Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 11:35

'Billet

ACTUALITE JUIVE - N° 1363 – Jeudi 29 octobre 2015

« Se souvenir d'un mufti, criminel de guerre pro-nazi »


Consolons-nous comme nous pouvons: la folie médiatique qui s'est déchaînée contre les déclarations du Premier ministre israélien sur le mufti de Jérusalem sont riches d'enseignements.

D'abord, mais ce n'est pas vraiment un scoop: la différence vertigineuse de traitement entre une référence historique au passé, fût-elle énoncée de manière trop lapidaire, et les déclarations incendiaires du président de l'Autorité palestinienne sanctifiant le sang des martyrs qui jettent des pierres sur les juifs en prière. D'un côté la confusion cacophone, de l'autre le désert aphone.

Ensuite, même indirectement, le passé pronazi d’un leader aujourd'hui encore encensé dans le monde palestinien aura été rappelé, en dépit de tous les mensonges.

Que cela plaise ou non aux Arabes de Palestine, ou à l'Occident et à l'extrême-gauche israélienne qui continuent à les regarder extatiquement: Non seulement Amin Al Husseini est un criminel de guerre pronazi, mais encore, il a insisté le 28 novembre 1941 lors de sa rencontre avec Adolf Hitler pour que celui-ci passe à une phase plus industrielle et définitive de la Shoah déjà largement mise en application. Bien entendu, Hitler n’a pas eu besoin d’un inspirateur supplémentaire pour réaliser son rêve de toujours. Ce fut le 20 janvier 1942, lors de la conférence de Wansee, que la solution « finale » de la question juive fut décrétée. Ceux qui acceptent de voir la vérité en face pourront lire les minutes du procès de Nuremberg et notamment ce témoignage accablant de l'adjoint d'Adolf Eichmann, Dieter Wisliceny: « Le mufti fut l'un des instigateurs de l'extermination méthodique de la communauté juive d'Europe et il agissait en collaborateur et conseiller d'Eichmann et Himmler pour l'exécution de ce plan. Il était l'un des meilleurs amis d'Eichmann et insistait constamment pour accélérer les mesures d'extermination ». Voilà qui ridiculise tous ceux qui sont allés jusqu'à qualifier le Premier ministre de l'État juif de révisionniste. Les mêmes qui taisent la thèse révisionniste du président de l'Autorité de Palestine du temps où il faisait ses classes en Union soviétique.

Enfin, et c'est le troisième enseignement de cette lamentable polémique planétaire, dans laquelle, même l'administration américaine obamanienne aura tenu à verser son grain de sel: La gauche xénophile internationale, y compris en Israël, ne se résout pas à l'idée que la Shoah ne soit pas une entreprise purement occidentale: Que les autorités de Vichy, aient pu de temps à autre montrer un zèle intempestif, voilà qui ne déplait pas et qui ne saurait être considéré comme atténuant la responsabilité hitlérienne. Mais dire haut et fort qu'un Arabe ait pu collaborer à l'oeuvre diabolique ! Rappeler que d'autres en Égypte, en Syrie, en Irak ont accueilli les nazis à bras ouverts pour les aider à liquider physiquement d'autres juifs, voilà qui est commettre un crime de lèse-majesté contre l’Autre et contre un nationalisme palestinien qui porte encore grandement la marque du mufti, ainsi qu'on en voit l'empreinte sanglante sur l'esplanade disputée.

Tant que des Occidentaux pervertis par un anti-occidentalisme névrotique empêcheront le monde arabe de sécréter ses propres historiens critiques, comme Israël l'a fait, aucun mouvement national palestinien mature ne pourra remplacer les fanatiques au couteau tueur de juifs, inconscients héritiers d'un grand mufti nazi.

Partager cet article

Repost 0
Published by GOLDNADEL Gilles William
commenter cet article

commentaires

unverdierestungranivore 04/11/2015 18:45

Cher Maître, vous auriez fait l'admiration de Jacques Vergès ! Car enfin, rappelons ici les propos de Benyamin Nétanyahou à propos du mufti de Jérusalem : « Il s’est envolé vers Berlin... Hitler ne voulait pas à l’époque exterminer les juifs, il voulait expulser les juifs. Et Haj Amin Al-Husseini est allé voir Hitler en disant : “Si vous les expulsez, ils viendront tous ici.” “Que dois-je faire d’eux ?”, demanda-t-il. Il a répondu : “Brûlez-les.” » [ http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/10/21/netanyahou-fait-du-grand-mufti-de-jerusalem-l-inspirateur-d-hitler_4793848_3218.html#IlI07ed0peEcX4OI.99 ] Belle âme vous reconnaissez que ces paroles sont énoncées "de manière trop lapidaire ". Faut-il que vous l'aimiez votre Bibi pour ne pas sursauter quand il affirme que, avant ce 28 novembre 1941, Hitler ne voulait pas tuer les juifs !

