Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 décembre 2015 2 29 /12 /décembre /2015 10:40

Paru dans FIGAROVOX - lefigaro.fr http://www.lefigaro.fr/vox/

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2015/12/28/31001-20151228ARTFIG00144-decheance-de-la-nationalite-ou-decheance-ou-de-la-nation.php

Publié le 28/12/2015

Déchéance de la nationalité ou déchéance de la nation ?

FIGAROVOX/CHRONIQUE-Pour Gilles-William Goldnadel, le débat sur la déchéance de la nationalité est un puissant révélateur de la déshérence idéologique dans laquelle se trouve la gauche Française.

Gilles-William Goldnadel est avocat et écrivain. Toutes les semaines, il décrypte l'actualité pour FigaroVox.

Derrière le débat hautement symbolique sur la déchéance de la nationalité, ne se dissimule-t-il pas avant tout une déchéance de la nation ? La gauche, comme souvent, pratique la figure de l'esquive en objectant avec raison que la mesure controversée n'aura aucun effet sur le terrorisme.

Ordinairement pourtant, la gauche est friande de symboles. Elle les cultive avec passion. Ainsi, elle a tenu à proscrire le mot «race» du discours officiel, alors que biologistes et généticiens s'étripent encore sur la pertinence du concept et que l'éradication du vocable tabou n'éradiquera certainement pas le racisme.

Mais c'est qu'en réalité, la gauche xénophile pressent parfaitement ce que recouvre le débat très moderne sur la déchéance de la nationalité. Il dissimule, en creux, la déliquescence de la nation.

En deux décennies, à coups d'immigration incontrôlée, de naturalisation dénaturée, et d'éducation à la haine et au ressentiment du pays hôte et de ses habitants, la France, ouverte à tous les vents, est devenu une sorte de société anonyme hôtelière à irresponsabilité illimitée. Ses associés ne sont plus tenus à une quelconque obligation de solidarité. Certes, de tous temps, il a existé de mauvais Français et chacun avait le droit de se sentir indifférent au sentiment national. Le fait nouveau, directement issu de l'éducation à la détestation de la nation, est que certains de ses membres encartés revendiquent et manifestent à son endroit, y compris par le crime, une hostilité déclarée.

La déchéance de la nationalité pour ceux -là, c'est le droit reconnu aux Français de tenter d'arrêter le processus de déchéance nationale et de dire que des Merah, des Nemmouche ou des Coulibaly ne sont pas des compatriotes.

La gauche ne le comprend que trop bien. Il est des symboles vraiment trop symboliques.

Mais il est trop de déchéances qui s'ignorent. Ainsi de ces commentaires extatiques sur le fait qu'à Lens, des musulmans assureraient désormais la protection des églises de la ville…

Jamais peut-être qu'en la circonstance la notion de dhimmitude n'aura été aussi bien illustrée. Chacun sait ou devrait savoir que ce concept islamique de protection moyennant soumission a été appliqué aux minorités juives et chrétiennes vivant en terre d'Islam.

Il aura imprégné pendant des siècles leur culture et leur mentalité jusqu'à leur inspirer une manière de reconnaissance vassale et d'amnésie de leurs souffrances.

Mais qu'en terre de culture judéo-chrétienne, de nombreux journaux bien intentionnés - comme d'ailleurs les musulmans qui ont offert leur protection - en soient venus eux aussi à manifester leur gratitude en dit long et sur le sentiment d'insécurité des populations chrétiennes et sur l'imprégnation de la culture de soumission médiatique.

L'état de déchéance intellectuelle peut également être détecté quand, pour évoquer les célébrations de Noël à Bethléem, les journaux à l'unisson reprennent leur antienne sur l'hostilité entre Arabes de Palestine et Israéliens, sans un mot sur le sort de la communauté chrétienne de Palestine chaque année moins nombreuse en raison de la montée de l'intolérance islamiste.

Elle se retrouve encore lorsque l'ensemble de la presse hexagonale fait ses choux gras sur l'attitude d'une poignée d'Israéliens ultra extrémistes et crétins se réjouissant de la mort d'un bébé palestinien tout en ignorant délibérément le discours de la télévision officielle de l'Autorité Palestinienne «modérée» et majoritaire décrétant que les assassins au couteau de jeunes Israéliens avaient commis leur acte «au nom d'Allah».

Mais il est une autre déchéance, morale et politique celle-là, mais toute aussi coupable, et qui devait être relevée.

Elle concerne deux personnalités politiques connues du Parti Socialiste (Le Parisien du 23 décembre) qui ont agressé verbalement la merveilleuse Latifa Ibn Zlaten, mère du parachutiste Imad, assassiné le 8 mars 2012 par Mohamed Merah. Celle-ci a raconté qu'une fois sortie d'un colloque sur la laïcité tenu à l'Assemblée Nationale le 8 décembre, les deux socialistes l'ont suivie pour lui dire: «Vous n'êtes pas française Madame, vous dites que vous avez la nationalité française, mais vous ne pouvez pas parler de la laïcité alors que vous portez un foulard, vous faites honte à la France».

