Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 septembre 2006 1 11 /09 /septembre /2006 11:02

LES  DEUX  ISRAËL

 Je ne reviendrai pas sur l'analyse d'un conflit calamiteux à bien des égards. Ceux qui souhaiteraient savoir ce que j'en pense peuvent toujours consulter le blog-nadel.

Non, aujourd'hui, je voudrais citer un autre que moi.

 

La presse hexagonale se fait, on le sait, habituellement un devoir d'accorder une attention toute particulière aux Juifs en général, aux Israéliens en particulier, pourvu qu'ils soient critiques envers Israël.

 

 

C'est ainsi que Le Monde du 6 septembre s'est fait un devoir, par la plume d'un Sylvain Cypel extatique, de glorifier un certain Gédéon Levy, journaliste au journal de gauche Haaretz, et chroniqueur inlassable de la souffrance palestinienne.

 

 

J'attends toujours aussi inlassablement pouvoir célébrer la naissance -et la survie- d'un chroniqueur palestinien de la souffrance israélienne.

 

 

Curieusement, M. Cypel et ses confrères n'ont pas réservé le même accueil à Ari Shavit, pourtant lui aussi chroniqueur progressiste dans le même journal israélien de référence obligatoire.

 

 

C'est que la réflexion claque comme un soufflet sur la face de ses censeurs bien-pensants.

 

 

En conséquence, je le citerai longuement :

 

 

«Il s'est produit quelque chose de simple : nous avons été drogués par le politiquement correct.

 

Le poison du politiquement correct a investi le discours israélien, et dans la génération précédente, la conscience des israéliens a totalement divorcé de la réalité israélienne. Elle n'a pas disposé des outils nécessaires pour affronter la réalité d'un conflit existentiel. C’est pourquoi elle s’est entièrement centrée sur la question palestinienne. Elle a fait l’hypothèse sans fondement que l’occupation est la source de mal. Elle a supposé que c’est l’occupation qui a empêché la paix, causé les troubles et perpétué l’instabilité…

 

Toute idée de nation a été rejetée en raison de l’inviolabilité de la sphère privée. Tout comportement coopératif à été banni au profit de l’individualisme. La puissance a été identifiée au fascisme. La virilité  a été publiquement condamnée. La poursuite de la justice absolue a été mélangée à la poursuite du plaisir absolu et le discours.

 

… l’illusion s’est répandue que nous avions surmonté nos problèmes, que nous étions parvenus à un état de tranquillité, et que nous pouvions vivres là où nous sommes, comme n’importe quelle autre nation…La faiblesse a prédominé. Notre volonté s’est affaiblie. Le mirage a tellement enivré les israéliens qu’ils n’ont pas pris la peine de le consolider avec des fortifications.

 

…Les élites israéliennes des 20 dernières années se sont totalement affranchies de la réalité. Le capitalisme, les médias et le monde universitaire des années 90 et de la première décennie du 21ème siècle, ont aveuglé Israël et l’ont privé de son caractère. Leurs erreurs répétées sur la réalité historique dans laquelle l’Etat juif se trouve, ont conduit Israël à faire des erreurs de navigation et à s’égarer. Leurs attaques ininterrompues, directes et indirectes, contre le nationalisme, le militarisme et l’histoire du sionisme ont érodé de l’intérieur la colonne vertébrale de l’existence israélienne, et épuisé son énergie vitale. Alors que la masse des citoyens faisait preuve de sérieux, de détermination et d’énergie, les élites se révélaient décevantes.

 

Le capitalisme a cultivé une illusion de normalité ad absurdum… Le monde universitaire a entretenu le politiquement correct ad absurdum… Et les médias ont associé les deux et créé une psychologie collective hallucinatoire, qui combine une société de consommation déchaînée et une fausse éthique. »

 

Je souscris à chaque ligne écrite par Shavit, le progressiste.

 

Oui, il existe deux Israël :

 

 

-         Un Israël corrompu, politiquement, financièrement, intellectuellement.

-         Un Israël, fantastique, que j'ai vu ce mois d'août, avec des jeunes soldats totalement déterminés, et un arrière front aussi abandonné que décidé à tenir bon.

 

 

C'est le premier Israël qui a perdu la bataille et qui doit définitivement perdre la guerre.

 

 

Quant au second Israël, nonobstant les sirènes défaitistes, il vaincra.

   

 

GWG

d'après ma chronique sur Radio J du 8/09/06

Partager cet article

Repost 0
Published by GOLDNADEL Gilles William - dans BLOG-NOTE
commenter cet article

commentaires

mikeT 06/03/2010 20:40


this is going to be three years old soon..
The time has come to remove it.... !!!


Dominique 30/04/2007 14:35

Un miroire ??? Avec un "e"? De la part de quelqu'un assez lâche et assez peu soucieux de sa propre image pour signer "peu importe"...

peu importe 12/09/2006 20:55

il existe un troisiéme israel.....
colonialiste, assassin, raciste j'en passe et des meilleurs, mais comme vous devez peut etre l'etre aussi, vous ne le voyez pas...
regardez vous donc un miroire....

Articles

Catégories