Ceci étant dit, le Mufti est assurément un horrible antisémite. Quelle que soit l'influence qu'il a pu exercer sur la politique d'extermination nazie, la vrai question qu'il faut se poser, et que vous ne posez pas - tiens donc pourquoi ?- est celle ci : que ce Mufti fut antisémite implique-t-il que tout le monde arabo-musulman le fut ? Sans faire appel au patronage du roi du Maroc, on trouvera la réponse là : http://www.laviedesidees.fr/IMG/pdf/20100628_achcar.pdf Après moult précautions apotropaïques, en cachette du père fouettard, les plus audacieux risqueront un œil sur cet article http://www.monde-diplomatique.fr/2010/05/ACHCAR/19109#nb7

Phil 30/10/2015 06:15

"Tant que des Occidentaux pervertis par un anti-occidentalisme névrotique empêcheront le monde arabe de sécréter ses propres historiens critiques, comme Israël l'a fait, aucun mouvement national palestinien mature ne pourra remplacer les fanatiques au couteau tueur de juifs, inconscients héritiers d'un grand mufti nazi."


Le souci, c'est aussi qu'un historien critique dans ce monde arabe ne peut s'attendre qu'à deux choses:
120 coups de fouets, ou la décapitation.

Pedro 30/10/2015 09:33

Partout dans l'Histoire des Hommes, les gens ne retiennent la leçon que quand ils expérimentent du bon gros bordel. Laissons les arabes pousser la logique de l'islamisme sur leur terres. Laissons les goûter au fascisme comme tous les pays européens l'on fait. Laissons les se mordre les doigts d'appliquer bêtement tout ce qu'il y a écrit dans leur livre saint. Laissons les vivre cet enfer pendant quelques décennies. Une fois épuisés et traumatisés par leur propre connerie, ils finiront par être raisonnables.

