum serait sommaire et contre-productive.

Le public européen est au contraire invité à saisir la complexité d'une situation dans laquelle un conflit entre nomades et sédentaires serait une lecture autrement plus conforme.

La proposition de Bernard Kouchner d’imposer un corridor humanitaire pour venir en aide aux victimes serait également maladroite en ce qu'elle pourrait irriter dangereusement l'ombrageux gouvernement soudanais.

Curieusement, le responsable d'une de ces organisations, en l'espèce « Médecins du Monde »,

ne fait pas montre d'un tel sens de la complexité et de l'esprit de prudente responsabilité lorsqu'il s’essaie à intervenir sur le terrain palestinien (Le Figaro, 2 juillet, page Débats) pour Pierre Micheletti, le chaos qui règne à Gaza depuis la violente prise du pouvoir par le Hamas serait de la responsabilité de tous : Israël, États-Unis, Union Européenne ... à l'exclusion notable des palestiniens eux-mêmes. En suite de ce diagnostic assuré, le docteur ordonne comme remède souverain, la reprise immédiate des contacts avec le mouvement  islamiste.

Est-il permis de trouver l'analyse médicale un rien simpliste ?

Ne serait-il pas possible de traiter les Arabes de Palestine autrement que comme des mineurs irresponsables ?

Est-il interdit de rappeler que ce sont les électeurs majeurs de Palestine qui ont porté au pouvoir une organisation terroriste ?

Faut-il absolument oublier que celle-ci, toutes affaires cessantes, plutôt que de créer à Gaza évacué unilatéralement par Sharon un modèle de ce que pourrait être l'État de Palestine de demain s’est précipité sur ses lance-missiles pour tirer sur le territoire d'un voisin dont il a juré dans sa Chartre la destruction ?

Enfin, est-il incongru de suggérer que tout dialogue avec un  mouvement qui a toujours refusé d'amender précisément cet objectif final et qui n'a même pas respecté les accords passés avec ses frères rivaux, dont il a massacré sans pitié les membres, serait, dans les circonstances actuelles un encouragement à ce qu'il persévère dans l'abomination ?

 

 

À ce stade, l’explication de  cette singulière différence d'approche entre les deux conflits saute aux yeux : le responsable idéal, le fauteur de guerre parfait ne peut qu'être blanc et occidental. C'est la simplicité même.

Si par malheur, les évidences trompeuses, forcément trompeuses, montrent qu'il appartient au camp des victimes par essence, alors que vive la docte complexité !

 

 

 

 

Gilles-William Goldnadel.

D’après mon article paru dans

Le Figaro du 14-15/07/07

 

Partager cet article

Repost 0
Published by GOLDNADEL Gilles William - dans BLOG-NOTE
commenter cet article

commentaires

Quidam Lepion 02/08/2007 00:17

Tu t'en es déjà expliqué plusieurs fois.
Et déclaré de partir autant de fois.
Que fais tu encore là? C'est pas moi qui te retiens.
Et le 'Boggy' qui intervient fort opportunément...

Marcoroz 01/08/2007 18:51

Si seulement il n'y avait pas le Quidam... en ce qui me concerne, je considère ne pas pouvoir participer à des débats tant que ce monsieur est là - mais je m'en suis déjà expliqué il y a quelque temps.

Boggy 01/08/2007 18:08

Si seulement quoi !?! ....

Marcoroz 01/08/2007 17:45

Non, ce qui compte, ce ne sont pas les opinions. Ce qui compte, c'est la qualité de l'argumentation de la personne. Ce qu'elle pense vraiment est secondaire.
Qu'est-ce que ça peut te faire, qu'un certain X qui se présente sous le pseudo Y ait telle ou telle position?
Moi j'aime débattre avec les gens qui sont capables de réfléchir, de s'exprimer et d'émettre des idées intéressantes.
Et c'est vrai que "Vladimir" est subtil et que je discuterais bien volontiers avec lui... si seulement...

Quidam Lepion 01/08/2007 17:00

Comme d'hab hors sujet.
L'unique question: faut-il débattre avec un Vladimir qui cache ses positions sous un discours décousu, tantot en 1er dégré, tantot en dernier ? Donc discuter avec une ombre? Si tant est qu'on puisse parler de position...
On se fout des identités; de toutes manières la personne ne s'appelle ni Clovis ni Vladimir. Y'a que les opinions qui comptent.

Articles

Catégories