Latifa a répliqué: «Je suis française et je suis musulmane et je suis marocaine et je vis avec les trois et j'en suis fière, c'est vous qui avez un problème».

Ce lamentable incident impose à tous le devoir de réflexion sur la complexité du problème posé par l'islam. On peut et l'on doit reconnaître le problème. On peut et l'on doit dénoncer la montée de l'islam intolérant. On peut l'on doit reconnaître la dangerosité intrinsèque d'un Coran observé, comme sans doute encore se doit, littéralement. Mais pour autant, il existe au sein de la nation française de nombreux musulmans pieux, et de femmes portant le foulard, qui sont tolérants et qui aiment la France.

Les rejeter au nom du juste combat contre l'islam intolérant serait une faute morale et politique.

Le devoir de reconnaissance de la complexité des choses et des êtres n'empêche certainement pas la fermeté de la pensée et de l'action.

Sauf à déchoir.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by GOLDNADEL Gilles William
commenter cet article

commentaires

Nicolas 24/01/2016 00:33

"Ses associés ne sont plus tenus à une quelconque obligation de solidarité. "

Hum, dites cela au tiers (ceux qui réellement payent l'Impôt) et se font spolier..


Quant à la déchéance, elle sert de symbole à la vrai peine à légaliser : La Peine de Mort.
Mais bon, faudrait avoir une certaine virilité qu'on trouve rarement chez les dindons.

PJSC 01/01/2016 05:50

Maître !
Votre crête médiatique, c'est la solution, je n'en vois pas d'autres ; les français sont trop stupides et donc manipulables à souhaits et 2017 n'est pas loin.
Allez, au boulot !

PJSC 01/01/2016 05:00

Oui, je suis insomniaque.....
Le pire dans toute cette mascarade serait que celui à qui l'on retirerait la nationalité retourne dans son pays d'origine et soit porté en triomphe. La grosse farce ! Et la Justice dans tout cela ?
Si je peux me baser sur les sondages, ce qui me rend la plus triste dans cette affaire est de voir combien les français sont stupides; pour les médias, pas difficiles à manipuler. Hollande l'a belle !

PJSC 01/01/2016 00:34

Et puis Zut ! Il me faut le dire :

Ce qui me choque le plus dans cette histoire de déchéance de la nationalité est l'hypocrisie et l'ignominie de Hollande et de toute la clique...
Le plus terrible dans toute cette histoire est que l'on va vers une INJUSTICE éhontée !
Prenons deux terroristes, tous les deux musulmans. L'un a la double nationalité et l'autre ne l'a pas (qu'il soit né musulmam ou catholique devenu musulman).
Vous imaginez l'injustice ? Le premier est déchu de sa nationalité française et le deuxième reste français. INADMISSIBLE ! C'est pourquoi je dis et maintient que lorsque l'on a accordé la nationalité à une personne qu'elle soit, on doit l'assumer. C'est à la délivrance de la nationalité qu'il nous faut agir et d'urgence.
Voilà la raison pour laquelle je suis contre ce que fait ce malfaiteur de Hollande.

Robert Marchenoir 31/12/2015 15:36

Et maintenant, Le Figaro, journal "de droite", se fait le porte-parole des islamistes sans le moindre recul critique -- et reprend à son compte leur propagande anti-sémite :

http://tvmag.lefigaro.fr/le-scan-tele/polemiques/2015/12/30/28003-20151230ARTFIG00158-france-3-piegee-par-un-mysterieux-imam.php

L'imam christianophile de Corse, interviewé sur France 3, est un "imposteur"... puisqu'il y a UN type sur Twitter qui le dit, dont la sentence est religieusement (c'est le cas de le dire) répercutée dans l'article, comme si c'était vérité d'Evangile (oups ! pardon...).

Ce type n'est pas n'importe qui, c'est "Al-Kanz", un djihadiste politique et social qui se présente sous des atours modernes de "consultant", de musulman "orienté business", donc un gentil, un intégré, un dynamique qui est une chance pour la France, n'est-ce pas ?

Et quel est son business, à "Al-Kanz" ? Faire pression sur les grandes chaînes de distribution françaises, pour leur contester le droit de mettre du hallal en rayon, au motif que ce ne serait pas vraiment hallal, et consécutivement leur "proposer" d'embaucher de vrais "experts" du hallal, "compétents", eux...

Quant à "l'imam de Corse", Le Figaro reprend carrément à son compte l'insinuation islamiste selon laquelle ce serait un espion israélien.

Articles

Catégories