Eastman 30/10/2015 05:36

Dans la polémique récente autour d’une déclaration mal retransmise du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu concernant le Mufti de Jérusalem Amin al-Husseini, il importe de faire deux observations :
1. Al-Husseini, sujet ottoman, fut enrôlé comme officier dans l’armée turque au début de la 1ere Guerre mondiale qui vit l’alliance de l’Empire ottoman avec l’Allemagne et l’Autriche. A l’époque des massacres des Arméniens, leurs armées collaboraient. Al-Husseini fut assez rapidement démobilisé pour raisons de santé.
2. Vingt ans après au cours de la deuxième Guerre mondiale, Al Husseini, représentant palestinien des Frères Musulmans, collabora avec les forces de l’Axe et suscita en Irak une rébellion pronazie (1-2 juin 1941). Elle échoua et se transforma en un pogrom (farhud). Avec ses compères Al-Husseini réussit à s’enfuir en Allemagne où il passa toute la guerre, levant des bataillons SS de musulmans. Il eut d’excellentes relations avec Hitler et les responsables nazis.
La paix revenue en 1945 et sauvé par la France, il s’enfuit avec de nombreux criminels de guerre en Egypte et en Syrie. Convertis à l’islam ceux-ci bénéficièrent d’éminents postes dans l’administration, la propagande antisémite et anti-israélienne, dans l’armée et la police. Leurs relations avec leurs collègues en Europe graciés ou dissimulés dans les arcanes du pouvoir des Etats européens, reprirent vie dès les années 1960 avec le militantisme de mouvements antisémites et néo-nazis européens liés au monde arabe. Ils préconisaient une politique d’alliance avec les pays arabes et l’éradication d’Israël pour faciliter le retour des Arabes en Palestine. A l’époque on ne parlait pas de Palestiniens mais d’Arabes.
Le directeur de la Ligue arabe de Stockholm était SS Obersturbannfuehrer Bernard Bender converti sous le nom de Ben Salem
Ces mouvements étaient en contact avec les ambassades des pays arabes et celles de la Ligue arabe à Bonn, Genève, Londres et Rome. Mais d’autres centres importants de la Ligue arabe existaient aussi à Cologne, le directeur de celui de Stockholm était SS Obersturbannfuehrer Bernard Bender converti sous le nom de Ben Salem. Chef des services secrets de la Wehrmacht en Ukraine, il devint en Egypte, colonel chargé du Département Politique de la Police secrète égyptienne. Ajoutons les activités de la Fondation Carlberg à Stockholm créée par l’ancien chef nazi suédois Carl Ernfried Carlberg.
Dans toute l’Europe fleurissaient des mouvements d’amitié et de collaboration avec les peuples arabes dirigés par d’éminents anciens nazis et des fascistes. L’un d’eux, Karl Ernst Piester ancien officier SS, mort en 1960, était le principal agent européen de la Ligue arabe. Ils préconisaient la destruction d’Israël, le soutien aux réfugiés arabes et l’alliance euro-arabe.
En Egypte, Eric Altern alias Ali Bella soutenait les rebelles algériens et dirigeait l’entraînement de l’Armée de Libération de la Palestine constituée de volontaires égyptiens. Son collègue Willi Berner, alias Ben Kashir, ancien officier SS et garde au camp de concentration de Mauthausen le secondait dans cette tâche.
Hans Appler alias Salah Shafar, ancien collaborateur de Goebbels était en charge de la propagande anti-israélienne et travaillait au Congrès Islamique
Hans Appler alias Salah Shafar, ancien collaborateur de Goebbels était en charge de la propagande anti-israélienne et travaillait au Congrès Islamique.
Baumann alias Ali ben Khader était en contact avec la rébellion algérienne en Egypte où il était employé comme spécialiste militaire pour l’Armée de Libération de la Palestine.
Von Leers, membre du parti national socialiste et de la SS, promouvait la destruction du judéo-christianisme et l’expansion de l’islam en Europe
Enfin n’oublions pas Johannes von Leers (1902-65), membre du parti national socialiste et de la SS, protégé d’Alfred Rosenberg et de Goebbels et spécialiste des affaires juives. Devenu le plus grand propagandiste de l’antisémitisme, Von Leers œuvrait à unir l’islam et le nazisme. Réfugié en Egypte, il se convertit à l’islam sous le nom de Omar Amin en hommage à Amin al-Husseini. Von Leers promouvait la destruction du judéo-christianisme et l’expansion de l’islam en Europe afin de renforcer l’unification euro-arabe par une religion commune.
C’est dans cette nébuleuse que naquit le concept d’Eurabia lié à la guerre d’élimination d’Israël et au culte de la Palestine destinée à remplacer l’Etat hébreu.
Ce rappel des sources du Palestinisme et d’une islamophilie anti-occidentale lève quelques tabous et démontre que les nazis ne sont pas nécessairement ceux désignés par la bonne-pensance.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Bat Ye’or pour Dreuz.info.


http://www.dreuz.info/2015/10/27/aux-sources-du-palestinisme-par-bat-yeor/

Coco 30/10/2015 05:20

Le nazisme ne peut pas être autrement que de droite. Faute de quoi, la gauche européenne n'aurait plus grand interet a verser des larmes de crocodiles sur la shoa. Ce ne sont pas les victimes qui l'intéresse mais la nature des criminels. Tout ira bien tant que le nazisme pourra être imputé à tout ce qui est à la droite de la gauche. On finira peut etre par comprendre que la shoa n'est qu'un mikvé dans lequel viennent se tremper les plus grands ennemis d'Israel pour se prétendre laver de tout antisémitisme.

Cela dit, n'imaginons pas que la droite européenne est meilleure.

Edmond Richter 29/10/2015 15:21

VOUS N'AVEZ RIEN COMPRIS: Netanyahou a lancé un énorme pavé dans la mare! Il ne s'agit pas d'Hitler mais c'est le Mufti qui est visé et à travers lui les palestiniens. C'est le Mufti qui a choisi Arafat ET Mahmud Abbas pour créer l'OLP. Mahmud Abbas n'a jamais renié son origine NAZIE et en Janvier 2013 célébrait encore le Mufti et l'appelait ""mon Heros"
Abbas: 'Mufti is My Hero' | Israel Behind the News
http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/163916… Palestinian Authority chief Mahmoud Abbas spoke glowingly last…
ISRAELBEHINDTHENEWS.COM|VON MEDIA REPRINTS from Edmond Richter

Abbas: 'Mufti is My Hero'
Palestinian Authority chief Mahmoud Abbas spoke glowingly last Friday of the “legacy” of infamous Nazi collaborator Hajj Amin al-Husseini,
ISRAELNATIONALNEWS.COM

pedro 29/10/2015 20:37

les palestiniens sont malheureux de ne pouvoir réaliser le fantasme dans lequel ils sont élevés depuis des générations : jeter les juifs à la mer.

Articles

Catégories