Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2007 1 26 /03 /mars /2007 15:52

Amour, tendreté et pervertissement

 

 Je fais partie de ces gens, timides ou orgueilleux, allez savoir, qui craignent d'aller manger de la viande rouge chez les cuistres.

Imaginez un peu que la côte de bœuf servie soit délicieuse. Imaginez que je me sente dans l'obligation d'en complimenter mes hôtes pour sa tendreté.Imaginez encore que le plus sot des convives, pour faire rire les dames, me fasse remarquer ma prétendue bourde.

Me voilà placé dans la piteuse alternative de ronger mon os ou de me lancer dans une pédante leçon de langue.

C'est un peu ce qui est arrivé jeudi dernier au malheureux maire d'Auxerre.

Ce gentil socialiste était l'invité matinal de France Inter dont la rédaction voyait dans la ville dont il est l'élu, la commune représentative du corps électoral national.

Et voilà notre brave édile qui se lance dans une imprécation au cours de laquelle, avec une folle témérité, il croit devoir utiliser le mot rare de pervertissement.

Moi, dans ma baignoire, je prévoyais déjà le pire.

J'avais raison. À peine, le bon maire avait-il lâché le micro, que  Guy Carlier se lançait dans une tirade aussi impitoyable que linguistiquement mal fondée au cours de laquelle le chroniqueur ignorant faisait rire la galerie journalistique en moquant la bravitude de langage du magistrat bourguignon.

À mon sens, il faut déjà beaucoup de méchanceté pour reprendre publiquement, même à bon escient, la faute d'un invité.

Comme quoi, quand on manque de lettres, mieux vaut être gentil.

Mais il  arrive parfois que la viande manque de tendresse.

Toujours sur notre radio de service public. L'irremplaçable Daniel Mermet. Je ne reviendrais pas ici sur les dérapages multiples de notre cathodique militant.

Je rappelle simplement que cet ami de Ramadan sélectionne soigneusement les messages reçus sur sa boîte vocale en choisissant généralement les propos auxquels il adhère.

Notre homme va tellement loin que, récemment, son employeur pourtant bienveillant a dû le rappeler à l'ordre pour avoir permis à Daniel Ben Said de la Ligue Communiste Révolutionnaire de se lancer dans un discours antisioniste radical fanatique. C'est tout dire.

À présent je vais vous citer in extenso la nécrologie imaginaire de Nicolas Sarkozy qu'un auditeur choisi a laissé sur la boîte vocale de "La-bas si j'y suis" (la fin est soulignée par moi ) : « Nicolas Sarkozy, homme politique français. Nicolas Sarkozy est un homme de petite taille qui fut élu président de la République Française au début du XXIe siècle avec 82 % des suffrages. Nicolas Sarkozy s'était octroyé les votes des Français en s'adressant à eux dans les termes les plus stupides et les plus crus. Le règne de Sarkozy fut marqué par de graves crises sociales, une répression féroce des masses populaires et une corruption effrénée.

Dépassant largement les ambitions de Margaret Thatcher en Angleterre dans les années 80, la politique libérale de Sarkozy restera comme une période noire de l'histoire de France.

Atteint d'une psychose caractérisée par la succession à intervalles réguliers d'accès de manie ou de mélancolie, la croisade militaire que Sarkozy mena au Proche-Orient et qui avait pour objectif de reconstruire le temple de David à Jérusalem déboucha sur la plus dévastatrice des guerres de religion.

La mort de Sarkozy reste un mystère. Officiellement suicidé dans son bunker, son corps n'a cependant jamais été retrouvé ».

 

Autrement dit : Juifs = Sarkozy = Hitler.

 

Dès lors deux questions :

 

- Est-il normal de confier deux heures quotidiennes sur la radio nationale de service public à un militant extrémiste engagé ?

 

- À quoi sert le C.S.A.?  

 

Enfin, lue sous la plume légère de Catherine Bedarida dans Le Monde T.V. de cette semaine, cette fine remarque destinée à, littéralement, édulcorer le conflit du Darfour : « Il ne s’agit pas d’un conflit religieux ou ethnique ni d’une opposition entre « Arabes » et « Africains », puisque toute la population soudanaise est noire et, en grande majorité, musulmane ».

 

Bref, sans doute un simple conflit de voisinage….

 

Malheureusement, certains se considèrent comme moins noirs que les autres et c’est un régime islamiste, faut-il le rappeler à Mme Bedarida, qui règne à Khartoum et applique la Charia.

Sans parler – car personne n’en parle jamais – des deux millions de Chrétiens massacrés au Sud Soudan pendant la dernière décennie.

 

Sans doute des problèmes de pâturage.

 

 GWG

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by GOLDNADEL Gilles William - dans BLOG-NOTE
commenter cet article

commentaires

Marcoroz 11/04/2007 14:50

La raison... je me trompe peut-être, mais c'est une idée à discuter:
La jalousie, surtout: ils sont jaloux de nous - de tout ce que nous sommes capables de faire pendant qu'ils se saoûlent dans leurs bistrots. Mais il y a une autre forme de jalousie:
Un certain nombre de Juifs éloignés de leur religion ne croient pas que les Juifs soient le peuple auquel D. a parlé, le "peuple élu". Ils rejettent cette notion avec horreur, sans même comprendre ce qu'elle recouvre. Mais le reste du monde (la moitié occidentale du monde) y croit: les chrétiens et les musulmans, surtout, y croient dur comme fer, même s'ils ne l'avouent pas et même si cette conviction est inconsciente! Et c'est ce qu'ils ne supportent pas. Le monde est jaloux de nous. Tous les peuples qui ont vécu à notre contact n'ont jamais été capables d'avoir leur propre religion sans copier sur la nôtre, et pire, sans prétendre prendre notre place. L'Eglise, c'était le "nouvel Israël" (l'Israël "ancien" étant dès lors censé disparaître - et plus tard, survivre uniquement comme témoin de la déchéance de ceux qui n'acceptent pas le message d'amour universel). Avec l'islam, ça a été pareil (cf. comment le chamelier pédophile a réagi quand les Juifs ont refusé de le suivre). Comment comprendre autrement cette peur des arabo-musulmans de nous voir reconstruire le Temple? Et comment comprendre ce qu'a été le nazisme, si l'on ignore que c'était, là  encore, une tentative de prendre notre place? ("Il ne saurait y avoir 2 peuples élus"- dixit Goering le jour même de la conférence de Wansee!)

quidam 11/04/2007 14:49

On déménage le tout au texte que GWG vient de pondre aujourd'hui.
C'est pas mal.
J'y ai déjà collé un rappel de mon poste précédent.

Clovis 11/04/2007 14:02

Depuis Pharaon, nous nous obstinons a analyser les traits du masque que revet l'antisémitisme et nous nous efforçons de croire au personnage qu'il nous présente. Il est vrai qu'il a revetu des masques divers selon les époques et qu'il a drainé ce mal aise propre a chacune d'elle, ce qui permettait de noyer le poisson. C'est probablement en raison de cette diversité que nous imaginons, cette fois encore, que les racines profondes du mal ne sont pas celles qui se sont finalement revélées tout au long de notre histoire, mais le mal aise d'aujourd'hui : l'anticolonialisme.  Ainsi, la condamnation du sionisme serait tout a fait acceptable si on voulait bien l'examiner du point de vue de la gauche anticoloniale. Le masque est la et nous sommes priés d'y croire. Nous oublions juste que l'antisémitisme a une histoire et, si nous n'avons pas le monopole de la persécution, il a des particularités que tous les autres racismes n'ont pas : il est permanent et il est poussé au paroxysme.
Il y a quelques semaines, je visionnais sur internet une vidéo de Soral. Il y disait entre autre :
'Si les juifs sont virés de tous les pays ou ils habitent tous les 50 ans, il doit bien y avoir une raison tout de meme !'
Oui, il doit bien avoir une raison pour que 'tout le monde ne nous aime pas'. Ne trouvant rien a répondre a cela, est-ce que je dois en conclure qu'il ne s'agit pas d'antisémitisme ?
 

Greg 11/04/2007 13:02

Brillante démonstration de Clovis [post n°247], et superbe analyse de Quidam [post n°252]. L'analyse de Quidam est la seule qui puisse permettre de "commencer" à comprendre l'irrationnel lié à l'antisémitisme, comme par exemple pourquoi il se vend CINQ FOIS PLUS de "Mein Kampf" au Japon que dans le reste du monde, alors qu'il n'y a aucun juif là-bas…
Au fait, Thierry Chmonfiss, c'est pas beau du tout d'essayer de soigner ses hémorroïdes avec du papier de verre et en public (post 230). C'est tout ce qu'on t'a appris dans les Jeunesses SkinHead ??? Si t'as pas supporté la violence de ton sevrage des Télétubbies, cours chez ton pharmacien. Il doit bien avoir des patchs anti-cons.

quidam 11/04/2007 12:21

Effectivement l'histoire talmudique est classique mais je la préfère en version moins 'judéo-centrique'; la dernière partie est un rajout superflu voir nuisible; le talmud est pour tous, n'en déplaise à Clovis.
Je craignais, lisant Clovis, que mon français soit incompréhensible; mais je constate que Marco, lui, me comprend sans problèmes...pour la non-compréhension de Clovis, dirions nous que personne n'est aussi sourd que celui qui ne veut pas entendre?
Effectivement, je n'ai rien inventé; lire Bruckner est intéressant; GWG n'est pas de reste non plus avec les 'martyrocrates'.
Pour enfoncer le clou je dirais: and the winner is...La Shoah.
Pierre angulaire de la culpabilisation de l'occident, elle permet un retour de bàaton genre: 'mais de quoi se plaignent les juifs victimes, puisqu'il est démontré qu'à la première occasion il se comportent comme des bourreaux?'.
La comparaison ne résiste pas à l'analyse un seul instant, mais elle est tellement confortable pour se faire dédouaner...

Articles

Catégories